Monastère Sainte-Claire: bâtiment religieux vs architecture écologique

Quel serait le prix de votre projet? Conseils et expertise

  • (besoins, dimensions, dates, budget...)
  • L’art de l’architecture depuis 1987

Projet d’architecture religieux: le Monastère Sainte-Claire en Estrie

Architecture religieux Monastère Sainte-ClaireLe monastère, orienté franc nord, prend la forme d’une croix celtique, avec sa partie centrale ronde. Il fait au total 29 320 pieds carrés (2 724 mètres carrés). Les axes de la croix font respectivement 122 pieds et 184 pieds de longueur (37 mètres et 56 mètres). La partie ronde, quant à elle, est de 43 pieds (13 mètres) de rayon et de 86 pieds (26 mètres) de diamètre. Le bâtiment de trois étages est en brique avec une coupole fenêtrée au sommet. Elle s’élève à 46 pieds (14 mètres) au-dessus du plancher de la chapelle. Le bâtiment épouse, par paliers, les niveaux du sol existant et permet l’accès direct à la cour privée par l’arrière, et aux ateliers, pour la livraison par l’avant. Les jeux de volume, les formes rectilignes de la croix, en harmonie avec la forme ronde, se complètent à l’intérieur comme à l’extérieur.

Le monastère de trois étages sur 30 000 pieds carrés, a la forme d’une croix celtique avec son pieu et sa traverse, tous deux embrassés par le cercle comme d’une auréole d’infini. Le bâtiment épouse, par paliers, les niveaux du sol existant et permet l’accès direct à la cour privée par l’arrière, et aux ateliers pour la livraison par l’avant.

Précisément, un édifice sacré devrait présenter une allure engageante et souriante qui dégage l’humilité, la sérénité et l’harmonie. Il devrait offrir le calme pour la prière et susciter les états de cœur recherchés : le recueillement, la paix, l’espérance, la joie, la fraternité. Les moniales désiraient également un bâtiment de qualité qui nécessiterait peu d’entretien, qui serait sécuritaire et propice à leurs activités, un bâtiment écologique en contact avec la nature et sain pour y vivre.

La qualité de l’enveloppe et les équipements du bâtiment le rendent très efficace sur le plan énergétique et des économies importantes seront réalisées tout au long de la vie du bâtiment, construit dans l’optique de la construction durable.

Parce que la communauté est cloitrée, les espaces doivent être organisés afin d’assurer la ségrégation des religieuses et du public. Le défi principal consistait à concevoir un bâtiment qui accueille les visiteurs tout en respectant l’intimité des résidentes. Aussi, les sources d’eau qui circulent sous le bâtiment ainsi que leur canalisation et le drainage de la fondation étaient critiques.

Les espaces habitables ont été conçus pour assurer le confort de leurs occupantes, mais aussi pour évoquer des sensations agréables sur le plan intellectuel par les symboles, émotifs par les matériaux, les couleurs, l’éclairage et l’esthétique, par les formes. C’est en fonction de toutes ces considérations, faisant appel à la personne dans sa totalité, que nous avons conçu les espaces pour sensibiliser les résidentes à leur environnement. Le but était de susciter positivement l’éveil de tous les sens, car c’est grâce à eux que nous percevons la globalité des espaces.

Dans une optique de développement viable et durable, une préoccupation dans le choix des matériaux et systèmes mécaniques était de mise. Pour chaque matériau utilisé figurent des caractéristiques comme le respect de la santé humaine et environnementale. Ils ont été choisis pour leur facilité de nettoyage, d’entretien et de réparation, pour leur cout réduit et leur potentiel recyclable. Un des buts importants était de réduire les couts de fonctionnement et d’entretien du bâtiment, et de s’assurer que les matériaux utilisés soient durables, économiques en ressources, de bon rendement énergétique, tout en étant de bonne qualité esthétique.

david-leslie-slider8Le projet constituait la construction d’un nouveau monastère de 30 000 pieds carrés de trois étages. On y retrouve beaucoup de niveaux de détails à découvrir, des plus grands aux plus petits, et la perception de l’espace avec ses symboles ainsi que leur reconnaissance visuelle et leur interprétation deviennent une expérience didactique.

La construction en acier est incombustible, à l’exception du dernier étage dans l’aile des chambres. Le bâtiment épouse les niveaux du sol existant par paliers et permet l’accès direct à la cour privée par l’arrière et aux ateliers, pour la livraison, par l’avant. Notez que des sources d’eau circulent sous le bâtiment, leur canalisation et le drainage de la fondation étaient critiques. La qualité de l’enveloppe et les équipements du bâtiment le rendent très efficace sur le plan énergétique et des économies importantes seront réalisées tout au long de la vie du bâtiment construit dans l’optique de la construction durable.

Les lieux doivent être une affirmation des valeurs et de l’identité des sœurs clarisses. La volonté exprimée était de donner un visage plus dynamique et contemporain à la religion, en alliant les besoins d’une vie contemplative aux impératifs de la vie moderne. Le monastère doit être excitant sur le plan intellectuel par les symboles, sur le plan émotif par les matériaux, les couleurs et l’éclairage et, sur le plan esthétique, par les formes.

David Leslie a réalisé le design, l’administration, les appels d’offres et la surveillance de chantier. Pour bien saisir la réalité d’une communauté cloitrée, David Leslie a passé énormément de temps avec les sœurs clarisses, pour comprendre leurs besoins et leur façon de vivre. Le design a nécessité une année de mise au point.

Le fait que les sœurs soient cloitrées implique des logistiques de circulation et de contact entre le public et la communauté. Les sœurs ont eu une préoccupation pour l’écologie et la durabilité de leur environnement.  Il fallait que les lieux soient les plus sains possible pour la santé des sœurs. La question de la qualité et de la durabilité à long terme était une préoccupation.

Le bâtiment se distingue comme un des plus sophistiqués construit dans la région. Son système mécanique est très performant et accorde une énorme ristourne aux sœurs clarisses de la part d’Hydro-Québec et de Gaz Métropolitain.

David Leslie, comme d’habitude, a assuré un suivi très serré du chantier pour garantir son bon déroulement. Le degré de rigueur et de complexité des travaux a permis aux intervenants impliqués de ressentir une grande satisfaction pour le travail bien fait. L’énorme défi lancé aux travailleurs leur a fait prendre conscience de l’importance de leur travail, comme ils l’ont rarement vécu. Des économies réalisées ont permis aux sœurs clarisses d’apporter des ajouts au projet.

Le chargé de projet a passé énormément de temps avec les sœurs clarisses ainsi que sur le chantier pour assurer la bonne conception et le bon déroulement du projet.
David Leslie, plan bureau architecte

Description sommaire du projet : Le monastère prend la forme d’une croix celtique, avec sa partie centrale ronde. Le bâtiment de trois étages est en brique avec une coupole fenêtrée au sommet. Les moniales désiraient un bâtiment de qualité qui nécessiterait peu d’entretien, qui serait sécuritaire et propice à leurs activités, un bâtiment écologique en contact avec la nature et sain. Le bâtiment est riche en détails et en symboliques. Le silence était préconisé et beaucoup d’attention a été mise sur l’acoustique. Pour l’aspect mécanique, le bâtiment est très avant-gardiste. Le monastère est sacré dans tous les sens, il dégage sérénité et paix.

 

Budget : Les couts de construction se sont révélés moindres que prévu, ce qui a permis aux sœurs d’ajouter un balcon tout au long du bâtiment arrière ainsi qu’un solarium au bout du bâtiment. Ces ajouts ont cependant augmenté la durée du chantier.

 

Document descriptif complet sur ce projet d’architecture religieux pour la Monastère Sainte-Claire en Estrie réalisé par le bureau d’architecture de David Leslie, architecte.

Leslie ArchitecteMonastère Sainte-Claire: bâtiment religieux vs architecture écologique