Architecture verte & architecture durable par Leslie Architecte

TABLE DES MATIÈRES

 

Chapitre 1 – Design urbain……………………………………………………………….. 1

A.1      Désavantage…………………………………………………………………………………… 1

A.2      Rues en grappe………………………………………………………………………………. 1

A.3      Conclusion……………………………………………………………………………………… 2

B.1      L’influence de l’architecture………………………………………………………………… 2

C.1     Architecture écologique…………………………………………………………………….. 3

D.1     Les bienfaits…………………………………………………………………………………… 4

D.2     Covoisinage sain……………………………………………………………………………… 5

E.1      Les critères de choix…………………………………………………………………………. 6

Chapitre 2 – Aménagement paysager………………………………………………… 8

A.1      Respect et harmonie………………………………………………………………………… 8

A.2      Microclimat…………………………………………………………………………………….. 8

A.3      Stratégies utilisées…………………………………………………………………………… 8

B.1      Le rôle de la végétation……………………………………………………………………… 9

B.2      Végétation adapté au climat……………………………………………………………….. 9

C.1     Stratégies à adoptés……………………………………………………………………….. 16

D.1     Complicité d’une maison et son environnement…………………………………….. 17

D.2     Contribution de la végétation…………………………………………………………….. 18

Chapitre 3 – Maison écologique………………………………………………………. 19

A.1      Introduction…………………………………………………………………………………… 19

A.2      L’habitat idéal, un habitat écologique………………………………………………….. 20

B.1      Une architecture respectueuse de la nature…………………………………………. 21

B.2      Une architecture intégrée à l’environnement…………………………………………. 22

B.3      L’architecture face à l’environnement………………………………………………….. 23

C.1     Design…………………………………………………………………………………………. 23

C.2     Structure………………………………………………………………………………………. 23

C.3     Mécanique……………………………………………………………………………………. 23

D.1     Forme et volume……………………………………………………………………………. 24

D.2     La forme en architecture………………………………………………………………….. 24

D.3     Efficacité comparative des formes……………………………………………………… 25

D.4     Isolation et étanchéité, un meilleur rendement thermique………………………… 26

D.5     Conservation de l’énergie…………………………………………………………………. 27

D.6     Bâtiments souterrain……………………………………………………………………….. 29

Chapitre 4 – Énergie solaire passive………………………………………………… 30

A.1      Introduction…………………………………………………………………………………… 30

A.2      Définition………………………………………………………………………………………. 30

A.3      Orientation……………………………………………………………………………………. 30

B.1      Description……………………………………………………………………………………. 30

C.1     Introduction…………………………………………………………………………………… 31

C.2     Confort………………………………………………………………………………………… 31

C.3     Site- arbres et végétation…………………………………………………………………. 31

C.4     Murs……………………………………………………………………………………………. 32

C.5     Fenêtres………………………………………………………………………………………. 32

C.6     Toit……………………………………………………………………………………………… 32

C.7     Bâtiment………………………………………………………………………………………. 33

C.8     Physiques de la circulation de l’air……………………………………………………… 33

C.9     Technologies…………………………………………………………………………………. 34

C.10   Comportement des utilisateurs………………………………………………………….. 34

C.11   Conclusion……………………………………………………………………………………. 34

D.1     Introduction…………………………………………………………………………………… 35

D.2     Caractéristiques…………………………………………………………………………….. 35

D.3     Matériaux de stockage…………………………………………………………………….. 35

E.1      Introduction…………………………………………………………………………………… 35

E.2      Forme………………………………………………………………………………………….. 36

E.3      Revêtements de fenêtres…………………………………………………………………. 36

E.4      Pare-soleil…………………………………………………………………………………….. 36

F.1      Description……………………………………………………………………………………. 37

F.2      Caractéristiques…………………………………………………………………………….. 37

F.3      Difficultés……………………………………………………………………………………… 37

F.4      L’été : rafraîchissement naturel………………………………………………………….. 37

F.5      Couleurs et matériaux à privilégier à l’intérieur………………………………………. 37

F.6      Matériaux au sol…………………………………………………………………………….. 38

F.7      Végétation……………………………………………………………………………………. 38

F.8      Vents…………………………………………………………………………………………… 38

F.9      Conclusion……………………………………………………………………………………. 39

Chapitre 5 – Ressources………………………………………………………………… 40

A.1      Utilisation efficace des ressources……………………………………………………… 40

A.2      Utilisation optimale de la charpente…………………………………………………….. 41

A.3      Énergie intrinsèque d’un matériel……………………………………………………….. 42

B.1      La nature……………………………………………………………………………………… 43

B.2      L’importance du choix des matériaux………………………………………………….. 44

B.3      Choix de matériaux écologiques………………………………………………………… 45

B.4      Influence des matériaux malsains sur ses occupants……………………………… 46

B.5      Quelques notes additionnelles sur les propriétés du bois…………………………. 47

C.1     Constat………………………………………………………………………………………… 47

C.2     Rôle des entrepreneurs……………………………………………………………………. 47

C.3     Mieux concevoir à la source……………………………………………………………… 48

C.4     D’autres solutions…………………………………………………………………………… 49

D.1     Revêtements à privilégier…………………………………………………………………. 49

D.2     Ameublement………………………………………………………………………………… 50

D.3     Moyens de réduire ou d’éliminer les polluants à l’intérieur……………………….. 50

E.1      Consommation des ressources naturelles……………………………………………. 51

E.2      Consommation de l’énergie………………………………………………………………. 51

E.3      Une meilleure utilisation…………………………………………………………………… 52

F.1      Répercussions………………………………………………………………………………. 52

F.2      Prise de conscience………………………………………………………………………… 53

F.3      Espoir………………………………………………………………………………………….. 53

 

  • Design urbain

Il est de règle que l’architecture d’un édifice
soit adaptée à sa destination de telle façon
que cette destination se dénonce d’elle-même
au seul aspect de l’édifice.
Victor Hugo

 

    1. Étalement urbain

      • Désavantage

Dans la planification d’un nouvel ensemble de maisons dans un quartier, plusieurs considérations peuvent être prises pour augmenter l’efficacité énergétique des constructions et, à cet égard, la considération de l’ensoleillement est essentielle afin de maximiser l’utilisation de l’énergie solaire passive.

De toutes les catégories d’habitation, les maisons unifamiliales sont les moins efficaces. Avec leurs quatre murs et leur toit exposés aux éléments, elles ont de grandes surfaces pour perdre la chaleur. Des bâtiments qui partagent leurs murs ont moins de surfaces exposées aux froids de l’hiver. Ces bâtiments sont plus efficaces et peuvent prendre différentes formes telles duplex, triplex, quadruplex, jumelés, maisons en rangées, etc. Ce sont les appartements ayant une seule façade extérieure qui perdent le moins de chaleur, si on compare les mêmes superficies et techniques de construction. Les habitations regroupées qui partagent des surfaces ont aussi l’avantage d’être moins chères à construire par unité de logement.

Comme nous sommes à même de le constater dans nos villes, l’étalement urbain cause divers problèmes environnementaux. Les réseaux de services publics s’étendent en longueur avec une légère utilisation à cause de la faible densité. Il devient difficile d’organiser des transports en commun efficaces et rentables de sorte qu’on devient dépendant de l’automobile pour les déplacements sur de plus en plus grandes distances et la circulation en heure de pointe entraîne la pollution de l’air. Les autoroutes, boulevards et stationnements empiètent sur les espaces verts et cet étalement se fait bien souvent au détriment de bonnes terres agricoles. Pour les municipalités, ce style de développement occasionne des dépenses accrues et des difficultés grandissantes dans l’administration des services à rendre.

Contrairement aux maisons unifamiliales, les bâtiments multifamiliaux nécessitent moins de terrain et de services pour le même nombre de personnes. En augmentant la densité, on permet une meilleure rentabilité des services et un accroissement des entrées de fonds via les taxes foncières.

Évidemment, les avantages sont nombreux à bien des égards mais avec nos mentalités plutôt individualistes, ce ne sont pas toutes les personnes qui sont prêtes à tant de proximité avec leurs voisins et beaucoup préfèrent encore les maisons unifamiliales détachées.

  • Rues en grappe

Pour accommoder un marché de l’immobilier qui demande encore des maisons indépendantes, on doit créer des rues qui favorisent une meilleure intégration environnementale. La meilleure façon d’atteindre cet objectif écologique, c’est de créer des rues en grappe ou cul-de-sac, ce style de rue procure plusieurs avantages. Les terrains autour d’une grappe sont en forme de pointe de tarte avec une petite cour en avant et une grande cour plus utile et privée en arrière. La forme en pointe de tarte requiert moins de rue publique pour desservir chaque terrain comparativement à d’autres formes plus conventionnelles. On a ainsi plus de maisons pour moins de rues et des conséquences importantes pour les municipalités concernant leur ratio des taxes perçues sur les coûts des services.

Premièrement, la construction des infrastructures comme les rues, les aqueducs, les égouts et les systèmes d’éclairage est moins dispendieuse. Deuxièmement, à plus long terme, les coûts d’entretien, de déneigement, de collecte d’ordures et d’électricité pour l’éclairage sont substantiellement réduits. La réduction des surfaces pavées permet de diminuer la collecte des eaux pluviales dans les égouts et les espaces libérés peuvent être destinés aux espaces verts tels parcs, pistes pour randonnées à bicyclette ou à ski de fond.

Les rues en grappe procurent également des avantages intéressants aux résidents. Il y a moins de circulation sur les rues, ce qui les rend plus sécuritaires pour les enfants. Il y a plus d’interaction sociale car les voisins se voient et peuvent plus facilement communiquer. Comme ils se connaissent mieux, les étrangers sont plus facilement remarqués et surveillés, ce qui entraîne une plus grande sécurité contre le vol.

A plus grande échelle, le modèle d’implantation en grappe peut procurer d’autres avantages intéressants. Il peut faire converger les artères de circulation vers des centres de services. Inversement, les raccordements extérieurs des grappes peuvent être consacrés aux espaces verts et services de loisirs. Des vocations particulières peuvent être attribuées aux divers regroupements permettant ainsi l’organisation des services appropriés là où ils sont requis. La circulation est ainsi généralement réduite à la circulation locale.

  • Conclusion

La planification et la réalisation de quartiers qui sont respectueux de l’environnement présente des défis intéressants pour les designers urbains comme pour les architectes. Ces défis sont à la mesure de notre détermination à réaliser des projets écologiquement responsables. Les avantages sont nombreux pour l’environnement, pour les municipalités, pour les résidents, et, en somme, pour la société en général.

  • L’auto dans nos villes

    • L’influence de l’architecture

L’automobile a beaucoup transformé notre société et les liens de la communauté sont moins serrés dus à l’étalement urbain. Les banlieues, ou villes satellites, se sont développées autour de villes qui fournissent du travail. Ces villes satellites sont loin d’être autosuffisantes et sont deviennent les parasites des villes. Ce sont des entités sans cœur, sans base commerciale, sans point focal et sans esprit commun.

Les gens sont devenus plus indépendants et isolés dans leur environnement, dans ces endroits majoritairement sans vie ni vitalité. Souvent, les gens ne développent pas d’attachement envers leur municipalité qui manque de cohérence et d’intérêt. Leur mobilité leur permet d’interagir avec d’autres communautés.

Le côté humain a cédé la place au côté technologique. L’activité se déroule sur les routes et non pas sur les trottoirs. L’automobile a agrandi notre sphère personnelle de circulation et d’interaction, mais cette liberté s’est appliquée partout, et les gens demandent le droit de conduire leur auto « porte-à-porte ». Cette exigence représente une facilité absolue qui fait passer la valeur de l’auto avant les valeurs des conditions humaines pour la qualité de la vie. Ce sont les besoins créés par l’auto qui ont réorienté notre société. Leur importance a changé l’aspect et l’échelle de nos villes. Cette facilité nous a couté très cher par ses effets de pollution, d’utilisation d’énergie et d’accidents routiers. La conséquence la moins saine est l’encouragement à être passif en conduisant l’auto plutôt que de marcher, ce qui n’améliore pas notre conditionnement physique ni l’isolation créée ainsi. Nos routes ont plus d’importance que l’herbe et la nature.

Sur le plan architectural, il y a une importante influence sur la qualité de l’environnement interne, mais aussi une grande implication pour l’environnement en général, à cause des énormes quantités de matériaux qui sont utilisés pour l’extraction, la transformation, le transport, l’installation, l’utilisation et l’entretien, jusqu’à la démolition et la destruction de ces matériaux. Notre qualité de vie dépend de la qualité de l’environnement, c’est une responsabilité que nous devons tous porter sérieusement. Nous devons vivre en harmonie avec les lois de la nature. Il faut respecter notre place face à une existence complémentaire et en équilibre avec l’environnement et surtout pour les générations futures.

Réaliser un design pour la qualité environnementale implique beaucoup de contraintes, mais aussi beaucoup d’opportunités, ce qui représente un défi autant qu’une responsabilité morale et sociale. Comme architectes, notre environnement bâti doit contribuer à la santé pour permettre à l’être humain de s’épanouir harmonieusement.

Dans l’évolution d’une société, l’architecture constitue le reflet des préoccupations et des valeurs des gens qui y vivent. Notre société est de plus en plus sensible aux questions reliées à la terre et aux êtres vivants. Ce virage « vert » devient une réponse logique à notre besoin de vivre sainement. Ce progrès vital et naturel répond au besoin inné de tout individu, comme société, de s’épanouir.

  • Le design urbain et l’énergie solaire

    • Architecture écologique

Avec le design urbain, nous abordons le domaine de l’architecture qui porte sur la planification du développement des quartiers et de l’ensemble d’une ville. Il est très important que le processus de conception de ces solutions tienne compte de leur incidence environnementale. Les décisions doivent tenir compte du micro environnement comme du macro environnement.

Dans cette discipline comme dans tout autre, nous pouvons observer diverses tendances. Ainsi les solutions évoluent dans le temps au gré des besoins et des modes de la société.

Plusieurs années de croissance urbaine ont eu des conséquences maintenant difficiles à corriger parce qu’on ne s’est pas suffisamment préoccupé de la question environnementale. Heureusement, le souci environnemental et le virage vert font maintenant davantage partie de nos mœurs et nous sommes plus vigilants et critiques face aux conséquences de nos faits et gestes.

Il est d’autant plus important que les bonnes décisions soient prises car leurs conséquences pour la société se font sentir dans l’immédiat bien sûr mais encore davantage dans le long et le très long terme. En raison de ses implications environnementales et sociales, nous ne saurions donc sous-estimer l’importance du design urbain dans ce que nous appelons une architecture écologique à l’énergie solaire.

Une maison écologique doit être très efficace énergétiquement en utilisant un minimum d’énergie pour son chauffage durant l’hiver et en limitant les besoins de climatisation durant l’été. Pour atteindre ce but, on applique le concept d’énergie solaire passive.

Que ce soit lors de la construction ou de l’agrandissement d’une maison, l’architecte doit donc être préoccupé par l’accès à l’ensoleillement et privilégier de grandes fenêtres du côté sud. Au cours de l’hiver, alors que le soleil est bas dans le ciel, il pénètrera dans les pièces pour les chauffer et leur apporter un éclairage naturel favorisant le bien-être psychologique. Pour bien profiter de l’ensoleillement, les grandes fenêtres devront être orientées vers le sud, tout particulièrement durant les courtes journées de l’hiver alors que le soleil se lève au sud-est pour se coucher au sud-ouest, bien qu’un écart de moins de 30 degrés par rapport à l’orientation idéale puisse encore demeurer acceptable.

Au cours de l’été, alors que le soleil est haut dans le ciel, on l’empêchera de surchauffer les pièces et on maintiendra une fraîcheur en mettant en ombrage les fenêtres par des projections du toit ou en créant de l’ombre par des arbres feuillus situés en proximité.

Étant donné que les façades privilégiées pour les fenêtres sont celles d’en avant ou d’en arrière, il en résulte que les urbanistes devraient planifier les rues destinées à l’habitation sur un axe est-ouest. Évidemment, pour accéder à ces rues, il faudra un minimum de rues nord-sud qui devraient être réservées à des bâtiments commerciaux ou multifamiliaux plus grands.

Quand une rue n’est pas bien orientée pour l’ensoleillement des maisons, on peut toujours tourner les maisons pour mieux capter les rayons solaires. A cet égard, la façade arrière pose moins de difficultés que celle donnant sur la rue. En effet, plusieurs municipalités exigent dans leurs règlements de zonage que les façades avant des maisons soient alignées avec les rues pour des fins esthétiques. Dans ces cas, il n’y a pas beaucoup de solutions sauf des compromis comme des fenêtres en saillie. Idéalement, pour une rue mal orientée, on devrait permettre que les maisons soient alternativement décalées vers l’avant ou l’arrière du terrain pour obtenir un ensoleillement latéral satisfaisant.

La hauteur des bâtiments et la distance qui les sépare doivent être considérées lors de l’implantation d’ensemble d’un projet pour éviter que des bâtiments du côté sud ne causent de l’ombrage aux bâtiments voisins du côté nord. Les calculs devront être effectués lors du solstice d’hiver, soit le 21 décembre entre 9:00 et 15:00 heures. Un terrain en pente vers le sud permet aussi de dégager le côté sud du sous-sol et d’y installer de grandes fenêtres ou portes vitrées pour profiter encore davantage de l’ensoleillement.

Afin de permettre au plus grand nombre de profiter des avantages de l’ensoleillement et diminuer l’étalement urbain, on devrait augmenter la densité des sites propices en réduisant la largeur des terrains. Cette réduction est facilitée si les règlements de zonage permettent des marges de ligne latérales zéro puisqu’on peut alors construire sur la ligne des lots. Cela permet de récupérer, au moins sur un des côtés de la maison, un espace latéral généralement peu utilisé.

En privilégiant l’ensoleillement du sud pour l’habitation, on permet aux propriétaires des économies substantielles dans leurs coûts de chauffage tout en améliorant leur qualité de vie. Multipliées par des centaines ou des milliers, ces économies d’énergie deviennent très importantes pour une société. Ces réductions diminuent le besoin d’exploitation des ressources et conséquemment les effets environnementaux négatifs liés à la production de l’énergie, et cela, pour le bénéfice de tous.

  • L’appartenance à un quartier

    • Les bienfaits

Nous habitons non seulement un environnement physique mais nous faisons aussi partie d’une communauté sociale. L’appartenance à cette communauté prend beaucoup d’importance dans nos vies car nous sommes des êtres sociaux. Sans l’organisation sociale, la vie serait très difficile sinon impossible. Dans cette organisation, les interactions s’échelonnent sur plusieurs niveaux en commençant par les voisins immédiats, le voisinage, le quartier, la ville.

Mais dans la vie concrète de tous les jours, c’est près de nous que les relations sont les plus fréquentes. Le sens de la communauté ou l’identité à un quartier est souvent le produit de contacts informels et d’intérêts partagés par les résidents. Le lieu de vie peut apporter satisfaction dans la mesure où il peut combler les besoins personnels, matériels et sociaux de chacun.

Si la proximité physique peut créer des liens, les ressemblances entre les personnes peuvent en créer encore de plus forts. Les similitudes au niveau des valeurs, du travail et des loisirs, du style de vie, des goûts et intérêts, de la culture, de l’économie, de l’éducation personnelle et des enfants créent des compatibilités qui tissent des liens stables et puissants. Cependant, si les gens qui partagent ces similitudes peuvent créer un ensemble solidaire, c’est la vie de quartier qui va contribuer à développer le sens de la communauté en suscitant des contacts sociaux plus variés entre les résidents. Les résidents du voisinage créent une présence sociale et ils sont une source d’information et des aidants en cas de besoin. Le respect de leur espace et de leur vie privée et le souci de leur sécurité mutuelle augmentent leur sens des responsabilités.

Bien qu’un quartier soit d’abord un territoire possédant des qualités physiques dans le partage des infrastructures et services ses résidents lui confèrent aussi une dimension humaine par leur interaction, leurs activités organisées ou spontanées, leurs échanges ainsi que leur coopération. Ces interactions sociales entre les résidents doivent être encouragées et soutenues afin de créer des liens d’attachement avec leur contexte de vie.

Un quartier est délimité physiquement et contient des installations et services pour répondre aux besoins des résidents. Les bâtiments et services communautaires pour tous les groupes d’âge constituent le centre de la vie sociale et récréative du quartier.

Si ce centre inclut églises, écoles, restaurants, magasins, cinémas et idéalement lieux de travail pour combler au même endroit les besoins commerciaux et autres, avec une plus grande densité résidentielle, le cœur du quartier vibrera avec plus de vitalité. Les rencontres des résidents dans les espaces ouverts sont un excellent moyen de favoriser et développer les sentiments d’appartenance au quartier et à la communauté. Si un parc est intégré à tous les services, les infrastructures communautaires prennent encore plus d’importance et leur utilisation plus versatile offre plus d’opportunités.

Le cœur ou noyau du quartier doit être à échelle humaine et préférence à la distance qui peut être franchie à pied par un enfant. Ses déplacements ne doivent pas être restreints par des routes majeures, chemins de fer ou obstacles naturels comme des rivières. Idéalement, c’est par des espaces verts que l’enfant devrait être capable de se promener entre sa résidence et l’école, la bibliothèque, l’épicerie et le centre communautaire.

Si on se sent bien chez-soi et dans sa communauté, on s’y enracinera et on en tirera le plus possible de satisfaction à différents niveaux de sa vie. En somme, le sentiment d’appartenance à un quartier et le sens de la communauté qui se développe entre ses résidents leur procurent un sentiment de sécurité très bénéfique sur le plan psychologique et améliorent leur qualité de vie en général.

  • Covoisinage sain

L’être humain a toujours vécu dans de petits groupes et c’est donc à une petite échelle, dans ses contacts avec ses semblables les plus proches, que l’homme se sent le plus confortable. Ses liens avec les autres membres d’un groupe sont basés sur la complicité dans divers aspects de ce qu’ils partagent mais ils sont aussi influencés par les distances physiques qui les rapprochent ou les éloignent mutuellement.

Le regroupement optimal des voisins serait constitué de 5 à 10 familles. Au-delà, le groupe se subdivise en plus petits groupes, en deçà, les relations sont trop restreintes et rendent plus difficile la vie privée. Les possibilités d’interactions sociales devront être encouragées sur au moins une face des résidences. La distance entre les résidences devra être restreinte de façon à susciter la communication entre leurs habitants.

Pour éviter des interactions sociales excessives entre les familles d’un groupe et pour permettre à chacune de conserver son intimité tout en évoluant dans le groupe, il doit y avoir des services pour la communauté plus grande à laquelle elles appartiennent. Il est intéressant de regrouper dans des espaces communs toute la panoplie des services requis pour combler les besoins des familles à différentes étapes de leur vie.

Chaque maison doit avoir accès aux espaces communs pour les services et les activités récréatives avec lien piétonnier vers d’autres secteurs. De même les regroupements d’habitations devront avoir un centre d’attraction et d’interaction qui favorisera le sens d’appartenance et de responsabilité.

Il est très utile de définir les espaces extérieurs privés, semi privés, semi-publics et publics. Parmi la gamme de comportements possibles, les résidents doivent pouvoir distinguer et adopter ceux qui sont appropriés dans les espaces publics environnants jusqu’aux espaces privés à l’intérieur. La démarcation de ces espaces aidera à discerner leur appartenance, leur niveau d’activité et de bruit permis ou toléré ainsi que leur degré de surveillance et de sécurité.

Dans le regroupement des résidences familiales, on devra optimiser certaines conditions pour favoriser un milieu de vie le plus positif possible. En visant une meilleure densification du territoire, on doit se préoccuper de l’utilisation optimale du terrain. Chaque habitat devra avoir un contact avec la nature en ayant soin d’assurer l’ensoleillement, le bon air et les vents, et de préserver l’environnement naturel.

Au niveau du design urbain et paysager, on doit aménager les rues et regrouper les habitations pour encourager le sens d’appartenance collective dans le respect de l’individu. La largeur des rues et la longueur des cours avant devront être restreintes pour faciliter ces liens. De plus, afin de diminuer les dangers et les irritants pour les résidents, la circulation véhiculaire doit être limitée et ralentie. Enfin, il serait souhaitable de regrouper les stationnements à une distance raisonnable de l’accès à chaque logis afin de libérer de l’espace vert.

Ces principes devront être appliqués avec les adaptations nécessaires à tous les contextes et types d’habitation, des maisons unifamiliales aux immeubles à logements. Dans les maisons, les gens ont des fenêtres et des espaces extérieurs qui facilitent les contacts et les liens avec les voisins. Dans les immeubles à logements multiples les lieux de rencontres doivent être judicieusement organisés afin d’encourager le développement des liens entre voisins.

Il est possible de développer des villes qui seront le cadre d’une vie urbaine riche et diversifiée faisant place à toute la diversité des comportements humains afin de satisfaire le mieux possible les besoins sociaux et psychologiques de leurs habitants.

  • L’emplacement pour un bâtiment écologique

    • Les critères de choix

L’emplacement choisi pour implanter un bâtiment est déterminant pour sa conception et pour le bien-être de ses utilisateurs. On doit tenir compte d’un grand nombre de facteurs, climatiques et autres. Malgré ce souci de répondre aux besoins des utilisateurs, les constructions ne doivent cependant pas porter atteinte à l’environnement lui-même qu’il faut préserver le plus possible à l’état naturel grâce à une bonne intégration. Nous avons là deux préoccupations qui vont de pair afin de maintenir une interdépendance de qualité entre l’environnement et ses utilisateurs.

Anciennement, nos ancêtres vivaient proches de la terre et, sensibilisés aux phénomènes naturels, leurs constructions respectaient l’environnement et s’y intégraient bien. Malheureusement, nous vivons maintenant éloignés de la nature et nous sommes moins sensibles à ses phénomènes et à ses caractéristiques. Techniquement, nous pourrions réaliser ce que nous voulons, mais logiquement, il est préférable de collaborer avec les forces naturelles. En respectant les conditions environnementales, nous pouvons effectivement améliorer notre qualité de vie sans porter préjudice à la nature.

La situation du terrain constitue la première grande question à considérer. Sur le plan régional, on tiendra compte de facteurs climatiques comme la température, l’ensoleillement, l’humidité, le vent, la pluie, la neige, la grêle, la brume mais aussi de phénomènes plus exceptionnels comme les inondations, les tremblements de terre, les tornades et les ouragans. Ces facteurs permettront de déterminer dans quelle mesure un lieu est convenable et de plus, comme ils sont incontournables, ils marqueront profondément la conception du bâtiment.

A l’intérieur d’une région climatique, on pourrait distinguer un nombre illimité de microclimats. Sous certaines conditions, nous pouvons constater plusieurs différences climatiques mais nous ne pouvons pas connaître toutes les particularités d’un lieu et de ses environs et encore moins prévoir toutes les implications des modifications que nous y apportons. La différence entre les influences environnementales de la ville et de la campagne est plus évidente mais on peut aussi découvrir que deux terrains même voisins peuvent avoir des microclimats très différents.

Le contexte géographique d’un terrain contribue aussi à sa qualité environnementale. Au bord de la mer, il faut considérer l’humidité, les vents, les marées et leur influence sur les températures. En montagne, l’air est bon, frais, venteux et riche en ions bénéfiques alors que dans une vallée, l’ensoleillement peut être limité, les polluants peuvent s’accumuler dans l’air qui stagne comme dans l’eau qui s’écoule de chaque versant. Dans les champs, la poussière, le pollen, les odeurs et produits chimiques agricoles peuvent polluer l’air et la nappe phréatique.

Pour des raisons bien connues, une grande proportion de la population de notre société vit dans des villes. En raison de la quantité de surfaces dures et du peu de végétation, la température est plus chaude et l’air est plus sec. La concentration d’activité en ville entraîne un taux élevé de polluants atmosphériques et il est donc préférable de s’installer en amont par rapport aux vents. Comme les vents dominants viennent du sud-ouest ou de l’ouest, la qualité de l’air de ce côté des villes est meilleure que celle de l’air soufflé vers les autres côtés après avoir amassé tous les polluants urbains sur son passage.

Ce principe s’applique également à petite échelle à l’égard des sources de pollution. Il est toujours recommandé de se situer loin des sources d’émission de polluants comme les usines, les parcs industriels, les autoroutes, les aéroports et les stationnements. Souvent ces sources causent une pollution additionnelle : celle du bruit. Enfin, dans les villes, il y a aussi des niveaux élevés de polluants plus subtils dont il faut s’éloigner. Ce sont les lignes d’électricité de haute tension, les tours de micro-ondes, de radio et de télévision.

Compte tenu des nombreux facteurs environnementaux, l’air et l’environnement de la campagne demeurent évidemment de meilleure qualité que ceux de la ville. Mais en analysant ces différents facteurs, il est possible d’identifier, même en ville, des endroits ou des terrains qui apporteront un meilleur appui à la santé de leurs utilisateurs. Grâce à des critères précis, il est somme toute possible de chercher et de trouver un emplacement de construction qui soit le plus approprié aux besoins et le plus susceptible de garantir une bonne qualité de vie tout en préservant l’environnement naturel.

  • Aménagement paysager

    1. L’aménagement paysager pour un environnement sain

      • Respect et harmonie

La nature, c’est l’affirmation de la vie. Elle apporte plus qu’on imagine physiquement, psychologiquement et consciemment à l’homme. Nos vies sont reliées à l’environnement et nous avons besoin de lui. La beauté, en lien historique de dépendance sur la nature, nous apporte une sécurité psychologique, des éléments qui représentent la stabilité de notre passé et les liens à la terre. L’émerveillement et le changement des saisons jusqu’à chaque instant avec le mouvement des arbres par le vent et le jeu des ombrages fait qu’il y a toujours de l’intérêt.

L’architecture doit respecter le rapport (affinité) des gens avec la nature et encourager ce lien. L’ouverture des espaces intérieurs à l’environnement extérieur privilégie au moins ce contact visuel. Mais aussi comment le bâtiment s’intègre avec le terrain doit être un souci important. Pour avoir une création forte et respectueuse avec le contexte naturel, le bâtiment doit être en harmonie avec le site au niveau de l’échelle, de la forme, de la couleur et des matériaux. On ne devra pas défaire l’état naturel du terrain pour les fins de l’homme, mais essayer de renforcer l’écosystème vivant qui existe. Si on rehausse et met en valeur les qualités naturelles du site, on démontrera un respect, l’interaction du bâtiment avec son contexte, on affirme notre place comme faisant partie d’un ensemble naturel de la terre et qu’on apprécie, respecte et laisse la place à la grande beauté et à l’importance de la nature et de l’interdépendance de toutes ces forces.

  • Microclimat

Évidemment, il y a plusieurs aspects du terrain à considérer : l’accès, l’approvisionnement en eau et en autres services, les vues, la présence des voisins, la nature du sol, la présence de failles ou de sources d’eau souterraines, les niveaux, l’ensoleillement, les vents dominants et la végétation existante. Tous ces aspects doivent être étudiés afin d’en établir les implications pour les bâtiments à construire. L’ensemble des caractéristiques d’un lieu ou d’un terrain lui définit un microclimat particulier. Les bâtiments eux-mêmes modifieront forcément ce microclimat et il faut veiller à ce que cette modification soit appropriée aux besoins des utilisateurs. Il ne faut pas oublier de considérer les caractéristiques des microclimats pendant les cycles du jour et de la nuit tout au long de l’année.

  • Stratégies utilisées

Ilot de chaleur : il faut utiliser des matériaux de couleur pâle pour éviter le réchauffement de la terre.

Il faut réduire les surfaces d’asphalte qui provoquent une surcharge au réseau d’égout pluvial. Les surfaces comme le gazon favorisent le ruissellement par voie de percolation et alimentent la nappe phréatique. Le résultat est la réduction des frais d’aménagement des infrastructures et plus d’attrait visuel.

En été, beaucoup d’eau est utilisé pour l’arrosage des aménagements paysagers. Afin de devenir plus responsable face à notre environnement et de conserver cette ressource importante, il faut remettre en question notre gestion de l’eau pour les espaces extérieurs qui sont souvent aménagés en fonction de considérations avant tout esthétiques.

Par leur feuillage, les arbres et autres végétaux procurent de l’ombre au sol et provoquent ainsi une diminution de l’évaporation d’eau. Autour des plantes, fleurs, légumes et fruits, on ne devrait jamais laisser la terre noire exposée à l’air parce que cela favorise l’évaporation de l’eau.

On devrait la recouvrir de paillis, de branches déchiquetées, d’écorces de bois ou de roches afin de mieux y retenir l’eau et la protéger d’un ensoleillement direct. Du même coup, on réduira la prolifération des mauvaises herbes et l’entretien requis pour s’en débarrasser.

  • La végétation pour un environnement sain

    • Le rôle de la végétation

L’être humain vit grâce à la nature et sur le plan psychologique, il a besoin de garder un lien avec cette force et l’importance de ce lien ne peut pas être négligée. A travers tous les changements que nous pouvons vivre, la nature procure une référence sécurisante et source de vie. Ses mouvements et ses transformations naturels nous gardent en contact avec la vie. Agréable par sa beauté, la nature a néanmoins bien d’autres qualités notamment dans le domaine de l’aménagement de la végétation.

L’étalement des villes élimine beaucoup de végétation et de terres agricoles pour les remplacer par de l’asphalte qui doit être drainée par de coûteux systèmes d’égouts. L’utilisation efficace et adéquate du sol doit être de première importance. En conservant la végétation existante ou en en plantant de la nouvelle, on peut essayer de compenser pour le déséquilibre écologique causé par les constructions. Il demeure difficile de compenser pour les écosystèmes que nous modifions, mais nous devrions toujours essayer de minimiser les effets néfastes à l’environnement naturel.

Pour conserver un écosystème sain, il faut laisser la végétation jouer son rôle, lequel permet d’assurer le bien-être de l’environnement et des êtres vivants. Les plantes filtrent l’air de ses poussières et polluants, absorbent le dioxyde de carbone et dégagent de l’oxygène. Elles améliorent la composition du sol, accroissent sa capacité de retenir les éléments nutritifs et peuvent réduire son érosion. Elles permettent aussi de garder l’eau dans le sol car leur ombrage réduit l’évaporation. Sur un autre plan, les plantes procurent nourriture et habitat pour plusieurs espèces d’animaux, dont certains comme les oiseaux peuvent contrôler les populations d’insectes nuisibles.

Pour les êtres humains, la végétation apporte beaucoup d’agréments. Cela est évident par sa beauté, sa variété, son mouvement, ses changements et ses odeurs. La verdure peut bloquer des vues moins intéressantes comme sur des rues ou des stationnements et protéger des regards des voisins. De plus, en absorbant les bruits, la végétation peut rendre les endroits plus intimes et paisibles.

Certains arbres selon leur espèce et âge peuvent faire partie du patrimoine paysager du secteur et doivent être respectés. Pendant le chantier la végétation et la terre du site devront être protégées. Dans une perspective globale on devra planter au moins le même nombre d’arbres que ceux utilisés pour construire le bâtiment.

  • Végétation adapté au climat

Voici ci-dessous une liste de végétation adapté au climat qui ne requiert pas d’arrossage.

CARACTÉRISTIQUE NOM COMMENTAIRES
Nuit Flowering tobaccos (Nicotiana alta and N. sylvestris) Haut, parfum doux
Madonna lily (Lilium candidum) Parfum doux et delicat
Chapitre 6 – Regal lily (L.regale)
Oriental hybrid ‘’Casa Blanca’’ Parfum puissant
Matthiola longipetala Scruffy look, parfum doux
Selenicereus grandiflorous Gangling flat-stemmed cactus
Chapitre 7 – Pour attirer les oiseaux L’amélanchier Arbre à fruits rouges
Chapitre 8 – Cèdre blanc ou thuya
Chapitre 9 – Épinette blanche
Flowering dogwood (Cornus florida) Floraison printemps
Shadblow (Amelanchier canadensis) Floraison printemps
Maple (acer saccharum)
Firethorn (pyracantha cocinea)
Chapitre 10 – Sycamore (plantus occidentalis)
Chapitre 11 – Érable à Giguère (Acer negundo)
Centaurée
Chapitre 12 – Cosmos
Rudbeckie
Chapitre 13 – Soucis
Tagète
Chapitre 14 – Tournesol
Chapitre 15 – Verveine
Chapitre 16 – Zinnia
Chapitre 17 – Cèdre
Chapitre 18 – L’aronie
L’aubépine
Chapitre 19 – Cotonéaster
Chapitre 20 – Frêne
Chapitre 21 – Genévrier
Chapitre 22 – Pimbina
Chapitre 23 – Sorbier
vinaigrier
Pour attirer les oiseaux-mouches Chapitre 24 – Loncie ra dropmore scarlet

 

Chapitre 25 – Monarde rouge
Chapitre 26 – Lobelia acardinalis
Pour attirer les papillons Chapitre 27 – buddleia
Chapitre 28 – L’asclépiade tubéreuse
Chapitre 29 – Aster
Chapitre 30 – Comsoms
Chapitre 31 – L’asclépias
Chapitre 32 – Rose Trémière
Chapitre 33 – Marguerites
Chapitre 34 – Rudbeckies
Chapitre 35 – Achillée
Chapitre 36 – Agérate
Chapitre 37 – Alysse
Chapitre 38 – Arabette
Chapitre 39 – Buddleia
Chapitre 40 – Asclépiade
Chapitre 41 – Astilbe
Chapitre 42 – Centaurée
Chapitre 43 – Chysanthème
Chapitre 44 – Coréopsis
Chapitre 45 – Cosmos
Chapitre 46 – Dahlia
Chapitre 47 – Echinops
Chapitre 48 – Gaillarde
Chapitre 49 – Mémérocalle
Chapitre 50 – Ibéride
Chapitre 51 – Impatiente
Chapitre 52 – Lavande
Chapitre 53 – Lilas
Chapitre 54 – Œillet
Chapitre 55 – Œillet d’Inde
Chapitre 56 – Orpin
Chapitre 57 – Pétunia
Chapitre 58 – Phlox
Chapitre 59 – Primevère
Chapitre 60 – Rhododendron
Chapitre 61 – Scabieuse
Chapitre 62 – Tournesol
Chapitre 63 – Verge d’or
Chapitre 64 – Viorne
Chapitre 65 – Zinnia
Chapitre 66 – Coneflowers
Chapitre 67 – Sumac
Chapitre 68 – Pholx
Chapitre 69 – Black-eyed Susans
Fleurs sauvages Chapitre 70 – Purple ageratum
  Chapitre 71 – Bergamot
Chapitre 72 – Blazing star
Chapitre 73 – Boneset
Chapitre 74 – Butterfly flower
Chapitre 75 – New England Aster
Chapitre 76 – Ox-eye daisy
Vivaces Chapitre 77 – Aster
Chapitre 78 – Bee balm
Chapitre 79 – Butterfly weed
Chapitre 80 – Black-eyed Susan
Chapitre 81 – Purple cone-flower
Chapitre 82 – Sedum
Chapitre 83 – Yarrow
Annuelles Chapitre 84 – Flowering tobacco
Chapitre 85 – Impatiens
Chapitre 86 – Marigold
Chapitre 87 – Phlox
Chapitre 88 – Sunflowe
Chapitre 89 – Verbena
Feuillage pour les chenilles Chapitre 90 – Asclépiade
Chapitre 91 – Carottes
Chapitre 92 – Choux
Chapitre 93 – Hibiscus
Chapitre 94 – Luzerne
Chapitre 95 – Mauvaises herbes
Chapitre 96 – Mauve
Chapitre 97 – Peuplier
Chapitre 98 – Rose trémière
Chapitre 99 – Saule
Chapitre 100 – Trèfle
Chapitre 101 – Violette
Générale Chapitre 102 – Camaleux
Chapitre 103 – Duchess of Edinburgh clematis
Chapitre 104 – Astilbes
Chapitre 105 – Pumila
Chapitre 106 – Japanese anemones (Aéx hupehensis)
Chapitre 107 – Palace purple heuchera
Chapitre 108 – Begonia grandis
Chapitre 109 – Fuchsia magellanica Spotted white calla

Chapitre 110 – (Zantedeschia albomaulata)

Plantes indigènes diverses Chapitre 111 – Armoise de steller (Seneciio cineraria)
Chapitre 112 – Coréopsis (Coreopses sppé)
Chapitre 113 – Euphore (Eupherbia epithymoides)
Chapitre 114 – Phlox mousse (Phlox subulata)
Chapitre 115 – Fleur Purplecone (Echinacea purpuria)
Chapitre 116 – Coréopsis occidental (Coreopsis verticllata)
Chapitre 117 – Plante obéisante (Physostegia virginiana)

Chapitre 118 – Marguerite jaune (Rudbeckia)

Chapitre 119 – Thym (Thymus spp.)
Chapitre 120 – Flax bleu (Linum perenne)
Chapitre 121 – Saint-Joseph (Petunia grandiflora)
Chapitre 122 – Verge d’or (Solidago spp.)
Chapitre 123 – Ortie blanche (Lamium maculatum)
Chapitre 124 – Fétuque ovine
Chapitre 125 – Élymus
Chapitre 126 – Barbon à balais
Chapitre 127 – Sporobole à glumes inégales
Chapitre 128 – Primevère
Chapitre 129 – Indigo sauvage
Chapitre 130 – Eryngium yuccifolium
Chapitre 131 – Aster
Chapitre 132 – Armérie maritime
Chapitre 133 – Orpin
Chapitre 134 – Foin d’odeur
Chapitre 135 – Boutelou
Chapitre 136 – Gaillarde
Chapitre 137 – Boule azurée
Chapitre 138 – Silfe
Chapitre 139 – Ail du Canada
Chapitre 140 – Verveine veloutée
Chapitre 141 – Desmodie
Chapitre 142 – Barbon de Gérard
Chapitre 143 – Panic à longues feuilles
Chapitre 144 – Rudbeckie
Chapitre 145 – Yucca
Chapitre 146 – Coréopsis
Chapitre 147 – Dalée velue
Chapitre 148 – Achillée mille-feuille
Chapitre 149 – Bergamote
Plantes de couverture (couvre-sol) Chapitre 150 – Ajuga (Ajuga reptans)

Chapitre 151 –

Chapitre 152 – Raisons d,ours (Arctstaphylos uva-urso)
Chapitre 153 – Bugloss de Sibérie (Brunnera Macrophylla)
Chapitre 154 – Waldsteinie faux-fraisier (mi-ombe)
Chapitre 155 – Phlox de Hood
Chapitre 156 – Fraise de la côte du Pacifique
Chapitre 157 – Cotonéastre (Cotoneaster dammeri)
Chapitre 158 – Pervenche (Vinca Minor)
Chapitre 159 – Thym (Thymun spp.)
Chapitre 160 – Cornouiller (mi-ombre)
Chapitre 161 – Faux buis
Chapitre 162 – Potentille
Conifères Chapitre 163 – Génévrier (Juniperus sp.)
  Chapitre 164 – Pin (Pinus sp.)
  Chapitre 165 – Épicéa (Pieca sp.)
Srubs Chapitre 166 – Azalea
  Chapitre 167 – Butterfly bush
  Chapitre 168 – Buttonbush
  Chapitre 169 – Lilac
  Chapitre 170 – Privet
  Chapitre 171 – Sumac
Arbustes à feuilles Chapitre 172 – Joli buisson (Kolkwitzia amabilisamaryllis)
Chapitre 173 – Rosier rugueux (Rosa rugosa)
Chapitre 174 – Dièreville chèvrefeuille
Chapitre 175 – Vinaigrier
Chapitre 176 – Potentille
Chapitre 177 – Cornouiller
Chapitre 178 – Amélanchier ainifolié
Chapitre 179 – Penstémon
Chapitre 180 – Fusain de l’est (Euonymus alata)
Chapitre 181 – Shépherdie du Canada
Chapitre 182 – Argousier
Chapitre 183 – Genévrier
Chapitre 184 – Chalef chageant
Chapitre 185 – Symphorine rivicole
Chapitre 186 – Groseille à grappe
Chapitre 187 – Rosier de la Caroline
Pour les rivages en pente (endroits plus mouillés) Chapitre 188 – Saule

Chapitre 189 –

Chapitre 190 – Ronce élégante
Chapitre 191 – Barbon de Gérard
Chapitre 192 – Cornouiller stolonifère
Chapitre 193 – Viorne comestible
Chapitre 194 – Barbon à balais
Chapitre 195 – Chèvrefeuille à involucres
Chapitre 196 – Boutelou gracieux
Chapitre 197 – Fétuque scabre
Arbres à feuilles Chapitre 198 – Cerise à grappe (Prunus viginiana)
Chapitre 199 – Févier inerme d’Amérique (Gleditsia triacanthos)
Chapitre 200 – Olive de Rusie (Eleagnus angustifolia)
  • L’économie d’eau dans un aménagement paysager sain

    • Stratégies à adoptés

Parmi nos ressources naturelles, une des plus importantes est celle de l’eau potable. L’eau est essentielle à la vie et sans une eau de bonne qualité, on ne peut pas vivre en santé. Comme dans tant d’autres domaines, nous sommes privilégiés par les quantités énormes d’eau douce qui nous entourent. Cette abondance nous la fait prendre pour un fait acquis et nous empêche d’être sensibilisés à son gaspillage.

Mais la situation est en train de changer. Déjà, au cours de certaines périodes de l’été, des villes ont de la difficulté à s’approvisionner, à traiter et à distribuer une eau de bonne qualité en quantité suffisante. Alors même que la demande d’eau est à son plus fort, la quantité consacrée à l’arrosage des aménagements paysagers est énorme.

Nos décisions doivent incorporer une dimension de responsabilité environnementale pour nous assurer que notre impact sur l’environnement devienne le plus positif possible.

Un concept d’aménagement extérieur qui s’appelle « XÉRI » paysage a comme objectif d’éliminer l’arrosage ou du moins de le réduire au minimum. Généralement, le gazon est l’élément de nos parterres qui exige le plus d’entretien et d’eau. Des techniques permettent cependant de le rendre moins dépendant de l’humidité de surface. Il s’agit de le garder plus long et de favoriser un développement des racines en profondeur. Il existe des variétés de gazon plus appropriées qui nécessitent moins d’eau mais qui répondent moins bien à l’image à la mode d’un beau tapis vert vif et souple. Avec l’arrosage de surface, une bonne partie de l’eau est perdue par évaporation, mais il est possible de réduire cette perte grâce à un système d’irrigation souterrain.

En plus des grandes quantités d’eau requises pour garder sa vitalité et sa verdure, le gazon traditionnel doit souvent être soutenu par des produits synthétiques toxiques comme des pesticides, herbicides et engrais chimiques. Ces produits sont néfastes à l’environnement et leur fabrication nécessite de grandes quantités d’énergie. Idéalement, les surfaces gazonnées devraient être éliminées ou réduites au minimum. Les patios, galeries et trottoirs ne nécessitent pas d’eau du tout et les substituts comme les couvre-sol ou les plantes vivaces sont moins exigeants. Toute végétation devrait être constituée d’espèces indigènes. En étant bien adaptées au contexte climatique, elles sont moins fragiles et nécessitent moins d’eau et de renforcement par des produits chimiques. Qu’il s’agisse d’arbres, d’arbustes, de plantes grimpantes ou couvrantes, on devrait choisir des variétés végétales qui ont besoin d’un minimum d’eau.

Un autre moyen à privilégier, c’est d’améliorer la capacité du sol à retenir l’eau. On veut que le sol se draine rapidement en surface tout en retenant l’eau en profondeur. On peut atteindre cet objectif en l’aérant et en y augmentant les matières organiques.

Le drainage du sol est important parce qu’il est préférable que le terrain qui entoure les bâtiments soit relativement sec. Pour diminuer les infiltrations potentielles d’eau autour des fondations, une pente de 2 à 4% devra éloigner l’eau vers les endroits où elle est requise ou vers un bassin de rétention. Pour maximiser le bénéfice des eaux de pluie, on peut les collecter des gouttières dans des barils ou citernes en vue de l’arrosage du jardin.

Si des arbustes ou autres plantes sont plantés trop près des bâtiments et qu’il y a peu de circulation d’air ou s’il y a du paillis, les conditions peuvent favoriser la croissance de moisissures. Pour les personnes sensibles ou allergiques, ces moisissures peuvent être source d’irritations de sorte qu’il est conseillé de garder le terrain plus sec près des bâtiments.

Avec ces différentes stratégies, il est possible de maximiser l’utilisation des eaux de pluie et de minimiser les besoins d’arrosage. Il est possible de créer des aménagements plus résistants et durables qui nécessitent moins d’entretien. L’aménagement paysager joue alors son rôle fondamental en étant une force positive dans l’écosystème local et dans l’environnement global.

La récupération de l’eau de pluie et sa réutilisation deviennent de plus en plus répandues pour réduire les exigences sur des services. L’écoulement contrôlé des surfaces solides au sol et des toits aident à diminuer les demandes sur les infrastructures. La végétation est choisie pour sa résistance à la sécheresse parce ce que les plantes ne devront pas avoir besoin d’être arrosées.

  • Aménagement paysager pour une maison saine

    • Complicité d’une maison et son environnement

L’agencement de l’aménagement du terrain avec un bâtiment est très important pour établir l’harmonie et l’intégration entre eux. L’image d’un immeuble peut être rehaussée par cette beauté et ce relief naturel. Dans une perspective écologique tant à grande qu’à petite échelle, il faut étudier les implications des décisions sur l’environnement construit et naturel. Pour une maison saine, l’aménagement paysager est notamment d’une grande importance pour atténuer les influences climatiques dans le but de réduire les besoins énergétiques en été comme en hiver.

La végétation qui entoure la maison offre beaucoup de potentiel pour la rendre plus efficace énergétiquement. L’économie d’énergie qui en résulte diminue les dépenses du propriétaire et sur un plan plus global, réduit les problèmes environnementaux reliés à l’utilisation de l’énergie.

La nature et de la végétation, la variété de ses mouvements et de ses odeurs et ses transformations au cours des saisons ajoutent de la vie autour de la maison et adoucisse les matériaux durs et statiques utilisés pour la construction.

Le patio du côté sud d’une maison est un endroit approprié pour des matériaux denses et de couleur foncée. En plein été, quand le soleil est haut dans le ciel, l’endroit doit être protégé par de l’ombrage afin de ne pas surchauffer mais, à l’automne et au printemps, alors que le trajet du soleil est plus bas, il absorbera avantageusement la chaleur du jour pour la dégager durant les soirées plus fraîches. Si le patio est attenant à un mur de brique foncé sur la maison et qu’il est entouré d’un muret ou clôture de couleur foncée ou de tout autre moyen de couper les vents, il sera possible d’en prolonger la période d’utilisation occasionnellement jusqu’en hiver et la neige y fondra beaucoup plus vite.

Les matériaux massifs et foncés peuvent aussi être utilisés avantageusement sur les trottoirs et les entrées d’auto afin d’absorber la chaleur pour faire fondre la neige et la glace. L’effet sera d’autant plus marquant que la pente du terrain sera davantage orientée vers le sud. Il faudra toutefois éviter, en été, que les vents soufflent la chaleur dégagée vers la maison. D’un autre côté, en hiver, la neige reflète beaucoup de lumière et d’énergie à travers les fenêtres, surtout du côté sud, et elle contribue ainsi à l’éclairage intérieur, et il y a plus de clarté pour les fenêtres du côté nord en hiver que durant l’été à cause de cette réflexion.

L’aménagement paysager joue alors son rôle fondamental en constituant une force positive dans l’écosystème local et dans l’environnement global. L’aménagement paysager constitue alors une première ligne de défense pour atténuer les effets des conditions climatiques sur la maison. La réduction des effets climatiques extrêmes favorise une meilleure efficacité énergétique et diminue donc les aspects néfastes de la création et de l’utilisation des différentes formes d’énergie.

Le revêtement du sol qui entoure une maison influence le microclimat de la propriété. La température sera différente selon qu’on utilisera de la végétation ou des matériaux durs comme l’asphalte. Les matériaux durs et surtout ceux de couleur foncée absorberont et dégageront la chaleur alors que la verdure dégagera de l’humidité et rafraîchira.

Lorsqu’il pleut, l’eau s’infiltre dans le sol et les racines du gazon et des plantes la pompent jusqu’à leur feuillage où, comme une transpiration, elle s’évapore dans l’air ambiant sous forme d’humidité. L’augmentation de l’humidité de l’air a pour effet d’abaisser sa température et la maison est ainsi entourée d’un tampon d’air plus frais ce qui, en été, diminue les besoins de refroidissement mécanique. C’est pourquoi il est souhaitable d’entourer les bâtiments de végétation pour éviter la surchauffe due à l’ensoleillement, et ainsi diminuer les écarts de température. Cela contribue aussi à réduire le réchauffement global dû aux systèmes mécaniques.

L’aménagement paysager et l’architecture doivent coexister harmonieusement. Les bâtiments doivent bien s’intégrer à leur milieu en respectant les caractéristiques du terrain et en même temps, l’aménagement judicieux d’un cadre naturel peut adoucir leur masse solide et masquer leur caractère non naturel. En fait, en respectant le contexte naturel et les écosystèmes, on peut créer des bâtiments qui font partie de leur milieu : une complicité est ainsi tissée entre les deux.

L’aménagement paysager doit être adapté à deux contextes bien différents d’été et d’hiver. En hiver, on doit chercher à réfléchir le plus possible la lumière vers les bâtiments grâce à des couleurs pâles alors qu’en été on doit chercher à les empêcher d’atteindre ces mêmes bâtiments par divers moyens. Ces principes s’appliquent à tous les matériaux employés soit sur un plan horizontal comme une galerie, soit sur un plan vertical comme une clôture.

Les fenêtres du côté Nord ne reçoivent pas de lumière directe du soleil : on recommande donc de les entourer d’un aménagement qui leur en fournira par l’utilisation de couleurs claires et réfléchissantes.

  • Contribution de la végétation

Pour tirer le maximum de bénéfice de cette végétation, il faut veiller à l’aménager de manière judicieuse. Les arbres feuillus sont particulièrement efficaces pour protéger les bâtiments contre le soleil ardent de l’été. Lorsqu’ils sont plantés du côté sud et sud-ouest et qu’ils atteignent de 30 à 40 pieds, ils peuvent leur fournir un ombrage rafraîchissant. En hiver, ils perdent leurs feuilles et permettent au soleil de réchauffer les bâtiments dotés d’une fenestration appropriée.

Les conifères sont utiles pour bloquer les vents froids d’hiver du nord-est et les rediriger ou diminuer leur vitesse contre les murs des bâtiments. Si on peut créer une zone de protection autour des bâtiments, ils sont moins exposés aux conditions extrêmes qui refroidissent les structures. Il faudra toutefois éviter de placer les conifères d’une manière qui bloquerait les vents rafraîchissants de l’été. Outre la végétation, d’autres facteurs tels les niveaux des terrains et l’emplacement des bâtiments avoisinants peuvent encore augmenter ou diminuer les effets des vents.

La garniture des murs des bâtiments par des plantes grimpantes leur procure un attrait particulier. Sur les murs sud et ouest, elles apportent de l’ombre aux revêtements et leur évaporation rafraîchit l’air. Leur présence sur des murs qui reçoivent peu de soleil peut toutefois causer des problèmes d’humidité. De plus, il faut veiller à choisir des variétés de plantes grimpantes qui n’endommageront pas les surfaces qui leur servent de support.

Tout en embellissant un lieu, la végétation peut servir à des fins plus utilitaires. Ainsi, elle peut facilement améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et, en jouant son rôle naturel, faire sa part pour garder l’écosystème en équilibre. Tout cela sera rendu possible si nous veillons à compenser tout empiètement sur l’environnement par une utilisation plus judicieuse de la végétation autour des bâtiments.

En respectant ces principes, il devient possible d’utiliser divers éléments de l’aménagement pour modifier les influences externes. L’aménagement paysager constitue alors une première ligne de défense pour atténuer les effets des conditions climatiques sur les bâtiments. La réduction des effets climatiques extrêmes favorise une meilleure efficacité énergétique et diminue donc les aspects néfastes de la création et de l’utilisation des différentes formes d’énergie.

 

  • Maison écologique

L’architecte doit se rendre le metteur en oeuvre de la nature.

Etienne-Louis Boullée

Fournir dans le silence, la solitude et face au soleil, à l’espace, à la verdure, un logis qui soit le réceptacle parfait d’une famille.

Le Corbusier

  •  L’architecture écologique

    • Introduction

L’être humain et ses gestes ont un impact sur l’environnement, particulièrement les projets de construction. Les conséquences écologiques devront être justifiées par des bienfaits du bâtiment dans l’avenir, par son utilité sociale, par sa valeur économique et par le plaisir esthétique qu’il apporte. Les préoccupations environnementales deviennent de plus en plus présentes en architecture. Beaucoup sont déjà très sensibilisés à toutes les questions de protection de l’environnement et d’utilisation intelligente des ressources naturelles et à plus forte raison les architectes. En effet, il est évident que toutes ces préoccupations, les recherches qu’elles suscitent et les valeurs qu’elles sous-tendent ont une forte influence sur leur travail. Il est donc judicieux d’étudier les nombreux aspects environnementaux considérés en architecture, soit dans toute forme de construction. En effet, qu’il s’agisse de décoration, rénovation, agrandissement ou nouvelle construction, les préoccupations environnementales doivent être toujours présentes, à petite comme à grande échelle. Une maison saine est saine sur les plans micro à macro, à partir de l’environnement du terrain jusqu’à la planète. Une maison devra générer sa propre énergie et sa nourriture pour être plus autonome.

Les choix que nous faisons comme consommateurs, que ce soit pour des produits d’utilisation courante ou, à plus long terme, pour des matériaux et procédés de construction, ont des conséquences environnementales. Cependant, le prix que nous payons pour ces produits et matériaux est loin de tenir compte des frais occasionnés par la pollution et la perte des ressources naturelles. Dans notre société de consommation, la science nous apporte de belles solutions mais aussi et sournoisement tout un cortège de problèmes découlant d’un manque d’étude d’impacts. Après des années de progrès à tout prix, on se retrouve face à une réalité environnementale lamentable devenue difficile à corriger.

Il faut reconnaître l’effet de ce progrès en tant que menace à l’existence d’un espace humain. Les bénéfices recherchés à court terme entraînent des séquelles à long terme et le prix à payer pour rétablir un environnement humain idéal devient de plus en plus élevé et problématique. Il est primordial de concilier l’écologie et le progrès technologique et économique. En prenant conscience que toutes nos décisions ont des implications sur l’environnement et notre santé, nous avons déjà fait un pas vers des solutions.

L’écosystème est un milieu complexe d’éléments vivants qui évoluent en interaction constante. C’est un processus merveilleux qui permet la régénération de notre planète. Notre civilisation, par des influences technologiques, impose sur le milieu vivant des déséquilibres, des disharmonies. Les conséquences de nombreux actes humains entraînent l’extinction de différentes espèces végétales et animales, la diminution de la qualité de l’air et de l’eau, la diminution de la couche d’ozone, l’effet de serre et le réchauffement de la terre, l’appauvrissement et l’érosion du sol, la réduction du milieu agricole par l’étalement urbain, la consommation énergétique inefficace, l’accumulation de déchets toxiques et de la pollution visuelle et sonore.

Les progrès de notre civilisation ont généralement pour objectif l’amélioration de la qualité de vie du genre humain, mais ce but n’est pas toujours situé dans une perspective globale. A long terme, des abus et des erreurs dans l’utilisation de nos richesses naturelles altèrent notre écosystème et les répercussions ne tardent pas à se manifester chez l’être humain. Les maladies environnementales comme les maux de tête, la fatigue, les allergies, l’hyperactivité, l’asthme, l’hypersensibilité environnementale, le cancer, etc. sont des problèmes de santé de notre époque.

En tant qu’être humains responsables des actes posés nous devons reconnaître les limites de notre place dans l’écosystème et comprendre et respecter les règles de vie de cette unité écologique. Comme membres de la société, nous devons apporter une contribution positive et cela doit s’appliquer à l’égard de tout notre environnement. Mais, alors que des règles bien établies guident nos rapports sociaux, nos comportements envers notre milieu de vie ne sont pas toujours bien éclairés, compris et interprétés.

La technologie utilisée dans plusieurs domaines qui nous concernent tous de très près reste pour plusieurs obscure, inexpliquée, et incompréhensible. Il devient ainsi difficile d’être pleinement conscients des répercussions de nos décisions. Autrefois, les matériaux utilisés dans la vie quotidienne étaient simples et aisés à comprendre, mais aujourd’hui, nos choix vont vers l’utilisation de produits de plus en plus sophistiqués de produits chimiques; cela ne doit pas diminuer pour autant notre responsabilité envers l’équilibre de notre planète.

  • L’habitat idéal, un habitat écologique

À travers le temps, les cultures et les climats, l’habitat a toujours eu le même rôle de protéger les gens de leur environnement pour procurer la santé, confort et d’être une source de sécurité de leur être. Mais en plus de ces exigences physiques, on doit combler l’être dans sa totalité, il y avait des besoins moins tangibles à satisfaire. Parmi eux, nous retrouvons la socialisation, l’estime de soi et la réalisation de soi.

L’environnement de vie, c’est plus qu’un espace habitable. Les réalisations architecturales abritent des êtres biologiques et on doit se préoccuper en tout premier lieu de leur santé, de leur confort et de leur sécurité. Mais plus encore, le design des bâtiments doit atteindre un niveau de subtilité tel qu’il puisse tenir compte non seulement du bien-être physique de l’être humain mais aussi de ses dimensions psychologiques et sociologiques. Évidemment, notre environnement construit peut répondre facilement aux besoins physiques des utilisateurs mais une bonne architecture doit aller plus loin et fournir un contexte dans lequel la personne pourra s’épanouir.

Ce niveau de design est plus subtil et difficile à réussir. C’est exactement cette complexité qui devient le défi : réaliser un habitat qui répond à l’ensemble des activités et attentes de la personne à tous les niveaux.

L’individualité de la personne, en plus de ses caractéristiques physiques, est une combinaison unique de particularités dans les sphères sociale, psychologique, philosophique, spirituelle, culturelle, artistique, éducationnelle et des expériences vécues. Ainsi, l’unicité et la richesse de chaque personne vient composer la diversité humaine. Cette diversité doit être cultivée pour que chaque personne puisse donner le meilleur d’elle-même. C’est une grande responsabilité de fournir le contexte idéal pour que cela puisse se réaliser. Une maison devrait donc être un prolongement harmonieux de notre corps et un appui comportemental à notre vie par ses formes, volumes, proportions, dimensions, circulation, éclairage, couleurs, textures et odeurs. En utilisant tous ces facteurs, on peut peindre, de notre palette, une œuvre riche et profonde.

Tous les éléments doivent être réunis pour encourager et soutenir l’être dans son esprit et son âme dans la réalisation de son potentiel. En comprenant mieux qui est l’utilisateur, on précisera et définira les contextes culturel et environnemental et on sera ainsi mieux outillé pour répondre adéquatement et équitablement à toutes les exigences tangibles et intangibles.

Par la qualité de l’environnement, dans ses aspects physiques et autres, on assure un meilleur cadre de vie et en conséquence une meilleure qualité de vie.  Un habitat devrait être positif et contribuer à la santé physique et mentale de ses utilisateurs. Avec ce souci, ils s’y sentiront bien et y retrouveront la vitalité, l’énergie, l’exubérance, la joie et le bonheur.

En visant le bien-être des gens et de l’environnement, on pourra concevoir des espaces idéals où ils pourront jouir de la vie dans un contexte sain et agréable. Mais un tel design, tant pour la santé et le confort physique et psychologique des personnes que pour la qualité environnementale, malgré les nombreuses contraintes qu’il suppose, offre de très intéressantes opportunités. Voilà de nouveaux défis qu’il importe de relever à la fois individuellement et collectivement.

  • Maison

    • Une architecture respectueuse de la nature

Notre société est régie par un système social, économique et politique axé sur l’être humain, ses technologies et sa maîtrise de la nature. Le progrès est le moteur de notre développement, souvent aux dépens de l’état de l’écosystème qui est la base de la vie. En effet, la bonne marche de l’économie devient souvent, malheureusement, le seul critère de mesure de l’avancement de notre société. Notre perspective sur la vie est dominée par les préoccupations économiques et nos décisions reflètent exagérément cette valeur. Notre sphère économique n’est pourtant qu’un des multiples aspects qui doivent former un tout équilibré. La nature a bien trop souvent été sacrifiée pour des fins économiques.

Chez nos ancêtres, la vie quotidienne était en lien étroit avec la nature pour des fins agricoles de sorte que sa compréhension et son respect étaient plus évidents. Mais avec la réorientation de notre société actuelle vers les villes et la technologie, la complémentarité de l’homme et de la nature a été négligée. Le manque de perspective concernant les systèmes écologiques a fait en sorte que les orientations technologiques n’ont pas toujours été respectueuses de la réalité des processus naturels. Maître de la technologie, c’est l’homme qui, en fin de compte, valorise ses créations et par voie de conséquence, se valorise lui-même. Il gardera confiance dans sa façon de contrôler la nature jusqu’à ce que celle-ci lui joue un tour et lui démontre de nouveau sa puissance, une puissance qui exige le respect. Cette lutte n’est cependant pas sans conséquences néfastes pour certains éléments de l’environnement moins pourvus de moyens de défense et pour celui de l’homme.

Notre société, maintenant plus éveillée aux conséquences néfastes du progrès à tout prix, doit adopter une philosophie de développement durable. Cette approche équilibrée à comme but d’améliorer les conditions de toute forme de vie. Malgré tous les avantages apportés par la technologie, il demeure que la qualité de l’environnement est l’élément qui a encore la plus grande influence sur la qualité de notre vie. Comme membre de l’écosystème, l’homme est en interdépendance avec l’ensemble environnemental. Le bien-être de son environnement assure son propre bien-être.

Dans la déclaration du sommet de Rio en 1992, ces grands principes sont exprimés comme suit. « Les êtres humains ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature… Le droit au développement doit tenir compte de l’environnement et des besoins des générations présentes et futures… La paix, le développement et la protection de l’environnement sont interdépendants et indissociables. »

Les solutions en design de l’architecture ancestrale ont évolué pour satisfaire les besoins des habitants par des moyens des plus simples. Avec les avances de la technologie, on a découvert d’autres moyens plus sophistiqués mais la rapidité de ces avances n’a pas laissé le temps d’analyser la meilleure utilisation de ces nouveaux moyens. Avec la technologie, l’architecture est souvent dissociée de l’environnement.

Pour être respectueux de la nature, on doit développer une architecture adaptée, spécifique à notre culture et à notre climat dans toutes les variations de ses cycles naturels quotidiens et saisonniers. Une maison saine est saine à petite et à grande échelle, soit de l’environnement immédiat d’intérieur et du terrain à celui de toute la planète, des utilisateurs à la collectivité.

L’air, l’eau et la terre sont des ressources qui, combinées avec le soleil qui fournit l’énergie, sont essentielles à tous les êtres vivants. C’est sur cette base vitale que se situe l’écosystème des végétaux et des animaux qui doit se maintenir en équilibre avec l’ensemble. L’Homme fait partie de cet ensemble et il ne doit pas s’imposer pour détruire les fragiles interdépendances de ses composantes.

Par son puissant intellect, l’être humain cherche à s’améliorer et à se dépasser, se distinguant ainsi des autres espèces vivantes partenaires du même environnement. Mais nous devons bien admettre, à regret, que la technologie a été utilisée sans discernement et nous avons développé une philosophie de domination de la nature, en toute liberté, perdant ainsi notre respect pour elle. Il faut donc atteindre un niveau de conscience encore plus élevé afin d’occuper notre place dans l’univers dans le respect de celle des autres au-delà de notre seule génération. Le respect de la nature est une forme ultime du respect de nous-mêmes et de nos enfants.

  • Une architecture intégrée à l’environnement

L’emplacement du terrain comprend plusieurs considérations impliquant évidemment de contribuer à l’étalement urbain, lequel n’est pas souhaitable pour la destruction de la terre arable, le coût de l’expansion des infrastructures et des réseaux de services et la pollution associée avec le transport et particulièrement la dépendance et les déplacements accrus en automobile.

L’efficacité énergétique d’un bâtiment est un des aspects les plus évidents concernant les implications environnementales. Souvent les gens sont conscients du niveau des coûts de l’énergie mais il y a d’autres coûts écologiques associés avec l’utilisation excessive de l’énergie. La meilleure stratégie est de minimiser le besoin des sources d’énergie particulièrement non renouvelables qui doivent être fournies à un bâtiment.

En intégrant avec l’environnement, il est possible d’utiliser les processus naturels pour limiter les besoins d’énergie; le propriétaire, toute la société et l’environnement en bénéficieront. Les besoins de chauffage peuvent être grandement satisfaits par l’énergie solaire passive fournie par des gains directs d’ensoleillement en collaboration avec une enveloppe bien isolée et étanche. En même temps, on privilégie l’éclairage naturel.

L’été on doit favoriser le rafraîchissement naturel par la protection contre le soleil par des pare-soleil ou de la végétation qui fournit de l’ombrage. On peut aussi profiter de la ventilation naturelle par l’ouverture de fenêtres. L’aménagement paysager peut modifier le microclimat autour d’un bâtiment pour réduire sa consommation d’énergie.

Une autre ressource naturelle mérite notre attention, c’est l’eau. On doit se soucier de sa conservation et de son recyclage que ce soit dans l’aménagement paysager ou dans le bâtiment.

L’habitation de forme compacte, cubique, diminue la surface extérieure, renferme le maximum de volume intérieur tout en diminuant la quantité de matériaux utilisés et la perte de chaleur sur la périphérie. Tout compte fait, de grands bâtiments nécessitent plus d’entretien, immobilisent un capital important et entraînent des taxes plus élevées.

Le design doit être fonctionnel dans la grandeur et l’agencement des espaces afin que la volumétrie de l’ensemble soit juste tout en répondant adéquatement et sans excès aux besoins. Il faut aussi planifier une flexibilité suffisante pour faciliter les modifications selon l’évolution de ces besoins.

Dans l’aménagement d’un bâtiment vert, les utilisateurs doivent aussi assumer leurs responsabilités et on doit encourager et faciliter les comportements favorables à l’environnement comme le recyclage, la récupération et le compostage. De plus, la conception devrait éviter d’encourager la consommation de produits.

Un bâtiment doit être une source d’harmonie, avec l’environnement en général, son contexte physique, son terrain et avec ses habitants. Le design doit refléter les valeurs de la société pour respecter le bien-être de l’individu, de la collectivité et de l’environnement. Chaque décision doit être pesée en fonction de ses implications micro et macro environnementales dans le respect de la personne, de la collectivité et de la nature. C’est une question de valeurs environnementales de la société qui concerne nos activités humaines. C’est la responsabilité sociale et morale de faire en sorte que l’environnement bâti soit un facteur positif dans l’avènement d’un meilleur monde.

  • L’architecture face à l’environnement

Dans l’industrie de la construction, les décisions prises touchent de nombreuses ressources comme la main-d’œuvre, les matériaux, l’énergie, l’eau, le sol, le temps et l’argent. Si les choix environnementaux sont adaptés, on aura une emphase sur la qualité.

Les objectifs sont que le bâtiment soit composé de moins de matériaux et de matériaux plus sains, qu’il consomme moins d’énergie, qu’il contienne plus d’attributs, qu’il soit plus fonctionnel, qu’il utilise le sol d’une manière plus écologique et qu’il soit plus adapté aux aspects sociaux.

Le bâtiment doit utiliser un minimum d’énergie et de ressources, particulièrement celles considérées non renouvelables, pour la construction, l’usage et l’entretien et générer un minimum de polluants.

Le respect de l’environnement est la responsabilité de chaque individu, de la société mais le domaine de la construction offre de multiples occasions de relever ce défi, d’atteindre ce but.

La société a beaucoup évolué dans l’utilisation de l’énergie mais sans se préoccuper de sa conservation. Nous devons maintenant apprendre comment mieux utiliser l’énergie disponible tout en prenant les moyens de la conserver. Il faut même penser à réduire nos besoins d’énergie en raison de ses effets néfastes sur l’environnement. En somme, l’architecture doit se renouveler afin d’être plus responsable face à l’environnement et à la société.

  • Aspects de construction d’une maison

    • Design

Notre habitat doit être un refuge, un havre pour notre bien-être : il doit être sain non seulement pour les personnes qui y vivent mais aussi pour l’environnement global. Comme le corps humain, il est composé d’éléments de la terre, qui un jour, retourneront à la terre comme prévu par la nature dans les cycles de la vie.

On doit chercher à répondre à des idéaux basés sur le passé, le présent et les souhaits pour l’avenir.

La maison doit être facile à construire et vendable en termes de coût, d’esthétique et de fonctionnement.

Les gens aiment la symétrie et privilégie l’ordre, la cohérence et la continuité.

Organiser les pièces de vie au soleil avec le sud sur la partie privée à l’arrière de la maison et avec accès au sol.

Les espaces sociaux comme la cuisine, la salle à manger et la salle familiale sont ouvertes entre eux mais il est important d’avoir des portes pour isoler les bruits des espaces privés afin d’éviter les conflits sonores.

Un lien fort devra exister avec la nature et toutes ses variations au cours de la journée et des saisons.

  • Structure

Elle peut avoir du contreventement diagonal au lieu de contreplaqué ou autres panneaux comme revêtement.

  • Mécanique

Le système géothermal avec une thermopompe peut être connecté avec une citerne d’eau collectée du toit. La citerne peut être dans la cour et doit avoir des filtres pour traiter l’eau potable.

La chaleur peut être récupérée de l’eau grise et de la sécheuse. L’eau grise peut être utilisée pour les toilettes.

Le compresseur pour le réfrigérateur devra être placé ailleurs à cause de la génération de bruit et de chaleur.

DC/AC éclairage.

  • Efficacité énergétique

    • Forme et volume

La forme et le volume du bâtiment sont également importants pour le rendement énergétique. L’hiver, on désire capter le maximum d’énergie solaire et en perdre le minimum pendant l’été. Pour se faire, la forme idéale est un carré éloigné de l’axe est-ouest. Idéalement pour le volume, on désire minimiser la superficie de l’enveloppe du bâtiment pour la maximisation du volume entouré.

Un bâtiment de deux ou trois étages est plus efficace puisque la chaleur monte et qu’avec un minimum de superficie au toit, on perd moins d’énergie. C’est aussi un avantage pendant l’été, quand le soleil frappe fortement le toit, puisque moins de chaleur pénètre dans le bâtiment.

Une forme simple est importante pour réduire la superficie de l’enveloppe parce que si elle est sculpturale, il y a plus de surfaces par lesquelles il y a perte d’énergie.

Il est préférable de faire le relief de la forme avec des espaces tampons qui ne seront pas isolés tels un garage, une entrée, un entrepôt, des galeries, des balcons etc. Ces espaces sont également de bonnes mesures de conservation pour réduire les fuites d’air et protéger les murs des températures extrêmes.

L’arrangement des espaces intérieurs est un aspect qui implique une demande d’énergie. Il est important au début de n’avoir pas plus grand que nécessaire et les fonctions de chaque pièce doivent être optimisées.

Il est aussi préférable de regrouper les pièces en fonction de leurs besoins similaires en chauffage et en éclairage. Le côté est, est bon pour les chambres à coucher à cause de l’éclairage le matin et aussi à l’été, elles sont moins chaudes pendant la nuit. Les espaces communales comme le vivoir et la cuisine peuvent être situés du côté sud pour être bien éclairés et chauffés pendant le jour et les espaces qu’en ont moins besoin comme les entrepôts et les couloirs, peuvent être situés au nord. Les espaces intérieurs à aire ouverte comme les murs à pleine hauteur et en particulier dans la direction nord-sud, facilite la circulation d’air pour garder un équilibre de température, et permettre la diffusion de l’éclairage naturel, tout en donnant une impression des espaces plus vastes.

  • La forme en architecture

Une des plus grandes décisions à prendre lors de la conception d’un bâtiment, c’est de décider de sa forme. En effet, la forme d’un bâtiment a une grande influence sur son utilisation des ressources lors de la construction et sur sa performance énergétique tout au long de sa vie.

La taille et la forme d’un bâtiment exercent une influence directe sur l’exigence de chauffage. Plus il y a de surfaces extérieures exposées au froid plus il y a de pertes de chaleur. Pour garder une température intérieure confortable tout en minimisant le chauffage ou la climatisation, on doit avoir une enveloppe de bâtiment qui résiste aux températures extrêmes de l’hiver comme de l’été. En raison de notre climat nordique, on insistera évidemment sur les conditions hivernales.

L’objectif est d’obtenir un minimum de surface extérieure pour enfermer un maximum de superficie de plancher et de volume intérieur. En fait, la perte de chaleur d’un bâtiment est proportionnelle à la superficie de son enveloppe externe, et inversement proportionnelle à la résistance thermique et à l’étanchéité de cette enveloppe.

Un bâtiment de forme compacte, cubique, diminue la surface extérieure et renferme le maximum de volume intérieur tout en diminuant la quantité de matériaux utilisés et la perte de chaleur sur la périphérie. Il faut réduire au minimum les projections sauf pour des espaces non isolés. Dans la mesure du possible, on devrait aussi partager des murs avec le concept de jumelés juxtaposés ou superposés pour limiter la quantité de murs extérieurs exposés aux intempéries.

Plus un bâtiment est étendu et plus sa forme compliquée et irrégulière, plus il y a de surface exposée par rapport à son aire habitable. Pour la même superficie, un bâtiment en « U » ou en « L » aura plus de surface extérieure exposée qu’un bâtiment rectangulaire ou de forme plus carrée. Plus un bâtiment est grand, plus est faible son coefficient de surface par rapport au volume.

Si en plus d’être carré en plan, un bâtiment est cubique en hauteur, il requiert moins de toit. Comme l’air chaud monte au plafond sous le toit, en diminuant la grandeur du plafond supérieur, on en perdra moins en hiver. Théoriquement, la forme la plus efficace serait la sphère mais à cause du format rectiligne des matériaux de construction et la complexité de design des formes circulaires, il est plus pratique et moins dispendieux de construire des masses cubiques.

Les espaces doivent être d’une grandeur juste suffisante pour les besoins à satisfaire. Si on construit trop grand, plus de matériaux et de main d’œuvre seront nécessaires lors de la réalisation, plus d’entretien et d’énergie pour le chauffage et l’éclairage seront également requis lors de l’utilisation. De plus, de grands bâtiments immobilisent un capital important et entraînent des taxes plus élevées. Il en résulte un gaspillage en ressources matérielles, énergétiques, financières et humaines.

En éliminant les projections et les reliefs, on obtiendra une forme plus compacte qui permettra de réduire la quantité de murs extérieurs, de matériaux et de main-d’œuvre et conséquemment son coût. Ainsi, en minimisant la surface extérieure du bâtiment qui est exposée aux éléments et au froid, on réduit la quantité de chauffage et l’entretien de l’enveloppe, ce qui, à long terme, peut s’avérer très appréciable. Évidemment, on ne devra pas construire un bâtiment plus grand qu’il n’est nécessaire mais on créera plutôt des espaces seulement de la grandeur requise pour répondre aux besoins en optimisant leurs fonctions.

En ce qui concerne le design intérieur, l’aménagement ouvert facilite la circulation d’air par ventilation naturelle, la diffusion d’éclairage et, psychologiquement, donne un effet de grandeur. Idéalement, on devrait regrouper les espaces qui ont les mêmes exigences de chauffage et d’éclairage naturel. Les espaces de services, tels buanderie, entrées et couloirs, rangements, dépôts et garde-robes peuvent être situés du côté nord d’un bâtiment ou sur un mur extérieur parce qu’ils ne nécessitent pas d’ensoleillement et qu’ils tolèrent les fluctuations de température.

Le design doit être fonctionnel dans la grandeur et l’agencement des espaces afin que la volumétrie de l’ensemble soit juste tout en répondant adéquatement et sans excès aux besoins.

Le choix de la forme d’un bâtiment est donc une décision cruciale qui a des répercussions sur plusieurs plans. Le choix éclairé d’une forme appropriée entraînera de nombreux bénéfices alors que le choix mal avisé d’une forme insolite ou extravagante pourra s’accompagner de tout un lot de problèmes.

  • Efficacité comparative des formes
  • Rectangulaire plat
    • Superficie du plancher : 40’ X 160’ = 6 400 p²
    • Superficie de l’assise et du toit : 40’ X 160’ = 6 400 p²
    • Volume : 6 400 p² X 10’ = 64 000 p³
    • Périmètre de la fondation : 40’+ 160’+ 40’+ 160’ = 400 p
    • Superficie des murs extérieurs : 400’ X10’ = 4 000 p²
    • Superficie de l’enveloppe : 4 000p² + 6 400p² = 10 400 p²
    • Ratio du volume/ enveloppe : 1 : 0.163
  • Carré plat
    • Superficie du plancher : 80’ X 80’ = 6 400 p²
    • Superficie de l’assise et du toit : 80’ X 80’ = 6 400 p²
    • Volume : 6 400 pc X 10’ = 64 000 p³
    • Périmètre de la fondation : 80’+ 80’+ 80’+ 80’ = 320 p
    • Superficie des murs extérieurs : 320’ X10’ = 3200 p²
    • Superficie de l’enveloppe : 3200p² + 6 400p² = 9 600 p²
    • Ratio du volume/ enveloppe : 1 : 0.15
  • Carré élevé étalé
    • Superficie du plancher : 568’ X 56.568’ = 3 200p² X 2 = 6 400 p²
    • Superficie de l’assise et du toit : 57’ X 56.57’ = 3 200p²
    • Volume : 3 200p² X 20’ = 64 000p³
    • Périmètre de la fondation : 56.568’+ 56.568’+ 56.568’+ 56.568’= 226.27 p
    • Superficie des murs extérieurs : 27’ X 20’ = 4 525 p²
    • Superficie de l’enveloppe : 4 525 p² + 3 200 p²= 7 725p²
    • Ratio du volume/ enveloppe : 1 : 0.12
  • Carré élevé compact (non illustré)
    • Superficie du plancher : 18’ X 46.18’ = 2 132.6 p² X 3 = 6 400 p²
    • Superficie de l’assise et du toit : 18’ X 46.18’ = 2 132.6 p²
    • Volume : 2 132.6p² X 30’ = 64 000 p³
    • Périmètre de la fondation : 46.18’+ 46.18’+ 46.18’+ 46.18’= 184 p
    • Superficie des murs extérieurs : 184’ X 30’ = 5 541.6 p²
    • Superficie de l’enveloppe : 5 541.6p² + 2 132.6p²= 7 674.6p²
    • Ratio du volume/ enveloppe : 1 : 0.119
  • Cubique
    • Superficie du plancher : 40’ X 40’ = 1 600 p² x 4 = 6 400 p²
    • Superficie de l’assise et du toit : 40’ X 40’ = 1 600 p²
    • Volume : 1 600 pc X 40’ = 64 000 p³
    • Périmètre de la fondation : 40’+ 40’+ 40’+ 40’ = 160 p
    • Superficie des murs extérieurs : 160’ X40’ = 6 400 p²
    • Superficie de l’enveloppe : 6 400p² + 1 600p² = 8 000 p²
    • Ratio du volume/ enveloppe : 1 : 0.125

 

  • Isolation et étanchéité, un meilleur rendement thermique

Auparavant, quand l’énergie ne coûtait pas très cher, il n’y avait pas de motivation ni de moyen technique efficace pour bien isoler un bâtiment. Maintenant que les coûts de l’énergie sont beaucoup plus élevés, il est nécessaire de lui assurer une meilleure résistance thermique que l’on obtient en augmentant la quantité d’isolant et l’étanchéité de l’enveloppe extérieure. Toutes les surfaces doivent être isolées : le toit, les murs, les fondations et même le plancher du sous-sol. Par exemple, le rendement thermique devra être R50-55 pour les murs, R74 pour le toit, R20 pour la dalle du sous-sol et R17 pour les fenêtres (pour RSI, multiplier R X 0.177744).

Traditionnellement, dans la construction des charpentes, on place l’isolant entre les montants verticaux des murs. Le bois possède une certaine résistance thermique, mais elle est moindre que celle de l’isolant. Il crée un lien direct entre l’intérieur et l’extérieur et sans séparation par un isolant, il suscite une perte de chaleur qui devient importante pour l’ensemble d’un bâtiment. Ce phénomène est appelé « pont thermique » et dans la nouvelle stratégie d’efficacité énergétique de l’enveloppe d’un bâtiment, on doit les éliminer. Normalement, cette élimination des ponts thermiques se fait en plaçant un isolant sur toutes les parois extérieures comme si on recouvrait tout le bâtiment d’une grande couverture de laine.

Il existe maintenant toute une gamme d’isolants incluant des types extrêmement efficaces malgré leur épaisseur et selon l’utilisation voulue. La diversité et la performance des isolants actuels nous permettent de nous préoccuper de certains détails comme les solives de rive et le tour des ouvertures où l’on trouve parfois moins d’isolant ou une infiltration d’air.

Parfois, le fabricant décrit son produit comme étant écologique, à cause des économies d’énergie à réaliser. Tout isolant approprié et bien installé va apporter un meilleur rendement, mais il faut le choisir selon certains critères, incluant le prix. Aussi, même s’ils sont très performants, leur composition peut être très nocive et poser de graves risques d’émanations toxiques lors d’un feu. On peut se dire que l’isolant ne peut pas polluer l’air intérieur à cause du pare vapeur, toutefois, dans une perspective globale il est préférable de toujours utiliser les produits les plus sains.

L’enveloppe du bâtiment doit aussi être étanche afin d’empêcher les infiltrations ou exfiltrations d’air et d’humidité. Depuis longtemps, un pare vapeur est installé près de la surface intérieure des murs extérieurs pour empêcher la chaleur et la vapeur d’eau intérieure de s’y infiltrer. Étant plus froide, la charpente de bois provoque alors une condensation qui mouille l’isolant et le rend moins efficace, ce qui à la longue peut aussi faire pourrir le bois.

Plus récemment, on a adopté l’utilisation d’une pellicule sous la surface extérieure des murs qui agit comme pare-air. Il permet de réduire les infiltrations d’air, d’équilibrer les pressions d’air et de rendre le bâtiment plus hermétique. Les joints de cette membrane sont recouverts de ruban pour assurer son étanchéité aux mouvements d’air mais non à la diffusion de l’humidité. Ce ruban permet de ne pas emprisonner à l’intérieur des murs l’humidité qui veut s’échapper vers l’extérieur.

Le choix des portes et des fenêtres doit être judicieux parce qu’elles posent les plus grandes faiblesses thermiques de l’enveloppe du bâtiment. Les portes en acier isolées donnent un rendement acceptable et combiné avec le cadre procurent une bonne étanchéité. On doit surveiller leur usure afin de maintenir leur bonne performance.

La technologie des fenêtres a fait de grands pas en avant vers l’efficacité énergétique avec des vitrages doubles ou triples, des films réfléchissants et des gaz comme l’argon entre les vitres. La grande faiblesse des fenêtres demeure le cadre. Il y a différents intercalaires des plus performants pour séparer les vitres, mais la structure est peu performante. Traditionnellement le bois résiste mieux que d’autres matériaux au transfert thermique. Par contre, les gens n’aiment pas son entretien. Les fenêtres en PVC ou en aluminium, même avec une coupe-brise, ne sont pas très performantes. La meilleure solution demeure encore une fenêtre en bois recouvert. Quand on considère les dépenses dues à des pertes de chaleur durant une saison froide et qu’on les multiplie par la durée de vie d’un bâtiment, on constate rapidement que les dépenses énergétiques deviennent très importantes. En plus des dépenses monétaires, on doit aussi considérer toutes les implications environnementales néfastes liées à la production et à l’utilisation de l’énergie. Nos choix doivent donc toujours être faits dans une perspective à long terme.

  • Conservation de l’énergie

La protection de l’enveloppe (les surfaces extérieures) d’un bâtiment contre les températures basses et hautes est extrêmement importante pour maximiser son rendement énergétique et mieux contrôler son environnement intérieur. Il est important que le bâtiment soit bien isolé en minimisant, pendant l’hiver, les pertes de chaleur et l’entrée d’air froid par les interstices autour des fenêtres, des portes, etc. Durant l’été, la chaleur extérieure doit être bloquée pour garder l’intérieur frais.

La société a beaucoup évolué dans l’utilisation de l’énergie mais sans se préoccuper de sa conservation. Nous devons maintenant apprendre comment mieux utiliser l’énergie disponible tout en prenant les moyens de la conserver. Il faut même penser à réduire nos besoins d’énergie afin de minimiser les conséquences néfastes sur l’environnement.

L’efficacité énergétique d’un bâtiment est un des aspects les plus évidents concernant les implications environnementales. Souvent les gens sont conscients du niveau des coûts de l’énergie mais il y a d’autres coûts écologiques associés avec l’utilisation excessive de l’énergie. La meilleure stratégie est de minimiser le besoin des sources d’énergie particulièrement non renouvelables qui doivent être fournies à un bâtiment.

Depuis l’augmentation du prix du pétrole dans les années ’70, on se préoccupe bien davantage du coût de l’énergie et de son utilisation plus efficace. Mais notre société emploie de plus en plus d’appareils qui consomment de l’énergie. Ainsi s’accroissent notre dépendance et notre vulnérabilité lors de panne électrique. Face à une demande croissante, la production et l’utilisation accrues de l’énergie a des conséquences environnementales. Certains effets sont dévastateurs : la pollution comme les pluies acides et les changements climatiques engendrés à la suite du réchauffement de la terre par l’effet de serre et la diminution de la couche d’ozone.

L’industrie de la construction présente beaucoup d’opportunité pour mieux utiliser l’énergie. Il est possible de réduire l’énergie utilisée pour fabriquer et transporter les matériaux et l’ameublement ainsi que pour construire les bâtiments. Il est aussi possible de concevoir les bâtiments pour réduire l’énergie requise pour leur utilisation et leur fonctionnement.

En intégrant les bâtiments avec l’environnement, il est possible d’utiliser les processus naturels pour limiter les besoins d’énergie; le propriétaire, toute la société et l’environnement en bénéficieront. Les besoins de chauffage peuvent être grandement satisfaits par l’énergie solaire passive fournie par des gains directs d’ensoleillement avec l’aide d’une enveloppe bien isolée et étanche. Du même coup, on privilégie l’éclairage naturel.

L’été, on doit favoriser le rafraîchissement naturel par la protection contre le soleil par des pare-soleil ou de la végétation qui fournit de l’ombrage. On peut aussi profiter de la ventilation naturelle par l’ouverture de fenêtres. L’aménagement paysager peut modifier le microclimat autour d’un bâtiment pour réduire sa consommation d’énergie.

Le niveau d’énergie utilisée pour l’éclairage, les appareils électroménagers, le chauffe-eau et le chauffage se répercute directement sur notre facture de consommation. Si la maison n’utilise pas l’énergie efficacement, on doit cumuler le gaspillage sur toute sa durée de vie et les implications à long terme deviennent très grandes.

On devrait limiter le nombre d’appareils qui utilisent de l’énergie et lorsque nécessaire choisir ceux qui l’utilisent le mieux. Présentement, il y a beaucoup de produits qui utilisent l’énergie d’une manière de plus en plus efficace.  L’éclairage naturel est à privilégier mais il y a aussi de l’éclairage artificiel très performant. En utilisant moins et mieux l’eau chaude, on économise deux ressources, l’eau et l’énergie. On peut aussi réduire les besoins en chauffage grâce à des bâtiments mieux isolés et étanches et à des systèmes de chauffage très efficaces. En réduisant notre consommation d’électricité surtout en heure de pointe, on réduira le nombre d’installations requises pour la générer.

Évidemment, on peut investir beaucoup d’argent dans des approches et des équipements. Il faut agir avec discernement et éviter de remplacer prématurément une ressource naturelle par une autre sans obtenir de gains réels. Dans nos choix, il faut viser une rentabilité globale et à long terme et ne pas nous décourager même si le retour sur l’investissement prend plusieurs années. Dans toutes nos décisions nous ne devrions jamais négliger les considérations environnementales. C’est toute la société qui en ressortira gagnante.

Ainsi un immeuble d’appartements peut être très efficace car il y a des murs et des planchers/plafonds mitoyens qui ne perdent pas de chaleur. Une maison en rangée a un mur mitoyen de plus que les maisons unifamiliales.

L’énergie de fonctionnement pour toute la durée de 40 ans d’un bâtiment est de 86% de l’ensemble tandis que l’énergie intrinsèque représente environ 14%. L’énergie de construction et de démolition est négligeable.

  • Bâtiments souterrain

Les bâtiments qui sont construits dans un souterrain ou partiellement dans un souterrain, ont des avantages de conservation d’énergie. Le sol sert comme isolant additionnel parce que la température de la terre est relativement constante, les murs de l’édifice ne sont pas sujets à de grosses fluctuations de température. Même la température du sol est plus froide que la température gardée dans un bâtiment et en conséquence, il y a une perte constante de chaleur pendant toute l’année. Mais ces quantités sont moins grandes que pour les murs au-dessous du sol. Pendant l’été, cette influence peut garder le bâtiment à une température plus fraîche. Les murs ont besoin de moins d’isolation et ne peuvent pas perdre la chaleur par l’infiltration ou la perte d’air.

Les difficultés dépendent de la situation du bâtiment qui est sous terre. Ça peut être restrictif à l’aménagement des espaces et cependant, aux fenêtres, il y a des implications pour la vue, l’éclairage et la circulation d’air. Comme pour n’importe quel sous-sol, il doit être imperméable.

  • Énergie solaire passive

    1. Systèmes passifs

      • Introduction

Dans la société où l’on vit, on a toujours mis l’accent sur le développement de la technologie. Des solutions aux problèmes seront trouvées par le progrès scientifique. Ces mêmes solutions engendreront quelquefois d’autres problèmes.

Les systèmes passifs retournent aux premiers principes, surtout au niveau du design. Les principes sont logiques et souvent inspirés par le bon sens que l’on trouve dans l’architecture indigène. Les aspects sont intégrés au bâtiment et en conséquence, moins faciles à identifier. Les systèmes passifs ne coûtent pas cher et sont fiables en raison de leur simplicité et requièrent un minimum d’équipement. La qualité d’un bâtiment est même augmentée par de tels aspects.

  • Définition

Le bâtiment doit satisfaire l’orientation, le stockage, le transfert et la conservation d’énergie par des moyens naturels de radiation, conduction et convection pour chauffage ou refroidissement selon les besoins au cours d’une année.

  • Orientation

L’élément essentiel sur lequel s’appuient les systèmes passifs est la compréhension que l’on a des positions différentes du soleil au cours de l’année. Pendant l’été, le soleil est haut dans le ciel et les jours sont longs, tandis que pendant l’hiver, les jours sont plus courts parce que le soleil se lève au sud-est et ne monte pas haut dans le ciel avant de se coucher au sud-ouest. Les positions les plus extrêmes sont aux solstices du 21 juin et du 21 décembre. Pour mieux analyser les possibilités ou problèmes dans l’utilisation de l’énergie solaire passive, il serait bon d’étudier comment le soleil frappe un bâtiment au cours de ces deux journées.

  • L’hiver : l’énergie solaire passive

    • Description

L’arc décrit en hiver par le soleil, prédominant au sud, facilite le design d’un bâtiment qui permet l’entrée du soleil par les fenêtres au sud lorsque ses rayons entrent à l’intérieur en frappant les surfaces. Cette énergie est alors transformée en chaleur radiante qui est le chauffage. Même pendant les journées nuageuses, avec éclairage diffus, il y a encore assez d’énergie pour le chauffage.

Pour profiter au maximum de cette énergie solaire, au moins 75% de fenestration qui représente 10% de la superficie de plancher utilisable doit être aménagée du côté sud du bâtiment. Cette dernière peut être érigée jusqu’à 150 au sud-est ou au sud-ouest sans trop perdre d’efficacité. L’est sera préféré à l’ouest à cause d’un plus grand besoin de chaleur en matinée après le refroidissement des pièces pendant la nuit.

Ce système est évalué pour fournir approximativement 8% d’énergie aux bâtiments, mais peut être considérablement augmenté. Avec des fenêtres du côté sud, les rayons solaires vont frapper les surfaces intérieures du bâtiment sur lesquelles l’énergie est transformée en chaleur. Cette dernière va pénétrer le matériau selon sa capacité de stockage jusqu’à ce que l’air ambiant de la pièce soit plus bas que le matériau. Idéalement, la chaleur va être emmagasinée en quantité suffisante pour irradier la chaleur aux pièces pendant la nuit.

Quelques problèmes inhérents à ce genre de système doivent cependant être considérés. Quand, dans une pièce, les rayons du soleil tombent sur des meubles ou un tapis etc., des dommages peuvent leur être causés à long terme, comme le flétrissement des couleurs. Par ailleurs, ces matériaux n’ont pas une haute capacité de stockage de la chaleur, ce qui a pour conséquence de faire surchauffer la pièce. Il est important que les rayons solaires tombent sur des matériaux durs, denses et de couleurs foncées, pour mieux absorber et emmagasiner l’énergie. L’éblouissement créé dans une pièce par une forte quantité de lumière représente une autre difficulté.

  • L’été : rafraîchissement naturel

    • Introduction

Dans notre climat où la saison de chauffage est particulièrement longue nous sommes souvent préoccupés des coûts de l’énergie pour le chauffage, pourtant les coûts de la climatisation en été sont aussi très grands. Les effets environnementaux énormes dus à l’utilisation d’énergie au cours de l’été contribuent au réchauffement de la terre. Nous cherchons à diminuer nos besoins énergétiques l’hiver mais un bâtiment à faible consommation énergétique doit l’être toute l’année.

Au lieu d’utiliser des moyens qui demandent beaucoup d’énergie comme un climatiseur, on peut par des moyens plus passifs réduire la chaleur intérieure des bâtiments et augmenter le confort de façon moins énergivore. Certaines mesures impliquent l’aménagement du terrain, d’autres touchent l’architecture du bâtiment et d’autres requièrent l’implication des utilisateurs.

La chaleur se transfère de trois façons : par conduction, à travers des matériaux; par convection, dans l’air qui se déplace et par radiation, sous forme de lumière ou d’onde d’énergie. Il est plus efficace d’éviter et d’éliminer la chaleur que de produire de la fraicheur. Il faut réduire les gains internes et les charges de l’extérieur. Les moyens que nous proposons ci-dessous permettent d’obtenir un confort suffisant avec un minimum de consommation d’énergie.

Pour garder un bâtiment frais pendant l’été, il est important d’éviter les entrées du soleil. L’arc décrit par le soleil en été est plus large qu’en hiver parce qu’il est plus fort à l’est et à l’ouest et plus haut dans le ciel. Le soleil frappe fortement les côtés est et ouest tôt le matin et en fin d’après-midi, conséquemment il est plus difficile de protéger en ombrage les fenêtres de ces murs, mieux vaut avoir un minimum sur ces deux faces.

  • Confort

Le confort est subjectif et dépend d’une combinaison de température, d’humidité et de mouvement de l’air. Les activités et l’habilement des personnes affectent leur perception du confort. En diminuant l’humidité et en augmentant le mouvement de l’air une personne pourra être confortable à une température plus élevée. Il faut accepter des écarts de température entre les saisons. En été la température des pièces peut être plus élevée en laissant aux personnes le soin d’apporter des ajustements dans leur habilement et leur activités.

Au fond, au Québec en été, il y deux à trois semaines (de jours non consécutifs) de temps chaud et humide sans avoir un rafraîchissement suffisant au cours de la nuit. C’est pendant ces jours que nous avons un problème de confort et souvent de grands investissements sont faits pour ces quelques jours.

  • Site- arbres et végétation

Il faut d’abord éviter que la chaleur n’atteigne le bâtiment. Des arbres feuillus sur les côtés est, ouest et sud peuvent par leur ombre éviter la surchauffe d’un bâtiment. Leur emplacement et leur hauteur affecteront le degré d’ombrage apporté au bâtiment.

Le gazon et la végétation rafraichissent l’air autour d’un bâtiment et le vent qui passe au-dessus est rafraîchi par leur présence. Assurez-vous que les branches des arbres ne bloquent pas les vents. Idéalement les vents doivent passer sous les arbres et au-dessus des arbustes. Même les plantations peuvent diriger les vents vers le bâtiment. Le type de végétaux, leur taille et leur entretien augmentent l’efficacité de leur impact.

Les fontaines à l’extérieur ont le même effet.

Des galeries, patios, trottoirs, entrées d’auto etc. de couleurs pâles avec un albédo élevé réfléchissent suffisamment la lumière pour rester frais.  Les couleurs foncées deviennent chaudes et réchauffe l’air autour du bâtiment. Il faut particulièrement faire attention sur le côté des vents dominants afin qu’ils ne fassent pas entrer la chaleur par les ouvertures.

Des arbustes et plantes situés entre les surfaces dures et le mur ensoleillé du bâtiment peuvent bloquer les réflexions et absorber la chaleur réfléchie. Des vignes accrochées aux murs les protègent contre la chaleur. Les surfaces dures devraient être mises en ombrage par des arbres ou des treillis.  Choisir des végétaux qui ne produisent pas de fruits et n’attirent pas les insectes qui pourraient salir les surfaces.

  • Murs

Les murs à l’ouest et l’est reçoivent beaucoup de rayons soleil en été (le mur sud est plus facilement en ombrage) et par conséquence réchauffe l’air ambiant. Pour diminuer l’impact on peut mettre des vignes sur ces murs qui tempèrent le bâtiment et l’air qui l’entoure et qui peut entrer par des fenêtres.

  • Fenêtres

Les fenêtres sont la plus grande source de gain de chaleur d’un bâtiment. Leur grandeur et emplacement peut avoir une grande influence sur la force des rayons de soleil qui frappent les espaces intérieurs. En été le soleil au sud est haut dans le ciel et, par conséquent, des prolongements du toit, des pare-soleil, des treillis, des toits de galerie ou auvents peuvent mettre en ombrage les fenêtres pour empêcher l’entrée des rayons du soleil et le réchauffement des espaces intérieurs. Ces prolongements protègent les fenêtres en cas de pluie et prolongent leur durée de vie. De grands arbres feuillus près de la façade sud sont plus efficaces pour mettre en ombrage le toit et le mur.

Des côtés est et particulièrement ouest, le soleil est plus bas dans le ciel et ses rayons intenses frappent les fenêtres plus directement de sorte qu’il est difficile de les protéger. Ces deux côtés reçoivent presque deux fois plus d’énergie solaire que les fenêtres au sud. Parce que le soleil de l’ouest apporte plus de chaleur, beaucoup d’attention devra être donnée aux fenêtres de ce côté afin d’éviter le réchauffement des pièces intérieures. Un porche entouré d’une moustiquaire peut être utile sur ce mur car l’ombrage de son toit et sa moustiquaire réduira les rayons de soleil directs sur les fenêtres. Aussi, des volets peuvent être fermés sur les fenêtres. Des volets avec lattes peuvent bloquer les rayons du soleil et permettre une circulation de l’air. Sinon, de petits arbres peuvent être utiles par l’ombrage projeté sur le mur.

Le modèle de fenêtre influe sur la quantité d’air qui peut entrer dans un bâtiment. Les fenêtres à guillotine sont les plus efficaces et permettent le maximum d’entrée d’air. Leur disposition judicieuse relativement aux vents les rend encore plus performantes. Les moustiquaires peuvent aider à réduire l’ensoleillement. Des vitres teintes ou munies de pellicules aident à réfléchir les rayons du soleil et la chaleur.

Pour éviter les gains solaires, des lucarnes sont plus faciles à gérer que des puits de lumière plats au toit plus sujets à laisser entrer la chaleur.

  • Toit

Pour éviter le transfert de chaleur par radiation, une toiture devrait être d’une couleur pâle réfléchissant la lumière du soleil; ainsi elle n’accumulera pas de chaleur et demeurera plus fraîche. Le matériel comme l’acier émaillé blanc est plus lisse et plus réfléchissant que des bardeaux d’asphalte blancs. La bonne aération de l’entre toit assure que la chaleur du toit ne s’irradie pas aux pièces du dessous. L’entrée d’air par les soffites et la sortie par le pignon assurent qu’il y a une bonne circulation naturelle par convection.

Une autre méthode moins utilisée consiste à garder une couche d’eau de pluie sur le toit plat; cette eau agira comme un écran modérateur de l’augmentation de la température du toit. Souvent des villes peuvent exiger des drains de toit contrôlés pour diminuer la surcharge de leurs égouts pluviaux. Au lieu de baisser le niveau de l’eau du toit graduellement une certaine épaisseur restera sur le toit jusqu’à ce qu’elle soit évaporée. Évidement le design structural devra être fait pour une certaine épaisseur d’eau au-delà de laquelle le toit sera drainé.

  • Bâtiment

La grandeur, l’échelle, la forme ou configuration et l’orientation d’un bâtiment affectent sa performance. Plus il y a surfaces exposées au soleil, plus le contrôle de gains de chaleur en été deviendra problématique. Les murs les plus grands devront être orientés vers le sud et le nord et les murs les plus petits vers l’ouest et l’est.

Un bâtiment qui est bien isolé et étanche diminue l’entrée de la chaleur. Les murs de couleurs réfléchissantes peuvent aider à diminuer leur réchauffement et le transfert de la chaleur vers l’intérieur.

Les espaces tampons comme des galeries, des porches moustiquaires, des vestibules etc. protègent les murs et espaces intérieurs contre les chaleurs intenses du soleil.

La masse thermique d’un bâtiment aide à éviter de rapides fluctuations de température. Avec l’isolant à l’extérieur de la fondation et des murs, les éléments structuraux deviennent partie de la masse thermique intérieure. Le nuit il faut faire entrer l’air frais pour refroidir la masse intérieure du bâtiment, plus il y a de matériaux lourds et denses, plus il y aura de fraicheur entreposée. Le lendemain, avec les ouvertures fermées, le bâtiment prendre plus de temps à se réchauffer.

Un bâtiment qui a des murs enterrés est moins exposé aux écarts de température et reste plus frais. De même les toitures dites « vertes » recouvertes de sol et de végétation constituent un isolant additionnel contre la chaleur.

L’utilisation de planchers radiants froids ou de murs enterrés sans isolant pose des problèmes de condensation. Si ces surfaces sont fraîches et en présence d’air chaud et humide de l’intérieur, il y aura condensation et cela pourra entraîner le développement de moisissures malsaines.

Dans les climats du sud, le bâtiment peut être élevé au-dessus du sol sur des pilotis pour faciliter la circulation de l’air et mieux dégager les ouvertures. Une autre belle façon traditionnel est d’avoir une cour intérieur ‘’court yard’ dans lequel il y a l’ombrage et un micro climat plus modérer. L’ajout de la végétation et une fontaine améliore encore l’aspect rafraichissement.

  • Physiques de la circulation de l’air

La chaleur migre vers le froid, la haute pression d’air vers la basse pression et la vapeur d’eau des endroits humides vers les endroits secs. Ces principes sont à la base des transferts de chaleur.

L’air chaud plus léger monte et l’air frais plus lourd descend. Il est préférable d’exploiter ce phénomène naturel pour avoir de meilleurs résultats. Les fenêtres en haut d’un bâtiment créent un effet de cheminée permettant à l’air chaud qui migre vers le haut de s’échapper des lieux en créant une pression négative et à l’air frais qui entre par les fenêtres du bas des murs de le remplacer. L’air plus chaud peut passer par un escalier ou par une ouverture dans le plancher qui facilitera son ascension vers une coupole au toit où des fenêtres ouvertes le laisseront s’échapper.  Les espaces ouverts facilitent la circulation de l’air. L’orientation du bâtiment et la pente du toit peuvent aussi augmenter la circulation de l’air sur le toit en accentuant la pression négative qui tirera davantage d’air de l’intérieur. Ce fonctionnement de cheminée est appelé l’effet ‘’Venturi’’. La distance entre l’entrée d’air en bas et la sortie d’air à la coupole ne devra pas excéder cinq fois la hauteur du plafond.

Le mouvement de l’air améliore beaucoup le confort d’un espace chaud. L’air devra circuler entre 2’ et 6’ du plancher pour que les gens l’apprécient. L’air du côté nord est souvent plus frais mais il peut être préférable d’exploiter les courants naturels des vents. Pour générer des courants d’air dans les pièces on peut ouvrir des fenêtres sur des murs opposés, idéalement ces fenêtres devraient se voir d’un côté à l’autre du bâtiment. Pour une ventilation naturelle la plus efficace, il faut avoir des fenêtres avec des ouvertures petites et basses du côté froid à l’arrivée des vents et des fenêtres avec des ouvertures grandes et hautes du côté chaud à la sortie des vents. Ainsi il y aura des courants d’air intérieurs qui seront plus forts et rafraichissants.

Le ciel clair des nuits d’été est un bassin dans lequel les surfaces du bâtiment irradient l’énergie des ondes longues pour se refroidir avant le retour de la chaleur du jour.

  • Technologies

Des ventilateurs portatifs ou au plafond sont peu dispendieux à utiliser et sont très utiles pour générer des courants d’air rafraichissants. S’il y a un ventilateur au plafond vis-à-vis une coupole, les pales du ventilateur devront tourner pour diriger l’air vers le haut en été et non vers le bas comme en hiver. Le ventilateur facilite alors la convection naturelle de l’air vers la coupole pour l’évacuer à l’extérieur.

Un échangeur de chaleur peut réduire l’humidité et faire circuler l’air. Avec les systèmes d’air pulsé, le ventilateur peut être gardé en marche tout l’été pour brasser et distribuer l’air afin d’avoir une température plus égale partout. Évidement les fenêtres devront être fermées pour que ces systèmes soient efficaces.

Une façon de faire entrer l’air frais est d’installer un tuyau sous-terrain de 5 à 6 pieds (1.5 à 2 mètres), appelé ‘’puits canadien’’ dans lequel l’air de l’extérieur est rafraîchi par la température du sol avant d’entrer dans le bâtiment. Il faut faire drainer le tuyau à cause de la condensation de l’air chaud et humide au contact des parois froides du tuyau.

Si un climatiseur ou une thermopompe est utilisé il devrait être situé à un endroit ombragé. Leur bruit dérange et on devra considérer les aspects acoustiques. Il y des unités pour tout le bâtiment, pour quelques pièces, dans une fenêtre ou à l’intérieur d’une pièce. Les besoins et l’utilisation doivent être analysés judicieusement.

  • Comportement des utilisateurs

En plus des gains de chaleur qui viennent de l’extérieur il faut aussi étudier les gains générés à l’intérieur. On veut minimiser les gains calorifiques internes des activités des occupants dans la cuisine, la buanderie et les douches. Ces fonctions ajoutent de la chaleur et de l’humidité qui rendent ces espaces moins confortables en été. Des plantes intérieures ajoutent aussi de l’humidité à l’air. Pour éliminer cette chaleur et cette humidité des ventilateurs ou des hottes devront être utilisés. Un déshumidificateur peut aider à rendre l’air plus sec et supportable et il est recommandé de garder le taux d’humidité en bas de 60%. Il faut garder les fenêtres fermées pour que sont fonctionnement soit utile. L’éclairage et les équipements en marche comme les ordinateurs, les réfrigérateurs et autres appareils électroniques produisent continuellement de la chaleur et ils devraient autant que possible être fermés.

Avec un peu d’implication des occupants, l’environnement intérieur peut rester plus confortable. La gestion des rideaux et des ouvertures des fenêtres pour l’aération aident dans le contrôle de la température interne. Des genres d’activités et des types de cuisine appropriés peuvent minimiser l’augmentation de la température. Les types de vêtements portés ont aussi un impact sur le confort perçu.

Des rideaux et stores de couleur réfléchissante sur le côté du soleil peuvent être ouverts ou fermés selon l’ensoleillent. Il est préférable d’empêcher l’entrée de la chaleur du soleil de l’extérieur au lieu de le faire à l’intérieur avec un habillement de fenêtre qui finit par se réchauffer et répandre sa chaleur dans la pièce.

La nuit quand l’air extérieur est plus frais, les fenêtres devront être ouvertes pour faire évacuer la chaleur et faire entrer la fraîcheur. Le matin quand le soleil commence à réchauffer l’extérieur, il faut fermer les ouvertures pour garder la fraicheur à l’intérieur.

Les utilisateurs devront porter moins de vêtements et limiter leurs activités physiques. Ainsi ils pourront laisser la température intérieure plus élevée en été qu’en hiver.

  • Conclusion

Il y a beaucoup de moyens pour bien passer l’été sans avoir besoin de grandes dépenses énergétiques. Par la prévoyance et une gestion réfléchie, le confort peut être accru sans effets négatifs sur l’environnement.

  • Masse thermique

    • Introduction

L’importance de la masse thermique est d’absorber la chaleur lorsqu’il y en a excès et la dégager si besoin il y a. Des matériaux lourds et denses qui peuvent retenir une grande d’énergie donnera la masse thermique à un édifice. La capacité d’absorption et de rétention de la chaleur d’un édifice augmente la capacité si les composantes de la structure sont de béton, l’intérieur est composé de blocs, de briques, de tuiles etc. Les fluctuations de la température intérieure seront ainsi plus lentes et plus uniformes.

Les matériaux peuvent être chauffés directement par les rayons solaires qui frappent ou indirectement par le transfert d’énergie que créera la différence de température entre l’air et la surface des matériaux.

La brique, à l’extérieur d’un bâtiment, n’augmente pas sa masse thermique à cause de l’isolation qui la sépare de l’espace intérieur. Pour être efficace pour la rétention de l’énergie, la brique doit être à l’intérieur de l’isolation (mur inversé).

  • Caractéristiques

Pour que les matériaux aient une grande capacité thermique, ils doivent être lourds, tels que : brique, béton, roche, terre, eau. Si les rayons du soleil les frappent directement, ils doivent être de couleur foncée pour une meilleure absorption.

  • Matériaux de stockage

Il peut être difficile d’avoir assez de masse thermique dans un bâtiment dans un bâtiment pour bien régler la température interne. En plus, si une structure est fabriquée de bois ou est de construction légère, les fluctuations de la température en réponse aux conditions externes, peuvent changer vite. Même pendant l’hiver, une pièce peut être surchauffée par le soleil si elle n’a pas la capacité d’absorber l’énergie. Il faut une masse thermique et un système de distribution d’air. Des bouts de gypse peuvent être cachés dans les vides des murs pour augmenter la masse thermique et réduire les déchets.

Les matériaux utilisés pour le stockage doivent satisfaire certaines exigences. Principalement, ils doivent avoir une chaleur spécifique, c’est-à-dire une capacité d’absorption de beaucoup de chaleur et absorber l’énergie rapidement. Aussi, doivent-ils être stables, inertes, non toxiques et de préférences faciles à trouver et peu coûteux. Si le matériel de stockage est le même que celui utilisé pour la rétention et la distribution de la chaleur, comme l’eau, l’efficacité du système sera augmentée. Selon le cas, il peut être avantageux qu’il ne prenne pas trop d’espace. Avec n’importe quel matériau, plus la quantité est grande plus la capacité de stockage aussi l’est. La capacité minimum nécessaire est l’équivalent de la chaleur consommée en une nuit.

  • Fenêtres

    • Introduction

Les fenêtres jouent un grand rôle dans le contrôle de l’environnement intérieur. Pendant l’hiver, au côté sud, elles permettent l’entrée du soleil pour chauffer le bâtiment, mais pendant la nuit, elles sont l’élément le plus faible pour perdre la chaleur. Pendant l’été, aux côtés est et ouest, les fenêtres sont l’aspect le plus faible pour éviter l’entrée de la chaleur, mais leur ouverture pendant la nuit permettra de rafraîchir la maison.

Pour diminuer les pertes de chaleur par les fenêtres, il est important d’avoir une composition d’au moins deux épaisseurs de vitres (thermos) et même trois serait préférable. Le seul désavantage est au côté sud parce qu’avec chaque vitre, il y a une légère diminution de la transmission d’énergie.

Avec trois vitres, ça permettrait de garder l’humidité à un taux plus élevé dans le bâtiment sans qu’il y ait formation d’eau à la surface intérieure. L’angle de la fenêtre est une façon de faciliter ou de diminuer l’entrée de l’énergie du soleil. Si l’angle de la vitre est perpendiculaire à l’angle d’incidence des rayons, leur transmission à l’intérieur est optimale. Cette application sera idéale pour le côté sud. Cependant, si l’angle d’incidence est plus grand, la réflexion d’énergie augmente aussi. Ce concept peut être appliqué davantage aux fenêtres des côtés est et ouest. Le problème est qu’elles ne sont pas standard et leur application est plus coûteuse. Aussi, elles ne sont pas favorables aux types qui ouvrent.

Si les fenêtres des côtés est et ouest ne peuvent pas être protégées du soleil d’été par un pare-soleil ou placées à un certain angle, le type de vitre utilisé peut améliorer le rendement. La vitre réflective, d’absorption de chaleur ou teintée, diminue les gains de chaleur.

  • Forme

Une autre considération est la forme des fenêtres, pour une meilleure utilisation des éléments d’un bâtiment. Les fenêtres étroites et hautes donnent une meilleure distribution d’éclairage naturel mais perdent plus de chaleur que des fenêtres horizontales. Les fenêtres de forme verticale peuvent être améliorées si elles sont divisées dans des sections horizontales pour mélanger l’air qui refroidit en descendant la surface intérieure de la vitre. Les fenêtres battantes ferment plus près et permettent moins d’infiltration et de perte aux alentours (évidemment le type fixe est encore mieux). Les cadres des fenêtres permettent des pertes de chaleur non seulement par l’infiltration mais aussi par les conduis, particulièrement s’ils sont en aluminium; les cadres en bois sont les moins conductibles.

  • Revêtements de fenêtres

Même les rideaux peuvent jouer un rôle important dans la performance d’une fenêtre. Le rideau vénitien est le plus efficace de tous. Premièrement, il est ajustable pour contrôler l’éclairage général dans une pièce et peut éviter le problème d’éblouissement. De plus, les rayons du soleil peuvent être reflétés au plafond pour être absorbés. Pendant l’été, avec les rideaux fermés, les rayons sont reflétés à l’extérieur pour éviter le réchauffement du bâtiment. Ceux qui sont entre les vitres sont encore plus efficaces et le développement des rideaux vénitiens isolés les améliore encore plus.

Les rideaux ordinaires sont moins efficaces mais peuvent être améliorés par certaines considérations. Il est important qu’ils soient faits de matériaux lourds et denses et installés près de la surface de la vitre. Pour l’été, il est préférable d’avoir une doublure blanche pour refléter le soleil pendant le jour. Pour mieux fonctionner comme isolant, une entre doublure améliorera son rendement. Si le rideau peut être attaché au cadre de la fenêtre avec un ruban velcro, ce sera encore plus efficace.

  • Pare-soleil

Pendant l’hiver, le soleil est plus au sud et nous voulons qu’il pénètre dans le bâtiment. Mais pendant l’été, nous voulons éviter la chaleur pour garder le bâtiment au frais. Du côté sud, les fenêtres sont facilement gardées dans l’ombre par des moyens réguliers tels des corniches. Des projections de deux à trois pieds protègent la plupart des fenêtres et une partie du mur de réchauffement par le soleil. Si un bâtiment a plusieurs étages, cette protection doit être construite au-dessus des fenêtres de chaque étage.

Pour le côté nord, les fenêtres n’ont pas besoin de protection et même, c’est préférable de façon à permettre plus d’éclairage naturel de pénétrer pendant l’hiver. Les côtés est et ouest posent des problèmes difficiles pendant l’été parce que le soleil est fort sur ces deux faces, surtout au début de la journée et en fin d’après-midi. À ces temps, le soleil est particulièrement fort et une corniche horizontale au-dessous n’est pas suffisante. Dans ce cas, la végétation est privilégiée en avant des fenêtres. Il y a deux types fondamentaux de pare-soleil, l’horizontal et le vertical, et ils peuvent être fixes ou ajustables. Il est important que le pare-soleil ne bloque pas la vue et qu’il soit de couleur et de texture réflective. Si le type horizontal est ouvert, la chaleur qui monte à la surface du mur n’est pas bloquée pour entrer ensuite par les fenêtres.

  • Serre / Solarium – fonctionnement en hiver

    • Description

La serre est une combinaison des systèmes directs et du mur de stockage thermique, systèmes expliqués précédemment. Les matériaux de la serre, ainsi que le mur arrière, absorbent la chaleur du soleil qui les frappe du côté sud. Cette chaleur peut être transmise au bâtiment par des fenêtres ou ouvertures donnant sur des pièces avoisinantes. Lorsque l’air devient chaud et moins dense et qu’il monte à la hauteur du plafond, il peut être tiré par un ventilateur pour être distribué aux pièces adjacentes ou être emmagasiné ailleurs dans le bâtiment. L’air froid du bâtiment plus dense et plus lourd, peut être aspiré dans la serre pour remplacer l’air chaud qui part.

  • Caractéristiques

Une serre possède beaucoup de matériaux denses qui permettent une grande masse thermique pour le stockage de l’énergie. À cet endroit, il n’y a pas d’objet pouvant être endommagé par les rayons du soleil. L’éblouissement et même les fluctuations de température ne sont pas importants parce que ce n’est pas un espace utilisé continuellement par les gens.

C’est un endroit privilégié non seulement pour la croissance de nourriture (peut même permettre autosuffisance), mais aussi pour la culture des plantes et des fleurs, tout ce qui tolère les changements de température. L’air ambiant d’une serre étant toujours plus humide constitue un avantage pour le reste du bâtiment pendant l’hiver, alors que l’air y est beaucoup plus sec.

En plus d’être sain, l’air humide donne une sensation de confort et de chaleur à des températures plus basses. Il y a aussi avantage à utiliser la serre pour le séchage des vêtements et comme zone tampon pour la protection d’une partie du bâtiment. La serre donne l’avantage d’un autre espace habitable qui peut être facilement utilisé pour adapter aux bâtiments existants et en plus augmenter la valeur d’un immeuble.

  • Difficultés

Il y a certes un problème d’isolation comme avec les murs de stockage thermique, en raison de ses vitres. On peut pallier une perte de chaleur en couvrant ces vitres de panneaux isolants durant la nuit. Contrairement au mur de stockage thermique, la différence de température entre les vitres et les matériaux de stockage est moins élevée; il est donc plus difficile d’y créer un circuit de convection d’air avec les pièces du bâtiment sans l’aide d’un ventilateur. La serre est aussi caractérisée par la présence d’insectes qui peuvent se retrouver aussi ailleurs dans les pièces attenantes.

  • L’été : rafraîchissement naturel

Pendant l’été la serre peut être ouverte pour laisser l’air chaud s’échapper et elle crée un espace tampon pour une partie de superficie du mur du bâtiment.

  • Couleurs et matériaux à privilégier à l’intérieur

La combinaison des matériaux et le choix des couleurs aident au contrôle de l’environnement intérieur. Pour le côté sud, on veut des matériaux denses et lourds avec un fini rude et foncé.

Pour les côtés est et ouest, on veut des couleurs réflectives sur des matériaux denses, unis et avantageux, s’ils sont lourds. Si la couleur est foncée, il est nécessaire d’avoir des matériaux lourds, pour éviter la surchauffe.

La couleur ou le matériel pour le côté nord est sans importance pour l’extérieur, mais à cause du faible éclairage naturel qui entre dans les pièces de ce côté, il est préférable que les couleurs intérieures soient pâles pour la réflexion du peu d’éclairage existant.

  • Matériaux au sol

Sur la surface du terrain, les matériaux peuvent être considérés en relation et en fonction énergétique du bâtiment.

Pendant l’été, l’herbe est un bon modificateur de température. L’eau est aussi très bonne mais une attention doit être portée afin qu’il n’y ait pas réflexion du soleil dans l’eau envers le bâtiment et que l’effet soit contraire. Les matériaux denses ne sont pas bons pour l’été parce qu’ils absorbent beaucoup de chaleur, laquelle réchauffe l’air du site. Mais s’il y a des matériaux denses, c’est important qu’ils soient gardés dans l’ombre, sinon ils doivent être réflectifs en couleur, être lourds et avoir un fini uni. Si l’énergie est reflétée à l’envers, les plantes, les clôtures etc., peuvent être placées pour la bloquer. Particulièrement, si la couleur est foncée, c’est important que le matériel soit épais et lourd de façon à éviter la surchauffe de l’air au-dessous qui pourrait entrer dans le bâtiment pendant le jour.

Pour l’automne et le printemps, les espaces communs comme un patio, une galerie, peuvent être utilisés plus longtemps s’ils satisfont certains besoins. En premier, l’espace doit être du côté sud des matériaux lourds et foncés pour l’absorption de la chaleur pendant le jour pour être utilisé davantage en fin d’après-midi et tôt en soirée.

Pendant l’hiver, si le matériel pour les trottoirs et l’entrée est de couleur foncée, il peut absorber la chaleur pour fondre la neige ou la glace. La neige peut réfléchir la lumière et servir comme isolant.

Si le bâtiment est placé sur une pente sud, il peut profiter de la chaleur qui monte pendant le jour.

  • Végétation

La végétation aux alentours d’un bâtiment est bien importante pour garder la fraîcheur pendant l’été. Premièrement, les arbres peuvent mettre le bâtiment dans l’ombre pour éviter qu’il se réchauffe, mais aussi les arbres et toute autre végétation peuvent changer le temps du microclimat aux alentours.

La végétation fait l’absorption de la chaleur qui fait l’évaporation de leur humidité; cette transpiration fait baisser la température ambiante des alentours. S’il y a beaucoup d’arbres, de plantes et d’herbe autour du bâtiment, l’air sera plus frais. Beaucoup de végétation entre le bâtiment et les vents dominants de l’été, garderont le bâtiment encore plus frais. Les plantes grimpantes sur les murs, peuvent aider au contrôle de température mais la sélection et l’utilisation doivent être étudiées pour s’assurer des résultats sur le bâtiment. En plus de leur transpiration, elles font la filtration de la poussière dans l’air, et l’absorption de l’acoustique.

  • Vents

Les vents sont utiles l’été mais mauvais pendant l’hiver. Leurs effets peuvent augmenter ou diminuer selon la direction, la végétation, le niveau du terrain (monticules), d’autres bâtiments ou configuration du bâtiment.

Pendant l’été, un des facteurs de climatisation d’un bâtiment est le vent qui circule à travers le bâtiment. Avec l’augmentation des vents autour de la végétation, le taux d’évaporation augmente et a un effet de refroidissement. Les arbres, la végétation et la structure, peuvent diriger les vents pour la circulation dans les espaces internes. À l’intérieur, pour faciliter la circulation de l’air, l’aménagement doit être ouvert. Un point important à souligner est que pour encourager l’entrée et la sortie de l’air, les fenêtres du côté des vents (pression positive) doivent être ouvertes moins que celles du côté de la pression négative qui aidera à tirer l’air du bâtiment.

L’hiver nous voulons réduire les pertes de chaleur d’un bâtiment et le vent est un des contributeurs majeur de fuite et d’infiltration de l’air. Cette influence peut être diminuée par son ralentissement ou son blocage. Chaque bâtiment a une couche d’air en surface qui aide à l’isolation. Si le vent frappe fort une face, la couche est diminuée et son effet d’isolation est petit. Si le fini du matériau d’un édifice est rude, la couche d’air sera mieux protégée. Un autre aspect important est d’avoir des espaces (tampon) comme à l’entrée ou au garage, attachés au bâtiment pour éviter l’exposition des murs isolés au vent. Pendant l’hiver, les conifères sont les arbres les plus utiles.

Quand les vents sont ralentis ou leur direction changée radicalement la neige s’accumule aussi en avant et en arrière des constructions. Les terrains clôturer ou enfermer par des arbres denses comme les conifères attrapent la neige. Quand les vélocités du vent augmentent ou s’il y a turbulence de la neige les vents peuvent déneiger un lieu.

  • Conclusion

Nous sommes à une époque où le prix de l’énergie nous force à reconsidérer son utilisation. Même si le prix n’était pas élevé, il y aurait quand même gaspillage des ressources non renouvelables. Maintenant, la situation nous offre une opportunité de mieux nous orienter vers une meilleure rationalisation de nos ressources. L’énergie solaire passive est un moyen qui va jouer un rôle important dans la diminution de notre dépendance de notre société face aux énergies traditionnelles. C’est une nouvelle façon de penser surtout architecture, comme un élément lié au climat et à l’environnement, pour fonctionner en harmonie avec la nature. En architecture, nous avons des connaissances et des techniques nous permettant d’utiliser nos ressources d’une façon efficace. L’énergie solaire passive est de notre temps, sa valeur augmente avec l’avenir.

 

  • Ressources

Les matériaux de l’urbanisme sont
le soleil, les arbres, le ciel, l’acier, le ciment,
dans cet ordre hiérarchique et indissolublement.

Le Corbusier

  • Richesses naturelles

    • Utilisation efficace des ressources

Les valeurs et le mode de vie de notre société font que nous avons gaspillé nos ressources et détérioré notre environnement. Il faut faire attention à l’obsolescence fonctionnelle ou technologique. Il y a beaucoup de manières d’utiliser plus efficacement les matériaux de construction pour réduire les coûts et le gaspillage des ressources naturelles. On est tous gagnants en prenant conscience de l’utilisation logique de nos matériaux.

La forme d’un bâtiment exerce une influence aux multiples ramifications. Pour une même superficie de plancher, un bâtiment carré a moins de superficie en murs extérieurs qu’un bâtiment rectangulaire. De plus un bâtiment de deux étages de forme cubique donne un volume intérieur maximisé pour un minimum de superficie de son enveloppe extérieure. En éliminant les projections et les reliefs, on obtiendra une forme plus compacte qui permettra de réduire la quantité de murs extérieurs, de matériaux et de main-d’œuvre et conséquemment son coût. Ainsi, en minimisant la surface extérieure du bâtiment qui est exposée aux éléments et au froid, on réduit la quantité de chauffage et l’entretien de l’enveloppe, ce qui, à long terme, peut s’avérer très appréciable. Évidemment, on ne devra pas construire un bâtiment plus grand qu’il n’est nécessaire mais on créera plutôt des espaces seulement de la grandeur requise pour répondre aux besoins en optimisant leurs fonctions.

Il faut même choisir avec soin les dimensions d’un bâtiment car beaucoup d’éléments de construction comme le contreplaqué, le gypse, etc., sont prédécoupés en panneaux de 4 x 8 pieds. Il est préférable d’utiliser ces panneaux au complet avec un minimum de découpage et de perte. Un mur de 24 pieds peut coûter moins cher qu’un mur de 23 pieds car ce dernier requiert plus de main-d’œuvre en plus pour couper les matériaux tout en générant plus de gaspillage. Idéalement, les dimensions d’un bâtiment devraient être établies en multiples de 4 pieds ou encore en multiples de 2 pieds afin de pouvoir diviser les panneaux en deux. Dans le même ordre d’idée, si les dimensions et l’emplacement des portes et fenêtres sont judicieusement choisis, les panneaux nécessiteront aussi moins de découpage.

On peut aussi s’interroger sur l’utilité des sous-sols car ils sont très dispendieux à réaliser. Leur creusage et leur construction consomment en effet de grandes quantités de ressources. Bien qu’ils puissent paraître pratiques, il faut analyser la pertinence de leurs coûts élevés s’ils sont peu utilisés. Évidemment, c’est pour des raisons climatiques qu’on a besoin de descendre nos fondations sous la ligne de gel. Il nous semble alors rationnel d’y organiser des espaces de vie mais il y a d’autres techniques qui peuvent être efficaces. Une dalle sur sol est plus simple à réaliser et élimine tout le bois normalement nécessaire pour un plancher de rez-de-chaussée. En contrepartie, les espaces de rangement devront se retrouver sur les étages ce qui augmentera leurs dimensions.

Un design plus approfondi va prévoir la facilité de réparation, de rénovation et de réaménagement de l’intérieur au gré de l’évolution des besoins des occupants. On procure alors une flexibilité pour faire face aux changements d’utilisation des espaces et donner une nouvelle vie au bâtiment. En planifiant pour un futur agrandissement ou pour le recyclage des parties d’un bâtiment, on le rentabilise en facilitant les changements, en lui trouvant de nouvelles vocations au lieu d’opter pour des solutions plus radicales comme la démolition et la reconstruction.

Les modes influencent la plupart des aspects de notre civilisation et l’architecture peut difficilement y échapper. Mais dans ce domaine, les conséquences sur les ressources sont très importantes. Si dans notre société de consommation, on peut, à la rigueur, se permettre de jeter divers gadgets après usage, on ne peut agir de la même manière avec des bâtiments. En architecture, il faut aborder avec un esprit très critique les diverses modes passagères. A trop vouloir suivre ces modes, on risque d’être entraînés dans des modifications à répétition comme des changements de maquillage rendus nécessaires par le besoin de remplacer des modèles démodés.

Grâce à des procédés de construction judicieux, on peut aussi utiliser plus efficacement les matériaux et générer moins de déchets de construction. Tous, client, entrepreneur, société et environnement, bénéficieront de cette rationalisation de l’utilisation des ressources.

  • Utilisation optimale de la charpente

Les consommateurs avertis en veulent toujours plus pour leur argent, c’est normal, et c’est particulièrement important lorsqu’ils envisagent un investissement dans une maison neuve. Autrefois, avant la science d’ingénierie et son application pour créer des normes de construction, les gens construisaient selon leur impression de solidité. Au lieu de risquer des effondrements, ils construisaient solidement, plus que moins.

Maintenant, avec les recherches, les études, les essais, les connaissances, la conformité des matériaux et, plus récemment, la disponibilité de produits en bois « engainerez », on peut construire de façon sécuritaire sans les excès du passé. Mais certaines manières de construire sont enracinées dans nos traditions et sont difficiles à changer. Ces habitudes gaspillent les ressources matérielles et la main-d’œuvre inutilement et on doit les remettre en question.

Sans compromettre la qualité, la force ou la durabilité d’un bâtiment, on utilise le gros bon sens pour utiliser le matériel et la main-d’œuvre le plus efficacement possible. Cette approche s’appelle « optimum value engineering ». Grâce à cette approche, on peut réaliser des bâtiments de mêmes qualités avec moins de matériaux et de main-d’œuvre tout en minimisant la duplication et les pertes.  De plus, certaines pratiques de construction améliorent la qualité et la force de la structure ainsi que l’efficacité et la vitesse de l’assemblage. On cherchera la performance optimale avec un minimum de matériaux, particulièrement de bois massif de charpente, en évitant les méthodes de construction qui consomment des quantités excessives de matériaux. En réduisant le bois de charpente des murs extérieurs au strict nécessaire, on réduit les ponts thermiques et la résistance thermique des murs est améliorée. Ainsi on réduit les coûts et on économise l’énergie et les ressources naturelles.

Ainsi, les montants des murs extérieurs sont en 2×6″ tous les 24″ mais s’ils sont porteurs d’un deuxième étage il faut les placer tous les 16″. Avec l’alignement des fermes de toit et des solives de plancher avec les montants, il n’est plus nécessaire d’ajouter une deuxième sablière sur le dessus des montants. La lisse du mur peut être un 2×4″ avec les montants en porte-à-faux de 2″ au-dessus de la fondation sans poser de problème de répartition de la charge, ce qui augmente gratuitement l’espace intérieur utilisable de 2″ sur tout le périmètre.

Les fenêtres devront être d’une largeur qui s’ajuste avec l’espacement des montants afin d’éviter leur doublage de chaque côté. Il en est de même pour les portes mais il est préférable de doubler le montant du côté des pentures sauf si le cadre est fourni avec la porte.

Dans les murs soit intérieur ou extérieur non porteurs, on n’a même pas besoin de linteaux dans la tête des ouvertures. Dans les murs porteurs, on peut faire des linteaux avec moins de bois massif en utilisant du contreplaqué qui ne rétrécit pas et assure une plus grande stabilité.

Pour la structure des coins du bâtiment, on utilise seulement deux montants en fixant le contreplaqué à l’un d’eux pour fin de clouage. Ainsi, on élimine un montant et on peut mieux isoler le coin. Idéalement, une cloison ou mur intérieur devrait rejoindre le mur extérieur vis à vis un montant. Sinon, un appui horizontal à 4 pieds du plancher suffit.

Les planchers peuvent aussi être construits avec moins de bois. Les croix St-André ne sont pas nécessaires entre des solives en bois sec. Si on utilise de la colle élastomère avec des vis pour le contreplaqué du sous-plancher, l’ensemble sera encore plus fort. On n’a pas besoin de doubler les solives sous les cloisons ou murs intérieurs non porteurs. La solive de pourtour n’a pas nécessairement besoin d’être de la même grandeur que les autres solives. Elle n’a pas un rôle structural mais sert plutôt de lien pour garder les solives du bout. Du bois de 1″ ou du contreplaqué de 5/8″ peuvent suffire. L’utilisation des poutrelles ajourée ou de bois ou de bois laminé réduire la quantité de bois massif utiliser tout en donnant une construction plus solide. De plus en plus, on utilise des produits « engineered floors ». Ces produits sont de meilleure qualité, plus stables et légers, prennent moins de bois et ce bois est de moindre valeur. En utilisant rationnellement le potentiel des matériaux, on peut profiter de leurs qualités tout en réduisant la quantité des ressources naturelles, main d’œuvre et énergie utilisée dans nos constructions, on économise des coûts et on diminue des impacts environnementaux.

  • Énergie intrinsèque d’un matériel

Le choix d’un matériel a beaucoup d’implications sur le plan architectural mais aussi beaucoup de conséquences sur le plan environnemental. Quand on choisit un matériel on prend en considération ses qualités et plusieurs critères tels sa durabilité, son esthétique, son utilité, sa capacité de préserver la sécurité et la santé, sa disponibilité, sa facilité d’installation, d’entretien et de remplacement, sans oublier son prix. Son prix cumule tous les frais encourus pour son extraction, sa transformation, sa fabrication, son transport, sa distribution, son installation et les profits prélevés à chacune de ces étapes. Dépendamment du matériel, les composantes importantes du prix peuvent inclure ses coûts de ressources naturelles, de main-d’œuvre, de maniement, d’entreposage, de processus techniques, de recherche et de développement, d’administration et d’énergie utilisée.

Dans une approche respectueuse de l’environnement, on ne considère pas seulement le prix monétaire mais aussi le prix environnemental en se préoccupant de la quantité d’énergie utilisée pour obtenir un produit final. Dans le contexte actuel, devant des produits équivalents et de prix comparables, on devrait privilégier ceux qui ont exigé l’utilisation d’un minimum d’énergie. Ainsi, comme le transport des marchandises consomme une grande quantité d’énergie génératrice de pollution, les matériaux extraits et produits localement sont plus avantageux. On pourrait même privilégier des produits qui nécessitent plus de main-d’œuvre ou de travail artisanal que d’énergie pour susciter le maintien de l’emploi.

La quantité d’énergie nécessaire pour transformer une matière première en produit final donne aussi une bonne idée de son impact environnemental. Plus la quantité d’énergie est grande, plus les transformations sont importantes et plus aussi sont importantes ses conséquences telles la pollution de l’air, du sol et de l’eau, l’incorporation de produits chimiques, les déchets solides, les résidus de production, le réchauffement de la terre, l’épuisement de la couche d’ozone, les pluies acides, etc. Pour pousser plus loin encore les comparaisons, on doit considérer aussi la quantité de pollution générée dans tous les processus de production de l’énergie requise pour ces transformations.

Dans un choix écologique d’un matériel de construction, on favorise celui qui a le minimum d’énergie incorporée lors de sa fabrication.  Plus on utilise de matériaux recyclés, plus on économise l’énergie, car, généralement, la quantité d’énergie utilisée pour produire un matériel à partir de la matière première est plus grande que celle requise pour produire le même matériel ou un matériel équivalent à partir d’éléments recyclés ainsi on doit éviter d’utiliser des matériaux de composition mixte difficiles à recycler mais plutôt des matériaux plus purs, durables, faciles à réutiliser ou à recycler. L’utilisation de matériaux recyclés ou d’une teneur élevée en matières recyclées permet de réduire l’utilisation des matières premières.

Moins un matériel requiert de transformation, moins il requiert d’énergie pour sa production. On peut donner comme exemple en ordre croissant de besoin énergétique, le sable et le gravier, la pierre, le béton, les briques, le gypse, le bois d’œuvre, les placages, le contreplaqué, le PVC, le polyéthylène, le polystyrène, le cuivre et l’aluminium, le caoutchouc et les plastiques. Évidemment, la production des équipements et appareils ménagers très sophistiqués nécessite énormément d’énergie.

Dans l’analyse du coût énergétique d’un matériel, outre sa fabrication et son transport, il faut aussi mettre en perspective le potentiel d’économie d’énergie durant toute la vie d’un bâtiment et lors d’un recyclage subséquent. On considérera donc aussi la quantité d’énergie requise pour son entretien, ses réparations, sa démolition et son remplacement ainsi que l’énergie nécessaire pour transporter et disposer ses déchets.

Évidemment, plus est grande la quantité du matériel utilisé, plus sont importantes les considérations d’impact. Ainsi, les matériaux utilisés pour la structure, l’enveloppe et la finition devront être l’objet d’analyse plus poussée en raison de leur grande présence. En plus de leur impact sur l’environnement, il faut sérieusement considérer leur durée de vie. Par exemple, les bardeaux d’asphalte de la toiture et les tapis sur les planchers couvrant de grandes surfaces ont une durée de vie limitée et posent un problème à l’environnement lors de leur production et aussi comme déchet lors de leur remplacement.

L’aluminium est un exemple de dilemme dans le choix d’un matériel. L’extraction de la bauxite ravage le paysage étranger et il faut la transporter au Canada. Sa transformation prend d’énorme quantité d’électricité et pollue l’air et l’eau. Mais l’aluminium, à l’état de produit fini, ne rouille pas et ne requiert pas d’entretien, sa durée de vie est longue et il est facilement recyclable.

Comme on peut le constater, à elle seule, la production d’un matériel entraîne plusieurs opérations qui se répercutent dans son prix.

Et bien qu’ils soient moins évidents, les coûts reliés à son utilisation dans un bâtiment doivent aussi être considérés. En tenant compte en plus des implications environnementales, nous ajoutons encore une nouvelle dimension qui nous permettra finalement de faire les choix les plus éclairés.

  • Matériaux

    • La nature

Jusqu’à très récemment, l’être humain a évolué dans un contexte étroitement lié à la nature. En raison de ce contact et de cette dépendance privilégiée pour sa survie, il lui accorde, dans sa psyché, une importance primordiale. Cette relation privilégiée, tissée depuis toujours a été éloignée par le modèle du progrès technologique. L’ego de l’invention humaine nous imbue de nous-mêmes et nous fait perdre notre perspective sur la nature.

L’homme fait attention à la nature quand il y a des conditions extrêmes de tremblement de terre, d’irruption de volcan, de tornade, d’ouragan ou d’orages et tempêtes avec inondations ou bris par le verglas. Dans notre histoire récente l’homme a réussi à détruire l’équilibre délicat qui existait entre toutes les formes de vie animales et végétales. Maintenant nous devons réagir aux méfaits que nous avons fait subir à l’environnement.

Même si nos vies sont maintenant plus axées sur la technologie et que notre lien direct avec la nature est réduit, notre bien-être est toujours conditionné par notre environnement naturel. C’est comme une loi de la physique que chaque action a un effet égal de réaction. Il y a des industries qui ont fait beaucoup d’argent aux dépens de l’environnement. Il n’aurait pas coûté si cher d’avoir agi de façon plus responsable mais maintenant il en coûtera très cher pour corriger la situation. Souvent la compagnie fautive n’existe même plus et c’est la société qui doit assumer la grosse facture.

Le concept du progrès à tout prix n’est plus soutenable, maintenant il faut du progrès intelligent. Au lieu de courir vers notre autodestruction, il faut limiter la surconsommation et questionner notre modèle économique basé sur la consommation. Les indicateurs de progrès doivent être questionnés et remplacés par des indicateurs de qualité de vie. La richesse n’est pas la seule mesure.

À travers tous les changements qu’on peut vivre, la nature, comme une amie fidèle, demeure une référence stable de nos vies et du passage du temps.

Malgré les plus remarquables avancées de la technologie, la nature n’a pas livré tous ses secrets et elle soulève l’émerveillement des scientistes. Même si nous n’en sommes pas toujours conscients, nous sommes en relation très étroite avec les divers éléments de la nature, en perpétuelle transformation, tel un gigantesque organisme vivant.

Nous faisons partie de ce tout vivant et plus nous y serons attentifs pour y jouer bien notre rôle de vivre notre place à l’intérieur de cet écosystème. Plus nous serons responsable en harmonie et jouirons de notre plénitude d’être.

Il y a une grande harmonie dans la création à travers la diversité des éléments qui la composent, incluant l’être humain. Cette diversité dans l’harmonie assure que chaque être soit distinctif et unique.

Notre ego comme être humain nous pousse à nous améliorer en cherchant à nous surpasser et à perfectionner nos outils. Toutefois, les réalisations humaines, même si elles atteignent un haut niveau de performance (sophistication) technologique, ne peuvent pas égaler la richesse des nombreuses qualités des matériaux naturels et de la matière vivante. Chaque élément naturel est un chef-d’œuvre en lui-même et un joyau de la mère terre.

Si nous comparons le bois et la mélamine qui le remplace si souvent, nous voyons la différence. La mélamine, avec ses surfaces unies, dures et sèches quasi-parfaites, n’a pas le caractère du bois plus mou et de forme plus douce, rempli de grains et de nuances de couleurs, chaleureux visuellement et au toucher. Même si nous voulons donner l’apparence du bois à la mélamine avec une imitation de son grain, elle n’a pas la même subtilité de caractère. Nous regardons le bois avec ses grains, témoins de sa croissance, et avec ses nœuds, vestiges de ses branches, et nous imaginons l’arbre tel que nous en voyons dans le paysage. Nous établissons des liens plus étroits avec des matériaux issus de mélanges synthétiques dont nous ne pouvons pas imaginer la recette. Et malgré tous nos efforts technologiques, un matériau synthétique n’aura jamais l’âme d’un matériau naturel.

Les matériaux naturels sont d’une échelle plus modeste et plus humaine et leur texture est plus variée en relief et en grain. Au toucher, leurs vibrations nous rejoignent davantage et leurs odeurs établissent de riches associations avec nos expériences. Les matériaux naturels vieillissent bien, ils sont plus facilement modifiables, réparables et recyclables et comme ils sont biodégradables, il est facile de les retourner à la nature. Puisque les matériaux naturels comme le bois, la pierre, l’argile, les fibres et tissus naturels, se prêtent à une vaste gamme d’utilisations, il est facile de les incorporer dans nos espaces.

Le contact avec la nature grâce à la terre, au végétal, au minéral et à l’eau peut être réalisé à travers diverses composantes d’un bâtiment. Ces matériaux nobles font partie de notre héritage et de notre coexistence sur cette planète. Ce sont des éléments qui ont plus de signification et d’intérêt pour nous aujourd’hui et il en sera de même demain.

  • L’importance du choix des matériaux

Dans l’industrie de la construction, les décisions prises touchent de nombreuses ressources matérielles, financières et humaines. Dans un projet architectural soucieux de l’écologie, ces décisions doivent être pesées en fonction de leurs implications micro et macro environnementales dans le respect de la nature et des besoins de la personne et de la collectivité. Pour y arriver, on doit adopter une approche globale qui tienne compte des conséquences à toutes les étapes de la construction mais aussi à toutes les étapes des opérations situées en amont et en aval.

De toutes les ressources impliquées, les matériaux, pour la plupart, s’intègreront dans le corps même des bâtiments de façon permanente et leur choix est d’autant plus crucial.  On pourrait être tenté de choisir ces matériaux en fonction des échéanciers, des budgets ou de leur seule apparence mais quelles seront les conséquences de ces choix? Évidemment l’utilisation de matériaux sains pour l’environnement comme pour les utilisateurs est un objectif de base mais il y a plus encore. En fait, tous les matériaux doivent être choisis selon une stratégie qui vise à réduire au minimum toute incidence néfaste sur l’environnement et les gens sur tous les plans et à tous les niveaux.

Il faut choisir des matières premières idéalement non industrialisées qui demandent un minimum de transformation comme les matériaux naturels tels le bois et la pierre. Même le choix du bois a de l’importance. Les dimensions requises peuvent exiger la coupe de vieux arbres matures au lieu de jeunes arbres qui poussent rapidement et qui sont remplacés. Le choix de l’essence du bois n’est pas à négliger, il faut éviter de contribuer à la destruction des forêts tropicales en spécifiant des essences qui ne sont pas cultivées ou qui seraient menacées.

Plusieurs considérations s’appliquent aussi à l’extraction, à la transformation et à la manufacture des matériaux. Le produit contribue-t-il à l’épuisement d’une ressource non renouvelable? Les processus de production ont-ils impliqué l’utilisation de beaucoup d’énergie, ce qu’on appelle l’énergie intrinsèque d’un matériau. Les processus provoquent-ils l’émission de beaucoup de polluants dans l’air, l’eau ou le sol tels gaz, produits chimiques ou résidus toxiques? Sont-ils dangereux pour les travailleurs? Évidemment, sur ces plans, les matériaux comportant des matières recyclées sont moins néfastes que ceux exigeant des matières premières brutes. Le potentiel de recyclage d’un matériau composite hétérogène pose plus de problèmes de recyclage qu’un matériau homogène. Les matériaux synthétiques ou composites ne sont pas ou peu recyclables.

D’autres considérations s’appliquent aussi lors des étapes suivantes de construction et d’utilisation. Le transport à toutes les étapes jusqu’au chantier doit être minimal afin d’éviter une consommation excessive d’énergie (essence) et les émissions de pollution subséquentes. Le type et la quantité d’emballage du produit permettent-ils d’en disposer ou de le recycler facilement? Lors de l’installation du produit, la pose est-elle polluante ou dangereuse pour les installateurs? Les utilisateurs seront-ils incommodés par des émissions toxiques qui diminuent la qualité de l’air?

Les produits devraient être durables, faciles à maintenir et à réparer. Dans le quotidien, ils devraient exiger un entretien minimal, être faciles, pratiques et non toxique. Les détails des finis, de constructions et d’assemblages ne devraient pas retenir la poussière, l’humidité et la moisissure afin de faciliter le nettoyage. À plus long terme, un remplacement partiel des produits est-il possible? En cas de démolition, une réutilisation des produits est-elle possible? Les constituants des produits sont-ils recyclables? En dernier recours comme déchets, les produits sont-ils biodégradables sans encourir de risque de contamination du sol, de l’air ou de l’eau lors de leur décomposition?

Le choix de la compagnie qui fournira les produits et services est aussi important parce qu’il peut avoir des implications éthiques et sociales. Est-ce que la compagnie agit de façon responsable face à l’environnement par ses procédés, sa pollution, ses déchets ou ses programmes de recyclage? Est-ce que les matériaux étaient testés sur les animaux? Est-ce que la compagnie s’est dotée de règles de sécurité adéquates? Les conditions de travail et les relations avec les travailleurs et les syndicats sont-elles bonnes? Est-ce qu’il y a des garderies pour les enfants et des programmes assurant l’équité salariale? Est-ce qu’il y a des liens avec la production d’armes ou avec des pays dont les gouvernements sont responsables de répression ou d’exploitation de l’environnement ou de la main-d’œuvre? C’est la responsabilité sociale et morale de faire en sorte que l’environnement bâti soit un facteur positif dans l’avènement d’un monde meilleur. Tous les intervenants impliqués devraient se les poser chacun dans son domaine de compétence aux diverses étapes du cycle de vie des matériaux.

  • Choix de matériaux écologiques

Dans le domaine de l’architecture, les matériaux utilisés contribuent de façon importante à la définition du caractère d’un habitat. Habituellement, dans le choix d’un matériau, les caractéristiques comme le prix, la fonctionnalité, la disponibilité, la facilité d’installation et l’esthétisme sont considérées. Mais d’autres considérations sont nécessaires et nous avons tout autant la responsabilité d’y porter attention afin d’être conscients de toutes les implications de nos choix si nous voulons nous assurer qu’ils soient respectueux de l’environnement. En architecture chaque chose devra être utilisée précisément, intelligemment, efficacement et économiquement aux fins pour lesquelles elle est le mieux adapté.

Une architecture saine se doit d’avoir un impact minimal sur l’environnement. En construction comme en rénovation, chaque décision est susceptible d’avoir des conséquences d’ordre écologique. Le souci de ne pas vouloir affecter l’environnement pourrait, à la limite, nous empêcher de construire. Mais si on doit bâtir pour répondre à des besoins économiques et sociaux, on veillera à le faire de la façon la moins néfaste possible. Face à l’environnement, la construction nous force à des compromis mais si nos décisions sont imprégnées de la sensibilité environnementale requise, les conséquences négatives seront minimisées.

À elle seule, une caractéristique comme le prix d’achat d’un matériau ne peut aucunement garantir l’atteinte de ces objectifs. On doit donc étudier d’autres caractéristiques des matériaux comme les dépenses énergétiques et les implications environnementales autant lors de la fabrication que lors de l’installation et de l’utilisation. En fait, à chaque matériau peut être associé un bilan écologique dans lequel figurent des caractéristiques comme le respect de la santé humaine et environnementale, l’efficacité énergétique, la durabilité et le degré d’utilisation des matières recyclées.

Plus le degré d’exposition intérieure d’un matériau est important, plus son choix devra être effectué avec soin. Ce degré d’exposition peut être évalué en termes de distance avec les personnes qui habitent un bâtiment ou avec les équipements installés susceptibles de faire réagir les matériaux par leur chaleur et de distribuer leurs émanations dans l’air. Ainsi, plus un matériau est posé à proximité des personnes ou des équipements, plus ses effets négatifs pourront être ressentis, affectant d’autant la santé. Une attention prioritaire devra donc être apportée aux revêtements et finis des planchers, des murs, des plafonds et de l’ameublement en raison de leur grande superficie et de leur lien direct avec les personnes.

Des composés nocifs peuvent être dégagés dans l’air au cours de l’installation ou de l’utilisation d’un matériau. Le niveau de toxicité et le potentiel d’irritation de ces composés, gaz ou particules, doivent être analysés. De même, la durée et l’intensité des émissions ou absorptions d’un matériau sont à considérer. Les émissions d’un matériau humide comme la peinture sont très élevées après son application mais diminuent rapidement après séchage. Les émissions d’un matériau sec comme l’aggloméré de bois diminuent très lentement au cours des années. Les matériaux poreux, rugueux ou floconneux absorbent les polluants de l’air comme des éponges et peuvent en retour les dégager plus tard.

Le degré de durabilité des matériaux est important à analyser. Il faut considérer leur longueur de vie, leur résistance à l’usure et aux brisures, les implications de leur réparation ou de leur remplacement. Il faut veiller à ce que leur entretien soit minimisé, avec la main d’œuvre et toute la gamme de polluants que cela entraîne.

Le nombre, le type et la quantité des composants chimiques des matériaux ainsi que la rugosité de leurs surfaces affectent leur stabilité et leur taux d’émission ou d’absorption. Les produits évaporés et diffusés dans l’air sont absorbés dans les matériaux poreux. Ces échanges sont aussi affectés par la température, l’humidité et le degré de ventilation. Plus la température et l’humidité sont élevées, plus les matériaux dégagent d’émanations. Pour accélérer la libération de ces substances après une construction ou une rénovation, on devra « cuire » les espaces avec une grande chaleur et beaucoup d’aération pour que les matériaux émettent leurs substances nocives sans que d’autres les absorbent.

Il faut choisir des matériaux qui ont un minimum d’émissions pendant la construction et durant l’utilisation ultérieure des bâtiments. Ainsi, en évitant les matériaux auquel est associé un bilan écologique négatif pour favoriser plutôt ceux ayant démontré un bilan écologique positif pour répondre intelligemment aux exigences requises en minimisant les impacts négatifs et en maximisant les bénéfices pour l’utilisateur, la société et l’environnement.

  • Influence des matériaux malsains sur ses occupants

Les vêtements et la maison remplissent les mêmes fonctions que la peau du corps humain. Ils ont un rôle de protection, d’isolation thermique et hydrométrique et de respiration.

L’industrie chimique qui nous fournit des matériaux de construction modernes peut par ses performances devenir un risque pour notre équilibre vital.

On retrouve de l’urée formaldéhyde dans les contreplaqués, des plastiques et de l’amiante dans les recouvrements de planchers en vinyle, des solvants volatiles dans les peintures, les colles et autres adhésifs, des fongicides dans les tapis. Non seulement ces produits chimiques synthétiques affectent l’environnement en cours de production, mais ils émettent des gaz lorsqu’ils sont installés dans nos maisons et ils empoisonnent l’air ambiant.

Nous devons substituer à ces matériaux, lorsque c’est possible, des matériaux non toxiques ou de moindre toxicité. Ils existent et même s’ils sont plus dispendieux et demandent plus d’entretien, ils contribuent à rendre l’environnement plus salubre. De plus, une bonne ventilation intérieure est primordiale.

  • Quelques notes additionnelles sur les propriétés du bois

On recommande l’utilisation du bois pour la construction à cause de ses qualités biologiques. Il est poreux; il s’imprègne de toutes les émanations. Une fois traité à la cire d’abeille, à l’huile de lin ou à l’essence de térébenthine, le bois acquiert des propriétés prophylactiques qui neutralisent les effets électrostatiques de l’environnement. De plus, le bois est un régulateur hygrométrique. Des études ont démontré que lorsque par exemple l’humidité atmosphérique passe de 30% à 70%, 1m2 de surface de bois absorbe en quatre heures 12 g. d’eau. Quand l’humidité atmosphérique tombe de 70% à 30%, la même quantité d’eau est rejetée dans le même temps. D’autre part, le bois résiste bien aux agressions (moisissures) et possède de bonnes qualités mécaniques quand il est sec et dur.

Il semble que le bois demeure le matériau par excellence qui rétablit un équilibre, là où ce dernier est menacé par les nombreux facteurs anti-vie de notre monde moderne. Les symptômes de maladies écologiques sont réversibles. Le principe à suivre est de maintenir à son plus bas niveau les concentrations de tous ces produits toxiques. Pour retrouver un équilibre vital, il faut éviter les produits polluants qui ne sont pas vraiment nécessaires à notre bien-être. Nous ne devons choisir que les matériaux et les produits non toxiques dont nous avons besoin et accorder à notre organisme le temps de se guérir dans une demeure qui favorise la vie.

  • Déchets de chantier

    • Constat

La gestion des déchets de chantier est un gros problème qui existe depuis très longtemps et qui, heureusement, commence à être pris en considération. La valeur de certains matériaux comme le métal fait que leur recyclage devient plus attrayant. De plus, les sites d’enfouissement augmentent leurs tarifs et forcent ainsi les intervenants à reconsidérer le recyclage ou tout autre moyen susceptible de diminuer les déchets.

Avec les nouvelles constructions les déchets sont limités; par contre, les rénovations génèrent plus de débris et la démolition plus encore. Évidemment, il est préférable autant que possible, de rénover un bâtiment plutôt que de le démolir. L’amiante présente dans d‘anciennes constructions pose des problèmes environnementaux qui doivent être gérés spécifiquement. Mais, l’amiante mise à part, la plupart des matériaux de construction et des débris sont inertes et sans grand danger pour l’environnement. Le souci se situe plus au niveau de leur poids et de leur encombrement dans les sites d’enfouissement.

  • Rôle des entrepreneurs

Tous les intervenants de chantier s’accordent pour dire qu’il y a énormément de gaspillage. Les échéanciers serrés et les coûts de main-d’œuvre importants imposent à l’entrepreneur une gestion au plus juste, souvent au détriment d’une bonne gestion des déchets. Si des systèmes pouvaient être mis en place pour faciliter et réduire les coûts liés au traitement de ces déchets, les entrepreneurs, très ouverts au problème par ailleurs, seraient prêts à s’impliquer davantage.

Les entrepreneurs pourraient être encouragés à améliorer la situation par le biais de deux moyens qui leur permettraient de bénéficier d’avantages financiers. Même si les entrepreneurs sont bien intentionnés et impliqués au niveau environnemental, il faut les convaincre qu’ils vont aussi y trouver un intérêt économique, ceci afin d’inciter et d’encourager les nouveaux comportements.

Un premier moyen serait de réduire les coûts des matériaux par d’autres méthodes de construction qui impliquent moins de découpage, moins de matériaux, moins de manipulations, moins de temps et qui permettrait au final de faire des économies. En ce qui concerne les déchets proprement dits, il faudrait que ces nouveaux comportements de gestion de rebuts réduisent le nombre de conteneurs transportés et vidés.

Le deuxième moyen serait d’augmenter les revenus par la vente des biens et matériaux récupérés en fin de chantier. Actuellement, tous les débris sont jetés dans le même conteneur de déchets et quand il est plein, la compagnie de location de conteneurs l’emporte, le vide et effectue le triage des différents matériaux. Les matières comme le bois, le carton, le plastique, le verre, les métaux (ferreux et non ferreux), les bardeaux et le gypse sont séparés et envoyés aux centres de récupération pour y être recyclés. Le reste des déchets non récupérables sont envoyés à un site d’enfouissement et sont facturés au poids. Plus les frais d’enfouissement sont élevés, plus il y a d’intérêt à trouver des solutions alternatives. La question d’argent a évidemment beaucoup d’impact sur le processus. Augmenter les coûts d’enfouissement forcerait l’industrie à agir encore plus efficacement.

On assiste aujourd’hui sur les sites à un recyclage non structuré qui profite à diverses personnes. Les clients eux-mêmes, ou leurs connaissances, sont souvent acquéreurs de certains items. L’entrepreneur et les travailleurs de construction ont des relations intéressées par ces biens ou matériaux. Les fournisseurs de matériaux ont, eux aussi, leurs contacts pour ce genre de récupération. Il arrive fréquemment que certaines personnes se présentent spontanément sur le chantier pour récupérer de la marchandise, l’entrepreneur peut alors mettre de côté les items ainsi choisis pour être ramassés ultérieurement. Dans son devis, l’architecte spécifie à l’entrepreneur qu’il lui est interdit de vendre des items sur le site comme au marché aux puces mais il ne lui est pas interdit de mettre une pancarte ‘’à donner’’ sur le bord du chemin. Dans les quartiers populaires, ces objets trouvent souvent preneur. Évidemment les chantiers sont dangereux et fermés au public et il ne faut pas encourager le public à venir chercher de la marchandise sur les sites. Les chantiers de construction sont souvent visités en fin de journée et des vols sont alors commis, il n’est donc pas recommandé de mettre le public trop à l’aise en l’encourageant à visiter les lieux. Les conteneurs sont aussi remplis d‘objets jetés par les voisins et l’entrepreneur doit s’en débarrasser bien malgré lui.

Les devis architecturaux ne contribuent pas directement au recyclage parce que l’utilisation des matériaux d’occasion est interdite. Par contre, il n’y a aucune contre-indication à favoriser l’emploi de produits recyclables. Les entrepreneurs qui soumissionnent selon les documents contractuels sont tenus de suivre les indications de l’architecte à la lettre, autrement ils courent le risque de perdre le contrat. Si les entrepreneurs veulent prendre des initiatives écologiques qui augmentent leur soumission cela risque de les défavoriser. Pour comparer équitablement les soumissions il est préférable que l’architecte exige lui-même des pratiques écologiques. Par exemple, dans le devis, l’architecte peut demander qu’il y ait trois conteneurs pour faire le tri des matériaux pour le recyclage. Toute exigence qui ajoute aux coûts de la soumission sera alors assumée par le maître d’ouvrage et comme c’est aussi le payeur, il faut son accord.

L’entrepreneur, pour réduire ses coûts, peut exiger de ses sous-traitants qu’ils ramassent et disposent de leurs rebuts. Le contremaître de la construction peut gérer son chantier de la manière qu’il trouve la plus opportune au recyclage. Si chaque travailleur suit des pratiques écologiques, les résultats en seront d’autant plus remarquables.

  • Mieux concevoir à la source

L’architecte a un rôle important à jouer pour réduire les déchets d’un chantier. En respectant les dimensions des matériaux il peut contribuer à leur utilisation plus efficace et à une réduction du temps de travail requis. Par exemple, un mur qui utilise des montants en bois de 8’-0’ de long sans avoir besoin de les couper, fait gagner du temps et minimise les pertes. L’entrepreneur peut aussi demander les montants prédécoupés selon ses besoins. En dimensionnant le bâtiment aux incréments de 2 ou 4 pieds, il y a moins de perte de matériaux due à leurs dimensions standardisées. Le positionnement des fenêtres peut se faire selon l’alignement des montants pour éviter des ajouts de montants.

S’il y a moins de matériaux et finis différents, il est plus facile de réutiliser les restes, il sera ainsi possible de diminuer les pertes. L’utilisation du principe de charpente avancée réduit la quantité des matériaux nécessaire pour construire un bâtiment de même qualité. C’est par l’utilisation intelligente des matériaux que la quantité des ressources pourra être réduite. La préfabrication permet l‘emploi de ces matières de façon efficace et permet aussi d’augmenter le niveau de qualité ainsi que la vitesse de construction.

Les modes dans le domaine de la construction sont dangereuses à suivre parce ce que, par définition, elles sont évolutives. Les changements qu’impose une mise à jour de son bâtiment selon le nouveau style impliquent des pertes de matériaux importantes. L’architecture jetable n’est pas à préconiser.

  • D’autres solutions

Il y a de plus en plus de produits faits de matière recyclée et il serait souhaitable d’en utiliser davantage. A défaut, il faudrait au moins préconiser des produits qui pourront être réutilisés : le recyclage par une deuxième vie. Le démontage peut donc être encouragé et facilité par la mise en place de procédures spécifiques lors de la construction et ainsi faciliter le réemploi des composants après la destruction. Il est possible de réduire les rebuts par une simplification de l’assemblage, un choix judicieux d‘attaches mécaniques, en prenant soin de garder un accès facile aux connexions en vue d’un démontage éventuel. Des boulons ou des vis à la place de clous vrillés sont plus faciles à défaire et ne brisent pas les matériaux. Pour ne pas souiller ou altérer les matériaux il est préférable d’utiliser avec soin les scellants, colles, peintures, etc.

Lors d’une démolition de bâtiment, la récupération des différents composants sera facilitée si l’entrepreneur en prend soin et les range correctement. Un chantier avec assez d’espace permet d’installer plusieurs conteneurs pour la séparation des matières recyclées afin de faire le tri à la source. Sur le chantier il est souhaitable d’avoir un coin de coupe unique afin de regrouper les retailles et en faciliter la récupération.

L’efficacité de la gestion des déchets sera grandement améliorée si une personne en est responsable et si les employés y sont sensibilisés. Un bac sur roulettes qui se déplace avec les travailleurs peut faciliter la manutention des rebuts.

Pour une meilleure gestion de chantier, il est important de commander des quantités précises, au moment opportun pour s’assurer que les éléments ne soient pas trop exposés aux intempéries. Le rangement de matériaux sur les lieux, comme une surélévation par exemple, empêche les matériaux de se détériorer par la saleté, l’humidité ou autre altération. Les manipuler avec soin empêche de les briser.

Un bon entretien d’un bâtiment épargne énormément de soucis et de dépenses à long terme. Il est préférable de faire des petits travaux au fur à mesure plutôt que de laisser se détériorer des éléments, ce qui implique du gaspillage et des frais supplémentaires ultérieurement.

Lors d’une rénovation ou d’une démolition, il serait opportun de demander à un professionnel du recyclage de faire l’état des lieux afin d’étudier les possibilités de recyclage.

On peut demander aux fournisseurs de livrer les marchandises avec le moins d’emballage possible et de repartir avec l’emballage excédentaire. Il serait bon d’acheter en vrac dès que possible afin de réduire les emballages.

Quand des matériaux sont de qualité et durables, ils génèrent moins de déchets ; il est plus sûr, par exemple, de travailler avec du bois sec qu’avec du bois vert.

Il est souhaitable d’utiliser des produits dans leur forme originale ce qui exige moins de transformations, donc moins de gaspillage de ressources.

  • Environnement intérieur sain

    • Revêtements à privilégier

Un environnement intérieur sain possède les éléments suivants : des planchers de bois franc, des meubles en bois dur assemblés sans colle et des rideaux de coton non traité. On évite les matériaux synthétiques partout où c’est possible. Les recouvrements de fibres synthétiques ou cellulosiques et les meubles en « bois pressé » sont à éviter. Ces matériaux synthétiques produisent du gaz et ils dégagent des substances toxiques lorsqu’ils brûlent.

Ce que l’on pose sur les murs et les planchers doit faire l’objet d’attention spéciale. Ces deux éléments représentent une grande surface d’évaporation. Pour les murs, la peinture à l’huile est à déconseiller : elle renferme des solvants toxiques qui libèrent des gaz pendant longtemps. La peinture au latex est préférable. Si l’on décide de poser du papier peint, il faut qu’il soit exempt de fongicides et appliqué avec une colle naturelle. Aux fenêtres, on installe des rideaux en fibres naturelles, des persiennes en bois ou des stores métalliques. Les aires de plancher très passantes sont couvertes par des matériaux solides et faciles à nettoyer : linoléum, bois, tuile de céramique. Les tapis ont plusieurs désavantages : ils accumulent la poussière domestique et la libèrent lorsque nous marchons dessus. De plus, ils en produisent eux-mêmes : des particules microscopiques se séparent et flottent dans l’atmosphère. En hiver, elles circulent dans le système de chauffage, elles apportent des substances étrangères dans l’atmosphère et ces composés sont respirés plusieurs fois par les occupants. Les tapis neufs sont souvent imprégnés d’insecticides qui sont rejetés à travers la maison pendant longtemps. Leur nettoyage professionnel amène de nouveaux contaminants.

Les tuiles de céramique non poreuses sont un très bon choix pour les endroits plus humides et passants. Les planchers de bois franc et de céramique possèdent les avantages suivants : ils ne retiennent pas de charges électriques ; ils ne produisent ni particules aériennes, ni gaz : ils sont facilement nettoyés.

  • Ameublement

On doit porter aussi beaucoup d’attention à l’ameublement de la chambre à coucher : nous y passons près du tiers de notre vie. Les lits construits avec du « bois pressé » sont à éviter. Ils libèrent le formaldéhyde qui a pour effet du réduire l’efficacité de notre système immunitaire. Les matelas et les oreillers de caoutchouc mousse sont composés de produits dérivés du pétrole. Souvent, ces matelas sont traités avec des fongicides. Les vapeurs que ces matériaux dégagent ne sont pas à respirer toute la nuit.

Il faut choisir un matelas de fibres naturelles posé sur une base faite de lattes de bois pour assurer une circulation d’air. La literie peut amplifier les problèmes respiratoires et provoquer des réactions allergiques si elle est composée de fibres de polyester. Le coton ou la flanelle de fibres naturelles est à conseiller dans le choix des draps.

L’arrangement du mobilier dans une pièce transmettre des messages comme d’identifier qui détient le contrôle. Le mobilier peut servir à établir ou contrôler les distances interpersonnelles. Un bureau de travail qui garde un visiteur à une certaine distance, ou des fauteuils disposés pour la conversation ou autour d’une table pour travailler.

Le mobilier est aussi porteur de statut social et des rangs hiérarchiques. Le prix, la qualité et l’aspect du mobilier de bureau établit le rang. La mobilité du mobilier complète l’architecture pour articuler les détails de l’espace non fixe. Il est important d’avoir un mobilier pratique, confortable et durable.

  • Moyens de réduire ou d’éliminer les polluants à l’intérieur
    • Éliminer la source
    • Isoler la source
    • Utiliser la ventilation
    • Contrôler la température
    • Utiliser la filtration

Le meilleur moyen de réduire les polluants est d’éliminer la source. On sait que ce n’est pas toujours facile pour les matériaux de construction. On peut tout de même débarrasser la maison des produits de consommation toxiques, des tapis synthétiques des panneaux de particules, des soudures au plomb et des appareils à combustion non ventilés.

Le contrôle de la température aide au maintien de la qualité de l’air à l’intérieur : si l’humidité relative est au-dessus de 50% ou en dessous de 30%, elle favorise le développement des moisissures. Une humidité trop élevée favorise l’émission de formaldéhyde (1% de plus par degré d’humidité). Le degré de température affecte aussi l’émission de formaldéhyde : la concentration dans l’atmosphère est deux fois plus élevée à une température intérieure de 800F qu’à 700F.

Avec les systèmes de filtration, il faut s’assurer de leur efficacité et de l’absence de production d’ozone. Les filtres à particules sont efficaces : ils enlèvent presque toutes les poussières, fumées, pollen, vapeurs, moisissures et plusieurs gaz.

  • Ressources naturelles

    • Consommation des ressources naturelles

Même si les statistiques ne sont pas toujours intéressantes à étudier, elles sont quand même utiles pour démontrer certains faits et mettre en perspectives les réalités qui nous confrontent. Ainsi, les pays développés représentent 25% de la population de la terre mais consomment 70% des ressources mondiales. De plus, ils polluent deux fois plus que le reste du monde. Diverses raisons expliquent ces excès: le haut niveau d’industrialisation et le climat énergivore bien sûr mais aussi les valeurs et le mode de vie pour une bonne part.

Parmi les pays développés, le Canada récolte la distinction peu enviable de contribuer démesurément, en proportion de sa population, au stress environnemental. Sa consommation d’énergie, d’eau et d’autres ressources impliquent la production élevée de polluants dans l’air, l’eau et le sol et il est même classé champion mondial de l’accumulation des déchets solides. Un cinquième de ces déchets provient des chantiers de construction, ce qui laisse croire que les Canadiens, dans leur façon de construire et de vivre, gaspillent énormément de ressources qui pourraient être recyclées. Heureusement, les progrès récents dans le recyclage sont encourageants.

Toujours en proportion du nombre d’habitants, le Canada se range deuxième au monde après les États-Unis pour la consommation d’eau. Seulement 5% de cette consommation répond aux besoins essentiels de la boisson et de la cuisine, ce qui laisse beaucoup de liberté dans la diminution de son utilisation.

  • Consommation de l’énergie

Le peuple canadien est le plus énergivore du monde en raison de la rigueur du climat du pays, de l’étendue de son territoire et du style de vie de ses habitants et de leur attitude envers la nature qui leur fournit des ressources en si grande abondance. La production et l’utilisation d’énergie génèrent malheureusement de nombreux polluants qui contribuent grandement aux problèmes de l’effet de serre et du réchauffement de la terre.

Si on regarde plus en détail, la consommation d’énergie au Canada se répartit comme suit : 25% pour le transport, 40% pour l’industrie et 35% pour les bâtiments (20% est affecté aux habitations et 15% à toute autre forme de bâtiments). Cependant, si on tient compte de l’énergie consommée pour fabriquer, transporter et installer les matériaux pour la construction, la finition et l’ameublement, le pourcentage d’énergie consacrée au domaine de l’architecture est plus élevé que peut le laisser croire le 35% ainsi calculé.

La consommation directe d’énergie dans les habitations, représentant 20% de la consommation totale d’énergie au pays, se répartit comme suit: 17% pour l’eau chaude, 14% pour les appareils électroménagers, 2% pour l’éclairage et la plus grande proportion, 67%, pour le chauffage et la climatisation. Ce dernier item, à lui seul, représente donc 13% de la consommation totale d’énergie au Canada. Ce haut niveau, dû principalement au chauffage et dans une moindre mesure à la climatisation, mérite une analyse.

La facture élevée du chauffage est notamment due aux nombreuses pertes de chaleur. Le quart de ces pertes sont dues à de l’infiltration ou de l’exfiltration d’air autour des ouvertures dans les parois des habitations comme autour des portes et fenêtres. Les autres pertes sont dues à la transmission de chaleur par l’enveloppe des habitations soit 30% par les fondations, 15% par les murs extérieurs, 15% à travers les portes et fenêtres et 15% par l’entre toit. L’ampleur des pertes de chaleur à travers l’enveloppe des habitations suggère qu’on prenne action pour améliorer sa résistance thermique en augmentant le niveau d’isolation et en soignant davantage les détails de construction. Multipliées par la longueur de vie d’une habitation, ses pertes de chaleur ont un impact majeur sur sa consommation d’énergie et leur réduction devient un enjeu important.

  • Une meilleure utilisation

Une part importante de l’énergie consommée au pays l’est dans nos habitations pour le chauffage. Cela nous touche donc de près et nous devons prendre nos responsabilités. La société a beaucoup évolué dans l’utilisation de l’énergie mais sans assez se préoccuper de sa conservation. Nous devons maintenant apprendre comment mieux utiliser l’énergie disponible tout en prenant les moyens de la conserver. Il faut même penser à réduire nos besoins d’énergie en raison de ses effets néfastes sur l’environnement. En prenant conscience de notre utilisation des ressources naturelles, nous nous rendrons compte qu’il est possible de bien vivre sans exagérer dans notre consommation pour le bénéfice de la planète et de toute la civilisation présente et future.

  • Progrès technologiques

    • Répercussions

Depuis plus d’un siècle, la progression de l’homme et l’essor de ses technologies sont remarquables. Ces changements extraordinairement rapides nous ont propulsés dans une société de haute technologie. C’est très impressionnant. Les avances technologiques ont même été si rapides qu’elles n’ont pas laissé le temps d’en analyser les meilleures utilisations.

Bien sûr, beaucoup des progrès technologiques récents ont été bénéfiques pour notre condition humaine. Mais, si la technologie est un outil qui devrait servir à combler nos besoins et améliorer notre qualité de vie, elle est aussi préoccupante car nous ne saisissons plus la direction philosophique qu’elle imprime à la société. En fait, c’est à nous d’orienter nos outils harmonieusement selon les lignes directrices, les buts ou les préoccupations de la société que nous souhaitons. Il faut définir les rôles de nos outils afin qu’ils contribuent aux objectifs que nous nous fixons.

Nous sommes éblouis par nos créations et même par les projets envisagés pour la prochaine génération d’avances technologiques. Nous percevons l’amélioration de la qualité de notre vie par les solutions technologiques déjà en place et nous avons confiance que les problèmes futurs seront solutionnés par de nouvelles inventions. Cette confiance parfois aveugle dans la technologie s’intègre bien dans notre structure économique. Notre société de marché libre a besoin d’être alimentée par la consommation de biens et services.

Les progrès incessants de la technologie, qui remplacent ceux qui les précèdent, sont une force majeure dans la croissance économique d’une société. Beaucoup de personnes gagent leur vie avec les innovations qu’elles mettent à notre service. Conséquemment, nous ne devons pas nous étonner que notre société soit si fortement axée sur l’homme et ses technologies en donnant l’impression que nous pouvons dominer la nature.

Dans nos villes, entourées par nos nombreuses réalisations technologiques, nous pouvons être impressionnés par nos capacités mais aussi préoccupés par leurs conséquences. Est-ce que toutes ces réalisations favorisent vraiment notre bien-être? Dans notre société, nous valorisons les avances technologiques et économiques et les considérons comme le progrès. Ce progrès est influencé par différentes modes. Ainsi à une certaine époque, le neuf était privilégié et le vieux était perçu comme une absence de progrès. Mais à travers le temps, une approche est devenue typique de notre civilisation : la recherche du progrès à tout prix, quelles que soient les implications sur l’environnement.

  • Prise de conscience

En Amérique du Nord, où nous sommes les plus gros consommateurs de ressources et en conséquence les plus gros générateurs de pollution et de déchets solides par personne au monde, il doit y avoir une autre explication que notre structure économique de marché libre. Assurément, nous sommes riches en ressources et devant cette abondance, nous pensons moins à leurs limitations éventuelles. Comme société riche, nous n’avions pas à nous préoccuper des économies dans l’utilisation ou la réutilisation de nos ressources et nous sommes devenus une société de consommation du « jeter après usage ».

Une autre attitude spécifique à l’Amérique du Nord dépend de son évolution. Les gens d’aventure qui ont peuplé ses jeunes pays ont dû affronter une géographie sauvage et des climats hostiles. Pour survivre, il était nécessaire de combattre et de conquérir l’environnement afin de faire sa place. Cette attitude de domination de la nature a guidé les actions jusqu’à ce que les répercussions des attaques contre l’environnement commencent à se faire sentir. Même avec l’immensité du territoire, il y a des limites à ce que les processus écologiques peuvent assumer. Quand les bornes sont dépassées, les agressions contre l’environnement se retournent contre nous.

Avec cette prise de conscience, nous nous sommes éveillés à notre responsabilité face à l’écosystème. Cette nouvelle ère de sensibilité est encourageante pour corriger les erreurs du passé. Il y a beaucoup de chemin à parcourir parce que les abus de plusieurs générations ne peuvent pas être inversés rapidement. Il nous faudra développer beaucoup d’efforts pour changer nos valeurs et notre mode de vie. L’autocritique de nos façons de faire et le réajustement de nos habitudes prendra de la détermination et de la conviction. Le gaspillage est un problème culturel qui n’existe pas dans les pays moins fortunés que le nôtre. Face à notre existence et à notre place dans ce monde, nous ne pouvons plus nous permettre d’être si agressifs et violents contre l’environnement.

  • Espoir

Notre société est régie par un système social, économique et politique axé sur l’être humain et les technologies qui lui permettent de maîtriser la nature. Le progrès à tout prix met en péril la qualité de l’écosystème, soutien de toute vie. On est loin des sociétés ancestrales qui utilisaient des ressources brutes, à peine transformée par des moyens ingénieux et retournées dans la nature après utilisation comme toute autre vie dans l’écosystème. Cette intégration respectueuse de l’environnement était saine pour l’ensemble de la planète à long terme. L’air, l’eau, la terre et le soleil qui fournit l’énergie constituent les fondements de la vie sur cette planète. On ne peut plus se permettre le progrès à tout prix. On doit adopter une philosophie de développement durable qui utilise les ressources avec prudence pour créer des produits de qualité répondant aux vrais besoins. Nous devons penser à long terme pour conserver la qualité de l’environnement et conséquemment garantir notre propre qualité de vie.

Leslie ArchitecteArchitecture verte & architecture durable par Leslie Architecte