Appelez-nous en Estrie
(819) 875-2929
Appelez-nous à Québec
(418) 648-8168

Approche humaine

  1. But
    1. L'environnement de vie, c'est plus qu'un espace habitable. Les réalisations architecturales abritent des êtres biologiques et on doit se préoccuper en tout premier lieu de leur santé, de leur confort et de leur sécurité. Mais plus encore, le design des bâtiments doit atteindre un niveau de subtilité tel qu'il puisse tenir compte non seulement du bien-être physique de l'être humain, mais aussi de ses dimensions psychologiques et sociologiques.
    2. L’architecture doit lier le processus de la vie de l’homme et ses travaux à toutes choses. Par la qualité de l’espace intérieur et les symboles utilisés, nous cherchons à combler les émotions et non seulement l’intellect.
       
  2. Notre rôle
    1. Nous cherchons à bonifier la qualité des espaces et à fournir des environnements qui favorisent la santé physique, mentale et sociale afin d’éprouver un sentiment agréable en cheminant dans les espaces.
    2. Ce niveau de design est plus subtil et difficile à réussir. C'est exactement cette complexité qui devient le défi : réaliser un bâtiment qui répond à l'ensemble des activités et attentes de la personne et de la collectivité à tous les points de vue.
    3. L'individualité de la personne, en plus de ses caractéristiques physiques, est une combinaison unique de particularités dans les sphères sociale, psychologique, philosophique, spirituelle, culturelle, artistique, éducationnelle, et des expériences vécues. Ainsi, l'unicité et la richesse de chaque personne viennent composer la diversité humaine. C'est une grande responsabilité de fournir le contexte idéal pour que cela puisse se réaliser.
       
  3. Tous les éléments d’architecture — aspects non tangibles
    1. Tous les éléments doivent être réunis pour encourager et soutenir l'être dans son esprit et son âme en vue de la réalisation de son potentiel. En comprenant mieux qui est l'utilisateur, on précisera et définira les contextes culturel et environnemental et on sera ainsi mieux outillé pour répondre adéquatement et équitablement à toutes les exigences tangibles et intangibles.
    2. Nos compositions spatiales sont dotées d'un pouvoir émotif. Cette charge affective donne plus d’expression aux réalités physiques.
       
  4. Une réponse aux besoins humains
    1. Un bâtiment qui encourage la convivialité et les échanges entre les individus mène au bien être de ces occupants et permet des expériences humaines de qualité.
    2. Nous visons un projet bien conçu pour procurer des locaux agencés, confortables et pratiques, où on sent un lien avec l’espace. Nos propositions d’aménagement sont directement en relation avec le mode de vie des occupants et leurs besoins. Nous attachons de l’importance à l’utilité des espaces tout en créant un environnement qui offre une expérience humaine riche et de qualité.
    3. Nous rendons nos projets chaleureux et conviviaux en offrant des espaces et volumes intérieurs diversifiés, provoquant des sentiments agréables et une variété de perceptions au gré des déplacements.
       
  5. Psychologie environnementale
    1. L’architecture devra avoir comme but de créer un cadre de vie qui procure agrément et jouissance. En agençant les espaces afin qu’ils remplissent harmonieusement leur fonction, les utilisateurs sont respectés et incités à réaliser les activités prévues tout en se sentant bien.
    2. Nous avons une acuité humaine et une attitude empathique pour comprendre comment les gens réagissent et évoluent dans un environnement.
    3. Nous appliquons les principes de la psychologie environnementale afin de créer des aménagements incitatifs des comportements agréable et complaisant avec l’espace. Nous voulons créer une ambiance, un caractère et une atmosphère appropriés où les gens se sentent bien.
       
  6. Acoustique
    1. Nous cherchons à minimiser la production de bruit sous toutes ses formes. Les éléments susceptibles d'en produire doivent être isolés le plus possible.
    2. Chaque espace doit être insonorisé afin d'éviter la propagation des bruits tant à l'intérieur que vers d’autres pièces.
       
  7. Couleurs
    1. La couleur nous influence directement et elle affecte notre santé physique et mentale. Elle a des effets physiologiques sur notre corps ainsi que des effets psychologiques sur le plan de nos émotions et de notre comportement.
    2. Les couleurs contribuent fortement à définir l'ambiance d'une pièce et le grand nombre de surfaces, tels murs et plafond, ne peut qu'amplifier cette influence. L'ambiance créée, qu'elle soit apaisante, agressive ou calme, a des effets sur les occupants et si on veut s'assurer que ces effets correspondent à la vocation des espaces, il faut choisir les couleurs en considérant leurs implications à tous les niveaux.
       
  8. Éclairage
    1. L’architecture est la manipulation de l’espace et de la lumière. L’éclairage naturel et artificiel donne de la vie et de l’intérêt aux espaces en sous-lignant les juxtapositions volumétriques via des jeux d’ombres et de lumière sur les surfaces.
    2. L’ensoleillement est un élément essentiel de la vie et nous accordons beaucoup d’importance à cet aspect. Le trajet du soleil est étudié pour bien profiter de la lumière naturelle et appliquer les concepts d’énergie solaire passive.
    3. L’utilisation d’éclairage artificiel efficace est un élément à la fois fonctionnel et artistique. Son intégration complète est essentielle puisqu’elle rehausse les qualités architecturales des espaces, tout en créant les ambiances appropriées.
       
  9.  Odorat
    1. L'odorat est un autre de nos sens qui nous aide à évaluer les particularités de notre environnement et nous sommes sensibles à cet élément.
       
  10. Textures
    1. Le sens du toucher est très important dans notre lien avec notre environnement. On pense souvent à nos mains pour les sensations tactiles, mais c'est la peau de tout notre corps qui est sensible. Les sensations tactiles par les pieds, les mains, les fesses et la peau permettent à l'utilisateur d'interpréter l’espace. La température de l’air ambiant sur notre corps ou la fraîcheur du sol sous nos pieds. Il n'en reste pas moins que ce sont quand même les doigts, avec leur grande sensibilité tactile et leur agilité, qui permettent le mieux l'exploration de ce qui nous entoure.
    2. En exploitant les caractéristiques de la texture des matériaux et en ajoutant une dimension tactile, on peut contribuer à la création de l'ambiance désirée dans les espaces. Un jeu de textures, par leur fini, leur relief, leur réflexion et leur consistance, s'avère en fin de compte un moyen intéressant pour rehausser la qualité des perceptions et l'esthétique des espaces. L’architecture et la décoration intérieure peuvent relever le sens du toucher et stimuler l’interaction par diverses expériences tactiles avec son environnement.
       
  11. Vibrations
    1. Nous cherchons à minimiser la production de vibrations sous toutes ses formes et les éléments susceptibles d'en produire doivent être isolés le plus possible de la structure.
       
  12. Social
    1. Les humains sont des êtres sociaux et un bâtiment devra représenter un lieu pour les unir et encourager leur intercommunication.
    2. Pour garantir le confort psychologique, il est donc nécessaire de ressentir la présence humaine. Toutefois, des espaces privés sont aussi nécessaires pour satisfaire les besoins de recul et de ressourcement. C’est pourquoi il est important d’aménager des espaces privés, semi-privés et publics dans une même conception/projet.
       
  13. Spiritualité en architecture
    1. L’architecture doit nourrir la satisfaction humaine et encourager la croissance intérieure et l’accomplissement personnel des utilisateurs. Tous ces aspects ajoutent une autre dimension aux projets, que nous appelons la spiritualité de l’architecture.
    2. On ne peut pas avoir de buts plus élevés que de favoriser le potentiel humain, la découverte de soi, le désir de raisonner, de créer et d’apprécier la beauté, ainsi que de soutenir ses valeurs, ses buts, sa dignité, ses joies, le partage et le sentiment d’harmonie avec soi-même et avec ses concitoyens.
    3. Les symboles ajoutent un autre niveau de sophistication au design pour rendre le bâtiment plus marquant. Il est intéressant de provoquer des associations pour approfondir les perceptions de l’utilisateur et augmenter la signification du message.
       
  14. Architecture — aspects physiques
    1. Nous cherchons le plus possible à maximiser la qualité de l’environnement intérieur par le contrôle de la température, de l’humidité, du bruit, des vibrations et des champs électromagnétiques ainsi que des matériaux et de l’éclairage. Dans un souci de réduire les sources de stress environnemental, le bien-être des occupants est respecté.
       
  15. Orientation
    1. Les gens ont besoin de se sentir en sécurité relativement à leur provenance, à leur situation et à leur destination. Lorsque le sens de l’orientation permet de circuler facilement dans un bâtiment avec un minimum d'enseignes, il y a peu d’ambiguïté pour l’utilisateur. La façon d'y arriver est de créer une sensation de place en créant de petits espaces à l’intérieur d’un plus grand. L'aspect sémiologique des signes, signaux, signatures et symboles doit être bien étudié afin de donner des informations dans un langage signalétique que les gens peuvent décoder.
       
  16. Sécurité des occupants
    1. L’une de nos considérations importantes est l'élimination du danger dans les bâtiments et nous visons au-delà de la réglementation. Par un souci des détails, nous pouvons diminuer les risques d’accidents et de blessures. Le design des escaliers doit assurer leur facilité d'utilisation et diminuer les risques de chute. La finition des planchers, la direction et le niveau des éclairages, le contraste des couleurs et des textures ainsi que l’atténuation des coins doivent aussi contribuer à rendre les bâtiments plus sécuritaires.
       
  17. Ergonomie
    1. Nous incorporons dans nos designs le respect des gens à différentes étapes de leur vie et dans différentes conditions de santé physique et mentale. Cela permet à nos bâtiments d’être plus accueillants en les ajustant avec leurs équipements, aux mesures et proportions qui correspondent à la taille et aux capacités des utilisateurs.
    2. Nous facilitons la lecture des lieux par une ergonomie visuelle des couleurs et de l’éclairage.
       
  18. Accessibilité universelle
    1. Le concept de l’accessibilité universelle permet à toute la population d’accéder à un bâtiment, de s’y orienter, de s’y déplacer, d’en utiliser les services et de participer aux activités proposées en même temps et de la même façon. C’est notre façon d’assurer le respect de chacun.
    2. La conception sans obstacle répond aux besoins de plusieurs personnes qui peuvent avoir des limitations fonctionnelles, des incapacités ou des pertes de mobilité dégénératives, permanentes ou temporaires en éliminant les contraintes qui pourraient limiter leur autonomie et leur fonctionnement. Les limitations peuvent être motrices, visuelles, auditives ou cognitives et nous cherchons à ce que tous soient à l’aise dans nos bâtiments.
    3. Il n’y a pas que les personnes en fauteuil roulant qui bénéficient d’une conception sans obstacle. Les familles avec leurs poussettes, les aînés, ainsi que les enfants, en profitent.
    4. Sept principes d’accessibilité universelle :
      1. Usage équitable : Assurer un usage similaire pour tous (même endroit, même moment et même façon), y compris pour les personnes ayant une limitation fonctionnelle.
      2. Usage flexible : Prévoir des aménagements et des espaces auxquels tout usager peut accéder et dans lesquels il peut circuler, quels que soient sa taille, sa posture, son niveau de mobilité, sa façon de s’orienter, de se repérer ou de communiquer. Tenir compte d’une vaste gamme de préférences et d’habiletés individuelles pour la totalité du cycle de vie des occupants.
      3. Usage simple et intuitif : Favoriser des aménagements et des espaces facilitant l’orientation ainsi qu’une signalisation simple et facile à comprendre pour tout usager, quels que soient ses capacités, son expérience, ses connaissances, ses habiletés linguistiques, ses capacités cognitives ou son niveau de concentration. Ce principe nécessite que les éléments de conception soient simples et qu’ils fonctionnent de manière intuitive.
      4. Usage diversifié et dimensions d’espace : Prévoir des aménagements variés, répondant à des nécessités différentes, qui permettront de mieux satisfaire les usagers et qui faciliteront l’adaptation à des besoins futurs. Ce principe vise l’espace nécessaire pour accéder aux lieux, à l’équipement et aux commandes.
      5. Usage sûr : Choisir des matériaux antidérapants et non éblouissants, des équipements aisément perceptibles ainsi que des aménagements facilitant l’évacuation et favorisant la sécurité en cas d’urgence.
      6. Effort réduit : Adopter des configurations faciles à entretenir et pouvant être utilisées par tous les usagers avec un minimum d’effort physique. Ce principe consiste à limiter la force, la résistance et la dextérité requise pour accéder aux espaces ou utiliser les commandes et les produits.
      7. Information adéquate : Concevoir des aménagements et des équipements favorisant l’accès à l’information pour tous, notamment pour les personnes ayant une limitation visuelle, auditive ou intellectuelle. Les signaux sonores ou visuels doivent demeurer simples. Ce principe encourage la transmission d’informations faisant appel à tous les sens, tels que la vue, l’ouïe et le toucher.
    5. La personne handicapée a besoin du respect et de la possibilité d’entrer facilement et avec dignité par la porte d’entrée principale et non par une porte secondaire.
    6. Il faut considérer les quadriporteurs motorisés qui nécessitent des dégagements plus importants.
       
  19. Critères d’habitabilité
    1. Introduction : L’habitabilité d’un lieu peut être définie comme le degré de correspondance entre les besoins et les aspirations des personnes qui l’habitent, et les ressources et l’encadrement que fournit l’aménagement du lieu. Il est important d’établir des critères de performance sur le plan du comportement des personnes qui devront y vivre, tout comme nous établissons des critères de performance technique.
    2. Critères visant à assurer le déroulement des comportements 
      1. Conformité fonctionnelle : l’aménagement offre-t-il tous les éléments nécessaires aux fonctions du lieu (ex. : éclairage, circulation, ameublement, services, etc.) ?
      2. Conformité spatiale : l’espace est-il structuré de façon à permettre l’exercice des activités prévues (ex. : capacité suffisante à la circulation, distances de parcours minimisées) ?
    3. Critères visant à préserver l’état physiologique des personnes 
      1. Conformité du climat : la température, l’humidité, la ventilation permettent-elles d’assurer le confort physiologique ?
      2. Contrôle des sources de danger : l’environnement est-il sécuritaire, sain, libre de risques importants en regard du bien-être des occupants (qualité de l’air, orientation en cas d’incendie, solidité) ?
    4. Critères visant à faciliter et à optimiser l’activité perceptuelle 
      1. Conformité sensorielle : l’environnement permet-il l’activité sensorielle de divers types de matériaux nécessaires aux activités du lieu (qualité d’éclairage pour la lecture ou un type de travail particulier, qualité de l’ambiance acoustique) ?
      2. Contrôle de la stimulation : le niveau de stimulation sensorielle offert par l’environnement est-il ajusté aux besoins des personnes (ex. : besoins de concentration ou de divertissement) ?
    5. Critères visant à assurer le maintien de l’interaction sociale 
      1. Initiation sociale : l’environnement offre-t-il la possibilité des divers niveaux d’interaction sociale souhaités dans le lieu (ex. : permet-il la définition de territoires appropriés, permet-il les rencontres informelles) ?
      2. Isolement social : l’environnement offre-t-il la possibilité aux occupants de contrôler le degré de leurs interactions sociales de façon à ce que les divers niveaux d’intimité requis puissent être maintenus ?
         
  20. Conclusion
    1. Un bâtiment devrait donc être un prolongement harmonieux de notre corps et un appui comportemental à notre vie par ses formes, volumes, proportions, dimensions, circulation, éclairage, couleurs, textures et odeurs. En utilisant tous ces facteurs, nous pouvons peindre, grâce à notre palette, une œuvre riche et profonde.
    2. Par la qualité de l'environnement, dans ses aspects physiques et autres, on assure un meilleur cadre de vie et, en conséquence, une meilleure qualité de vie. En visant le bien-être des gens et de l'environnement, nous concevrons un bâtiment idéal où ils pourront jouir de la vie dans un contexte sain et agréable. Voilà de nouveaux défis qu'il importe de relever à la fois individuellement et collectivement.