David Leslie
architecte

L’architecture au service de notre mieux-être

La manière d’élaborer, de bâtir et d’entretenir nos bâtiments peut entraîner des effets significatifs sur notre santé mentale et physique. Sans l’ombre d’un doute, l’architecture est une discipline qui peut concrétiser le développement des grands principes émis par nos institutions de santé publique : la réduction des inégalités, la souplesse face aux changements climatiques et l’élargissement de l’accessibilité aux soins de santé universelle, entre autres. L’architecture n’est pas une panacée, mais lorsqu’elle est bien réfléchie, elle peut bonifier notre mieux-être. Dans cet article, nous vous proposerons quelques avenues intéressantes faisant la promotion de l’architecture au service de notre mieux-être.

La hauteur des plafonds aide à réfléchir avec lucidité

De nombreuses études réalisées ces dernières années ont démontré que la hauteur des plafonds agit sur notre manière de réfléchir. Les grands volumes encourageraient à « penser librement » favorisant ainsi la capacité d’abstraction. Dans le cas contraire, des plafonds trop bas inspireraient à s’attarder sur des détails embrouillant parfois la pensée. Par exemple, dans un bloc opératoire, un plafond bas est préférable, car un chirurgien doit focaliser sur les détails. Inversement, les hauts plafonds sont idéaux pour les grandes œuvres artistiques. Fait à noter, la hauteur réelle n’est pas la hauteur perçue. On peut modifier la sensation de confinement en utilisant des miroirs et des couleurs claires.

La lumière et la verdure favorisent une meilleure concentration

En plus de l’espace, la vue dont les occupants d’un lieu disposent influencerait la capacité de concentration. Certains croient à tort que de regarder par la fenêtre serait un signe d’errance, mais au contraire l’observation de la nature améliorerait la concentration. Certaines études ont fait la démonstration que des étudiants ayant une vue sur la nature depuis leur chambre obtenaient des résultats de concentration plus élevés que ceux qui ont une vue sur des édifices. D’éminents psychologues ont aussi constaté que les tâches imposées par la vie moderne impacteraient grandement sur notre fatigue mentale et ont observé que la nature apaiserait l’esprit agité.

La lumière du jour : l’une des clés qui mènent au bonheur

La lumière naturelle synchronise notre cycle circadien en nous tenant éveillés le jour tout en nous faisant dormir la nuit. Une étude américaine a même établi que la lumière solaire augmente les résultats scolaires des étudiants occupant des classes bien éclairées par la lumière naturelle. Sur une année, les élèves ayant accès à des locaux plus ensoleillés font des progrès plus rapides en lecture et en mathématique que ceux qui occupent des classes sombres. De plus, on note que dans les maisons de retraite, un apport supplémentaire en lumière naturelle permet de réduire significativement les risques de dépression.

Les formes et la luminosité adoucissent les atmosphères stressantes

Bien qu’une luminosité naturelle forte puisse stimuler l’apprentissage, des études récentes suggèrent qu’elle agit sur la capacité de relaxation, d’empathie, de vigilance et d’ouverture aux autres. Il a été démontré que des étudiants convoqués à un entretien dans un endroit à éclairage tamisé étaient plus détendus et étaient plus enclins à parler d’eux-mêmes contrairement aux étudiants présents dans un bureau à éclairage intense. Une lumière tamisée est bel et bien une source de relaxation.

David Leslie
Architecte